Au cours de l’année écoulée, Apple a été la cible d’escalade des différends qui lui ont été imposés par des fournisseurs de productivité de taille moyenne tels que Basecamp et des géants mondiaux des médias tels que Spotify, Match Group et, plus vocalement (et visuellement) Epid Games. Ces entreprises contestent le pouvoir d’Apple de définir les règles qui régissent son App Store et allèguent que les restrictions d’Apple entraînent un avantage injuste pour ses propres services. Plusieurs se sont regroupés en un Coalition pour l’équité des applications. S’il est adopté, son 10 principes de l’App Store pourrait amener Apple à perdre ses revenus et son contrôle, y compris le contrôle et la protection de l’expérience utilisateur. Cela dit, alors qu’aucun des principes ne constituerait une menace existentielle pour les activités d’Apple, un ensemble de défis liés aux magasins d’applications pourrait finalement avoir un impact beaucoup plus important sur Apple: ceux auxquels l’entreprise est confrontée grâce aux services de jeux en nuage offerts par son écosystème rival Amazon, Google, Microsoft et maintenant Facebook.

Les jeux massivement multijoueurs et les services de jeux en nuage existent depuis de nombreuses années. Cependant, ce dernier n’a pas vu le genre de succès d’évasion défini par des jeux tels que Fortnite et iOS. nouveau bestie League of Legends. Des années avant même que les réseaux 4G ne soient courants aux États-Unis, Steve Perlman, ancien d’Apple, a lancé un service de jeu basé sur le cloud En direct. Cela a été suivi par des services tels que Gaikai (acquis par Sony et fusionné avec les actifs d’OnLive) et, plus récemment, Shadow by Blade. En traitant tout le gameplay dans le cloud, ces services peuvent offrir une expérience de jeu qui transcende de loin ce qu’un appareil client pourrait rendre localement. Le piège? La vitesse et la latence de la connexion doivent soutenir l’illusion que le gameplay est local sans compromettre indûment la résolution ou la fréquence d’images. Et un retard significatif dans le contrôle du jeu est un facteur décisif. Maintenant, Amazon, Microsoft et Google ont tous intensifié leurs propres services de jeux en nuage.

L’entrée de Microsoft se démarque étant donné que Windows et Xbox sont déjà des plates-formes cibles pour certains des jeux les plus exigeants en termes de performances. Mais le jeu en nuage lui permet d’étendre cette relation de développeur sur mobile, où il n’a pas de présence sur la plate-forme, ainsi qu’aux nombreux téléviseurs qui ne sont pas connectés à une Xbox, et encore moins à sa dernière génération. De même, le jeu en nuage permet une expérience de jeu plus riche et plus simple pour les PC qui n’ont pas le tonnerre d’une plate-forme de championnat e-sports. En fin de compte, cependant, les jeux sont une petite entreprise pour Microsoft et les jeux dans le cloud servent à tester Azure avec certains des traitements les plus exigeants requis pour une application grand public à grande échelle. Si Microsoft peut faire du jeu en nuage une expérience joyeuse sur mobile, il y a peu de choses pour lesquelles il ne peut pas faire la même chose. C’est un objectif clé qu’il partage avec Amazon et Google, qui ont moins de franchise de jeux à protéger.

Cela nous ramène à Apple, qui propose un service de jeu par abonnement, mais pas un service de jeu en nuage. En effet, le conflit avec ses rivaux en streaming de jeux est davantage lié au modèle commercial, pas à l’endroit où les jeux vivent. Apple demande aux services de jeux en nuage de respecter les mêmes règles il utilise pour Apple Arcade; chaque jeu doit avoir une entrée distincte dans l’App Store et être examiné par Apple. Alors qu’Apple ne demande pas plus aux services de jeux en nuage qu’elle n’en demande aux applications de son propre service de jeu, les exigences imposent un manque de fluidité qui semblerait étouffant dans un service comme Xbox Game Pass, une offre de service de jeu de style buffet qui abrite Service de jeux en nuage de Microsoft. On a beaucoup parlé des différents standards d’Apple pour le contenu vidéo et musical par rapport aux jeux (parce que le code), mais imaginez si Apple demandait toutes les offres de streaming à la demande de type «buffet» telles que Prime Video, Hulu, HBO Max, Peacock et Netflix doivent soumettre chacun de ses films – ou peut-être même des épisodes d’émissions de télévision individuels – pour approbation. Il n’y a pas longtemps, Apple les vendait de cette façon exclusivement à l’apogée de l’iTunes Store.

Les services de jeux en nuage peuvent prévaloir ou échouer quelles que soient les actions d’Apple. Mais il est clair qu’ils continuent de s’améliorer au fur et à mesure que les architectures cloud progressent et en particulier les réseaux sans fil atteignent une vitesse plus élevée et une latence plus faible. À plus long terme, le véritable défi pour Apple viendrait si toutes les applications étaient hébergées dans le cloud. Il existe déjà des systèmes d’exploitation pour smartphones qui poursuivent cela. Alors qu’advient-il des cycles de mise à niveau annuels d’Apple promettant des smartphones toujours plus rapides conçus pour exécuter des logiciels natifs toujours plus sophistiqués?

Un tel avenir est menacé depuis des décennies sans pratiquement aucun progrès parmi les consommateurs. En effet, Chrome OS – qui à ses débuts portait la bannière des appareils informatiques «légers» avec des fonctionnalités de traitement et de stockage limitées – exécute désormais non seulement des applications Android et Linux, mais également Windows sur certains modèles Intel axés sur l’entreprise via Parallels Logiciel. D’un autre côté, ce niveau de flou de compatibilité des plates-formes ne représente qu’une des façons dont des entreprises telles que Microsoft et Google abandonnent un système d’exploitation client profondément ancré dans l’ADN d’Apple.

Après tout, les autres sociétés Big Tech combinées ne génèrent pas autant de revenus de leurs propres ventes d’appareils qu’Apple. Alors qu’Apple menace les flux de revenus d’entreprises comme Facebook et Google par le biais de mesures de protection de la vie privée qui mettent en péril les modèles commerciaux de ces entreprises, il n’est pas surprenant que les concurrents d’Apple poursuivent des tactiques qui compromettent la primauté de sa plate-forme.

CONTENU PRÉCÉDENT ET CONNEXE

Ce nouveau système d’exploitation pour smartphone vit dans le cloud
Les fabricants du navigateur Puffin ont appliqué leur expertise du cloud à un nouveau système d’exploitation qui, selon eux, surpassera Android sur du matériel bas de gamme, mais sa structure de frais pourrait être un facteur décisif pour le prochain milliard.

Apple modifie les règles de l’App Store pour autoriser les services de jeux en streaming, Xbox dit pas assez
Le géant de la technologie autorisera les services de streaming de jeux de l’équipe Xbox de Microsoft, Sony, Google et Nvidia.

League of Legends: Wild Rift arrive sur iPhone 12
Les capacités 5G de l’Apple iPhone 12 porteront le jeu à de nouveaux niveaux, selon Riot Games

Leave a Reply