- Publicité -


Google LLC Un homme blanc, ancien directeur général de la nourriture, des boissons et des restaurants, a été harcelé par une directrice asiatique lors d’un dîner de travail qui a ensuite exercé des représailles contre lui pour l’avoir rejetée et dénoncée, selon une poursuite fédérale.

Ryan Olohan a déclaré que le harcèlement sexuel s’était produit au restaurant Fig & Olive lors d’un dîner en décembre 2019 pour l’équipe de gestion des consommateurs, du gouvernement et du divertissement de Google. Son harceleur présumé lui a frotté le ventre et lui a dit qu’il avait un beau corps, dit-il.

- Publicité -

Elle a également dit à Olohan – qui est marié à une femme asiatique – qu’elle savait qu’il aimait les femmes asiatiques et que son mariage manquait de « piquant », selon la plainte déposée mercredi devant le tribunal de district américain du district sud de New York.

Olohan a signalé l’incident aux ressources humaines, mais Google n’a apparemment jamais mené d’enquête, indique la poursuite. C’était le cas même si un représentant des RH a dit à Olohan qu’une telle plainte serait sûrement aggravée si elle était « en sens inverse », indique la poursuite.

La même femme lui a fait une autre passe en état d’ébriété lors d’un événement de l’équipe de gestion hors site en avril 2022 dans un bar karaoké, dit Olohan.

Cela s’est produit au milieu de ses représailles, qui comprenaient l’accusation fausse de « microagressions », dit Olohan. Un partenaire d’affaires des RH lui a avoué que la femme était « mesquine » en déposant ces accusations, dit-il.

Les représailles comprenaient également la femme ivre réprimandant Olohan à une table devant de nombreux employés de Google, pour laquelle elle s’est excusée plus tard, indique la poursuite.

Elle a également encouragé un autre employé à se plaindre aux RH qu’Olohan n’était pas « inclusif » dans la planification d’un événement de l’équipe de gestion hors site, même si les plans avaient été approuvés à l’avance par les RH, indique la poursuite.

Olohan a été licencié le 5 août pour ne pas avoir été inclusif, indique la poursuite. Cela s’est produit après qu’un vice-président a déclaré que l’équipe d’Olohan avait « trop de gars blancs » et qu’Olohan avait été « fortement encouragé » à n’embaucher que des candidates et a poussé à licencier un employé masculin et à le remplacer par une femme, indique la poursuite.

Lorsqu’il a demandé lors de l’appel au cours duquel il avait été informé de son licenciement comment il n’était pas inclusif, on lui a répondu qu’il avait fait preuve de favoritisme envers les employés les plus performants, dit Olohan.

Causes d’action : Loi sur les droits de l’homme de l’État de New York et loi de la ville de New York sur les droits de l’homme.

Relief: Jugement déclaratoire selon lequel Google a violé le NYSHRL et le NYCHRL; injonction interdisant définitivement d’autres comportements illégaux; les dommages-intérêts compensatoires, y compris pour les pertes économiques passées et futures et pour la détresse émotionnelle; Punitifs; les intérêts antérieurs au jugement; les honoraires et frais d’avocat.

Réponse: Google n’a pas immédiatement répondu jeudi à la demande de commentaires de Bloomberg Law.

Avocats: Alex Rissmiller de New York représente Olohan.

L’affaire est Olohan c. Google SARL, S.D.N.Y., n° 1:22-cv-10163, plainte déposée le 30/11/22.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici