Voici aujourd’hui AdExchanger.com tour d’horizon des actualités… Vous le souhaitez par mail? S’inscrire ici.

Les données le font-elles ou pas les données?

Fabricant de Smart TV Vizio poursuit MediaMath pour pas moins de 900 000 $ de factures impayées, rapporte Digiday. Vizio souhaite un audit des revenus bruts de MediaMath pour déterminer le montant réel de la somme spécifique. La poursuite prétend que MediaMath a conclu un contrat de 15 mois avec l’unité de vente de données de Vizio, Inscape, qui obligeait MediaMath à effectuer des paiements minimums garantis et à envoyer des rapports à Vizio. MediaMath, selon la poursuite, n’a rien payé et a tenté en mai de renégocier l’accord dans le but de définir les conditions de paiement. Vizio n’a pas fait de commentaire à Digiday, mais MediaMath l’a fait, affirmant par l’intermédiaire d’un porte-parole que les données de Vizio n’étaient pas suffisamment utilisées par les clients pour déclencher le paiement minimum garanti.

L’Antitrust

Une cour d’appel de Paris a décidé que Google devait ouvrir des négociations de paiement avec les éditeurs, Le New York Times rapporte. Le tribunal confirme une ordonnance des régulateurs antitrust français obligeant Google à rémunérer les éditeurs pour le droit d’afficher les titres et les extraits de leurs articles de presse. Google devra négocier directement avec les organes d’information français sur le montant qu’ils doivent pour l’utilisation de leur contenu. Cette décision intervient après que l’UE a adopté l’année dernière de nouvelles règles sur les droits d’auteur obligeant Google à payer pour afficher des résumés d’histoires. L’Australie est en train d’élaborer une règle similaire qui affecterait Google et Facebook. La décision d’appel française n’est que le développement le plus récent d’une très longue guerre médiatique sur la manière dont l’argent provient du contenu en ligne. Google et Facebook soutiennent depuis longtemps qu’ils ne devraient pas avoir à payer, car leurs services génèrent un trafic important vers les sites d’information. Même ainsi, Google m’a dit la semaine dernière, il prévoit de débourser 1 milliard de dollars aux éditeurs au cours des trois prochaines années en échange de l’affichage de leur contenu.

À la poursuite des RAINBOWs

Des applications Android malveillantes affichent des publicités qui donnent l’impression qu’elles proviennent d’applications légitimes et populaires et de plates-formes de médias sociaux, telles que YouTube et Chrome. Les publicités étaient diffusées sur un appareil mobile lorsque les utilisateurs n’étaient pas activement dans l’application. Alerte spoiler: c’était une fraude, bien sûr. Le cluster de plus de 240 applications, découvert par la société de détection de fraude publicitaire White Ops, a conduit à plus de 14 millions de téléchargements d’applications de mauvaise qualité, dont la plupart n’étaient rien de plus que des émulateurs Nintendo extraits de sources légitimes ou de jeux junky. À son apogée, RAINBOWMIX, qui est ce que White Ops a baptisé le programme, a enregistré plus de 15 millions d’impressions publicitaires par jour. Le nom RAINBOWMIX est un clin d’œil à la palette de couleurs 8-16 bits utilisée dans les jeux vidéo rétro d’autrefois. Je suppose que c’est l’un des avantages de découvrir un stratagème de fraude – vous pouvez le nommer. White Ops a détecté les premiers signes d’activité de RAINBOXMIX en avril. Google a supprimé les applications du Play Store au cours de l’été.

Mais attendez, il y a plus!

Vous êtes engagé!



Leave a Reply