Nous avons atteint l’avant-dernier chapitre de la Batman/Fortnite, euh, saga. Batman, Catwoman, Deathstroke et leurs alliés Fortniter ont fait irruption dans la base de la mystérieuse organisation qui les a tous piégés dans un paysage infernal de bataille royale en direct. Vont-ils s’échapper ? (Probablement pas ce problème.) Seront-ils trahis par le évident Judas du groupe ? (Absolument.)

HISTOIRE

Dans Batman/Fortnite : Point Zéro # 4 Batman se dispute avec un Viking. Son argumentation est exposée dans son intégralité ci-dessus. L’argument est accidentellement emblématique de toute cette série. Réfléchis-y une seconde. Batman utilise « Parce que c’est ici meurtre” pour argumenter immédiatement contre quelqu’un dont l’esthétique (probable) est le meurtre jusqu’à ce qu’en fin de compte et espérons-le, il soit assassiné au combat et se dirige vers une vie après la mort qui consiste à boire, manger et, oui, plus de meurtre – tous les jours, jusqu’à la fin des temps. Et puis le tout est abandonné sans un autre mot de M. Viking. Pourquoi est-ce emblématique ? Parce que la série dans son ensemble traite tout comme ça. Le concept pourrait être amusant ou intéressant. Les idées soulevées pourrait être amusant ou intéressant. Les personnages impliqués pourrait être amusant ou intéressant. Mais, au lieu de cela, il les traite tous avec la même profondeur et la même rigueur qu’il traite Batman se disputant avec un Viking flippant au sujet du meurtre qui est mal.

Après cet argument, Batman et sa compagnie se frayent un chemin à travers la base susmentionnée à la recherche d’un moyen de sortir de leur paysage infernal de la bataille royale. La sortie, apparemment, étant le titulaire Zero Point. Je vous laisse deviner s’ils trouvent ou non ledit point zéro. Tout cela est à peu près aussi excitant que cela puisse paraître, et (bien sûr) se résout avec peu ou pas de conflit, de drame ou de tension. Je pense que Moutarde, Gage et co. au moins essayer pour extraire un peu de drame et d’excitation de tout cela en exposant un peu à quel point les gardes qu’ils combattent sont bien entraînés – avant que Batman et les Fortniters les coupent comme du beurre à température ambiante.

Il y a, techniquement, d’autres morceaux d’histoire dans cette publicité pas si glorifiée. Ex : Un autre Fortniter mord la poussière. Encore je pense c’est une tentative de créer un drame. Le problème est que le personnage n’a pas été sondé ou étoffé, même un tout petit peu. Alors, naturellement, je me suis dirigé vers le wiki Fortnite. Peut-être qu’une douce tradition fortnite comblerait les lacunes, ferait de cette mort le moindre lambeau de quelque chose. Le wiki m’a informé que le personnage est une « tenue épique… qui pourrait être déverrouillée au niveau 87 du Battle Pass de la saison X ». Droite. Génial. Bien. Sûr.

Aussi, la personne qui allait manifestement les trahir… les trahit. Pour élaborer, la personne qui vous vient probablement en premier à l’esprit, cher lecteur, et tous les autres est la personne qui s’avère être le traître. Alors… drame ?

Divulgacher

!!!DIVULGACHER!!! C’est Slade…

J’ai traité les précédents numéros de cette série avec humour, mais à ce stade, je suis juste fatigué. Batman/Fortnite : Point Zéro L’histoire de #5 est horrible et dégonfle immédiatement tout drame. Son action est médiocre et sans tension. Heureusement, comme notre glorieux Dark Knight, je n’ai plus qu’à surmonter un autre problème de cette abomination de promotion croisée et ensuite, comme tout le monde, je passerai à autre chose et l’oublierai complètement.

DE L’ART

On dirait que Christian Duce n’était pas seulement un artiste de remplacement, et le sera pour le reste de la série. Les crayons de Reilly Brown n’étaient peut-être pas ma confiture, mais leur style caricatural commence à me manquer. Au moins, l’art savait ce que c’était et correspondait en quelque sorte à l’esthétique de Fortnite. L’art parfois insipide de Duce, parfois réaliste, parfois détaillé, n’a aucune cohérence. Batman est souvent beaucoup plus détaillé et réaliste que les autres personnages. Il n’y a pas que lui cependant, le détail et le style général changent d’un panneau à l’autre, parfois même dans le même panneau (voir ci-dessus). Les couleurs de John Kalisz ne sont pas non plus à l’abri de cette oscillation sauvage de la qualité. C’est de la pure spéculation. Mais cela sent comme si tout le monde était pressé.

Pas pour attaquer un cheval mort, mais je ne pouvais pas en toute bonne conscience sans souligner une occasion manquée flagrante : la page ci-dessus. Jetez un œil à la demi-éclaboussure. POURQUOI voudriez-vous avoir une demi-éclaboussure de tout le monde simplement en train de sprinter à l’action? Maintenant, regardez le panneau en dessous. POURQUOI n’est-ce pas cette une page de garde ? Même un splash de deux pages ? Il y a des poses dynamiques ! Il y a de l’action ! Presque tout le monde (sauf Batman) fait quelque chose de cool et énergique !

Recommandé si…

  • Vous achèterez tout ce qui implique A) Batman et/ou B) Fortnite.
  • Vous n’avez pas besoin de petites choses stupides comme le personnage, l’intrigue ou la tension dans vos bandes dessinées.
  • Euh… euh… hum… tu es en fait un fan de gros corpos diaboliques qui gagnent de l’argent grâce à des liens précipités et bâclés ?

GLOBALEMENT

Je déteste cette série d’une manière lancinante, mais je ne vais pas l’arrêter, car cela laisserait Donald Mustard – mon ennemi – gagner. Bien que, je suppose que puisque cette série est destinée à faire au moins quelques bénéfices, il l’a déjà fait. Mais sa victoire n’est pas sur moi. Et mes sentiments généraux sur cette question n’avaient pas grand-chose à voir avec la question elle-même. Sa mauvaise histoire sans drame et sans tension et son art incohérent ne pouvaient pas tuer l’étincelle d’espoir dans mon cœur. L’espoir qui naît de la certitude qu’il n’y a plus qu’un problème et le fait que mon tourment prendra bientôt fin.

Note : 2/10


Avertissement: DC Comics a fourni à Batman News une copie préalable de cette bande dessinée aux fins de cet examen.

Leave a Reply