En mars 2008, Steve Jobs a présenté ce qu’il a appelé «l’App Store» à un public captivé de passionnés de technologie, d’investisseurs et de développeurs d’applications. Ce nouveau marché créerait un pont sans précédent entre les utilisateurs et les développeurs d’applications. Travaux c’est noté, «L’App Store sera le moyen exclusif de distribuer des applications iPhone, directement à chaque utilisateur d’iPhone. Maintenant, les développeurs vont demander, eh bien c’est génial mais quel est le problème? Quelle est l’affaire? Nous pensons que nous avons obtenu une excellente affaire pour nos développeurs… Lorsque nous vendons l’application via l’App Store, le développeur obtient 70% des revenus dès le départ. Nous gardons 30[%] payer pour exécuter l’App Store… C’est la meilleure offre pour distribuer des applications sur des plateformes mobiles. L’esprit de l’objectif d’Apple d’unir les développeurs et les utilisateurs dans un marché libre existe-t-il encore aujourd’hui?

Comment Jobs pourrait-il prétendre qu’une commission de 30% sur toutes les ventes est la «meilleure offre»? Après tout, à thest le jour Apple prend environ 3 $, soit 30%, sur chaque paiement intégré de 10 $. Du point de vue contextuel, Jobs était juste sur l’argent compte tenu du marché des applications alors actuel. Lorsque le premier iPhone a été annoncé en juin 2007, la plupart des consommateurs achetaient des copies physiques d’applications et de jeux. Entre l’expédition, les composants physiques et les marges bénéficiaires numériques des magasins de détail souvent double celui des ventes au détail. Lorsque Jobs a proposé d’augmenter les marges bénéficiaires de 20%, personne n’a bafoué.

Lors de la création de l’App Store, il y avait un détail largement négligé qui aurait des implications majeures pour l’avenir des applications mobiles. Dans un marché traditionnel, les producteurs reconnaîtraient le succès de l’App Store d’Apple et s’efforceraient de créer un magasin meilleur et moins cher, par exemple en ne facturant que 15% de frais sur toutes les ventes. Apple a supprimé toute notion de magasins d’applications supplémentaires sur les appareils Apple citing problèmes de contrôle de la qualité.

Ce n’est un secret pour personne que les développeurs d’applications détestent depuis longtemps cette pratique. Les utilisateurs de l’application Spotify qui sélectionnent le bouton de mise à niveau vers “premium” se voient dire: “Vous ne pouvez pas passer à la version premium dans l’application, nous savons que ce n’est pas idéal.” Netflix a un message similaire: “Vous ne pouvez pas vous inscrire à Netflix dans l’application, nous savons que c’est un problème.” La raison pour laquelle ce message passif-agressif adressé à Apple a été la seule forme de défi est simplement que se lancer dans une bataille juridique avec la plus grande entreprise de technologie du monde a dépassé le coût des frais de 30% d’Apple.

Tim Sweeney, milliardaire de la technologie et fondateur d’Epic Games, a vu l’analyse coûts-avantages un peu différemment. Ayant commencé sa carrière en vendant des jeux vidéo dans la maison de ses parents, la société de Sweeney a lancé le jeu vidéo à succès «Fortnite», l’un des les plus grands jeux vidéo de tous les temps fait. Ce jeu multijoueur permet aux participants de passer du temps avec des amis, de faire apparaître leurs personnages avec des costumes extravagants et de se battre entre eux ou les uns contre les autres. Sweeney et Epic Games se trouvent dans une situation unique car Fortnite n’est pas exclusivement mobile et existe sur diverses plates-formes telles que PC, Xbox et PlayStation. Cette dépendance réduite à l’App Store d’Apple place Epic Games dans la meilleure position pour défier la plus grande entreprise au monde. “Eh bien, vous savez, Epic mène cette bataille parce que nous sommes, à certains égards, dans une position unique pour le faire,” Sweeney c’est noté.

