Il a commencé avec l’équipe de recherche publicitaire peu glamour où son travail consistait à s’assurer que les systèmes restaient en place. Même à cette époque, une panne pouvait coûter 1 000 dollars la seconde à Google. Son ascension chez Google a reflété un changement dans la façon dont les gens achetaient des publicités. Ce n’était plus le domaine des directeurs artistiques, mais quelque chose de plus proche des commerçants faisant des enchères automatisées sur la destination des publicités et le montant à payer.

En 2013, il est devenu le vice-président senior de Google pour la publicité et le commerce, supervisant tous les systèmes publicitaires de l’entreprise. Ses responsabilités comprenaient la supervision de la publicité sur YouTube pour prendre un service vidéo rempli de contenu problématique et le transformer en quelque chose qui pourrait contester les revenus publicitaires des réseaux de télévision.

Il a estimé que c’était une situation sans issue. Si les systèmes automatisés de YouTube tenaient la barre haute pour ce qui convenait à la publicité, la société risquait de mettre en colère certains créateurs vocaux contrariés de ne pas être éligibles aux revenus publicitaires. Avec une approche moins restrictive, les chances qu’une vidéo problématique soit diffusée avec des publicités étaient plus élevées. Cela mettrait en colère les annonceurs et créerait effectivement une incitation financière à continuer à créer du contenu problématique.

En 2017, lorsque le Times of London publié exemples de vidéos exploitant de jeunes enfants et faisant appel aux pédophiles diffusant des publicités, M. Ramaswamy a atteint un point de rupture.

«C’est un conflit impossible et nous nous sommes en quelque sorte brouillés notre chemin», a-t-il déclaré. «Nous avons tous des limites pour ce que nous tolérerons dans notre travail. Il arrive un moment où vous dites que l’environnement dans lequel je travaille a une situation qui ne m’est pas acceptable.

Après avoir quitté Google, M. Ramaswamy a semblé prêt à suivre le chemin bien usé d’un dirigeant accompli de la Silicon Valley vers un capital-risque, rejoignant Greylock Partners. Mais après quelques mois, il a discrètement commencé à travailler sur Neeva, recrutant d’anciens collègues de Google, dont son co-fondateur, Vivek Raghunathan, un ancien vice-président de la société qui a travaillé avec M. Ramaswamy sur les annonces de recherche et YouTube pendant ses 11 années là-bas. .

Neeva, qui est basée dans la ville natale de Google, Mountain View, Californie, a levé 37,5 millions de dollars avec des investissements égaux de Greylock, Sequoia Capital – un des premiers investisseurs dans Google – et M. Ramaswamy lui-même. Il compte 25 employés.

Leave a Reply