Dans une série de échanges de courriels à partir de juin 2020, Sweeney a défié Apple, d’abord en exigeant des frais moins élevés, ce qui lui a été refusé. Après avoir reconnu la réticence d’Apple à hésiter dans sa politique, Sweeney a mis fin à la conversation avec le PDG d’Apple, Tim Cook: «Je vous écris pour vous dire qu’Epic ne respectera plus les restrictions de traitement des paiements d’Apple.»

Epic Games a donné aux clients le choix de payer dans l’application via Epic ou via Apple. Les clients qui ont choisi le premier verraient les économies transférées sur eux sous la forme de prix plus bas. En termes simples, les costumes virtuels de banane étaient désormais à 30% de réduction. Apple a immédiatement retiré Fortnite de l’App Store et Google a suivi en nature.

Epic Games a répondu en rassemblant le Twitterverse contre Apple avec le Hashtag «FreeFortnite». Le 13 août, ils ont également lancé un un d parodiant l’un des plus célèbres d’Apple publicités basé sur le célèbre roman «1984». Cette campagne visait à mettre en évidence les chaînes qu’Apple avait placées sur le consommateur et la libération inévitable de Fortnite. Cette déclaration de guerre suivie de poursuites contre Epic Games et d’Apple, créant l’un des monuments juridiques les plus importants dans le monde de l’antitrust.

Les lois antitrust font référence à la réglementation du pouvoir de monopole et de la concurrence. Les différends juridiques antitrust ont été au premier plan de l’esprit du public américain en raison de la puissance croissante des grandes entreprises technologiques. La décision juridique rendue par les tribunaux peut créer un précédent pour les verdicts futurs et montrer jusqu’où le système juridique est prêt à aller pour briser les monopoles.

Afin de remporter cette affaire historique, Epic Games doit prouver sa conception des paramètres du marché et qu’Apple exerce un contrôle monopolistique sur ce marché. Déterminer la taille du marché n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Epic affirme que le marché en question est le marché des applications sur iPhone. Si cela est prouvé avec succès, il est clair qu’Apple contrôle à 100% le marché. Apple soutient que le marché pertinent est le marché des applications sur tous les smartphones. Si l’on ne souhaite pas utiliser l’App Store, Android est toujours une option pertinente. Et avec Apple ne contrôlant que 25% du marché mondial des smartphones, un monopole serait beaucoup plus difficile à prouver si le marché était déterminé à être toutes les applications sur tous les téléphones.

Même si Epics Games prouve sa conception du marché pertinent, il lui faudrait quand même prouver qu’Apple a abusé de son pouvoir pour nuire au consommateur et à la concurrence. Cela signifie que le tribunal devrait convenir que le goulot d’étranglement de 30% entraîne des coûts injustifiés pour les développeurs d’applications, ce qui les oblige à répercuter ce coût sur les consommateurs. Apple affirme que ces 30% permettent de maintenir l’App Store en lieu sûr pour les consommateurs. Du côté des producteurs, les développeurs d’applications bénéficient de la confiance des utilisateurs d’iPhone dans l’App Store.

De nombreuses grandes entreprises se retrouvent au même endroit qu’Apple. Un marché à deux faces, ou un marché qui facilite le commerce direct entre producteurs et consommateurs via une plateforme intermédiaire, est le modèle économique remis en cause par les poursuites antitrust. Amazon connecte les acheteurs aux vendeurs, Uber connecte les voyageurs aux conducteurs et Airbnb connecte les touristes aux hôtes, tout comme Apple connecte les joueurs aux développeurs. La question fondamentale de la concurrence se pose, en particulier dans ce modèle d’entreprise, de savoir si le marché est encore concurrentiel ou s’il doit être réglementé. L’affaire entre Apple et Epic Games est l’essence même des préoccupations antitrust aujourd’hui. Le verdict pourrait déterminer ce que les tribunaux seront prêts à faire pour les futures poursuites antitrust. Face à l’effondrement potentiel de la concurrence, seule dame justice sera en mesure de dire au monde qui remportera cette bataille royale.

Légende de la photo: les joueurs du monde entier ressentent directement les effets du procès antitrust d’Epic Games et d’Apple, car l’application n’est pas disponible pour jouer sur tous les appareils Apple.
Crédit photo: Pixabay



Leave a Reply