L’accord conclu par Google avec les éditeurs d’actualités français, pour les rémunérer pour l’utilisation de contenus en ligne, est une avancée majeure. Le crédit pour la négociation de l’accord avec Google appartient aux règles de droit d’auteur de l’UE de 2019, qui permettaient aux publications de presse d’obtenir des redevances pour l’utilisation en ligne de leur contenu. La France ayant adopté les règles de l’UE, Google a cessé d’afficher des extraits d’actualités sur son agrégateur de recherche et d’actualités pour éviter de les payer. Cependant, le chien de garde français de la concurrence a appelé le bluff, notant que la décision unilatérale nuit aux éditeurs et constitue un abus de position dominante sur le marché.

La récolte de contenu d’information produit avec soin par d’autres exige un partage équitable des revenus. Actuellement, Google et Facebook accaparent la majeure partie des revenus publicitaires en ligne, laissant une bouchée de pain aux producteurs de nouvelles. L’Australie a également reconnu les difficultés des journaux tout en élaborant un code élaboré pour les négociations de partage des revenus avec les grandes technologies. La pandémie de Covid qui progresse inaperçue et non signalée à travers la Chine depuis des semaines est la différence de responsabilité, de transparence et de résultats positifs pour le bien-être de la société et de l’individu qu’une culture journalistique libre, indépendante et florissante apporte à un pays.

Le gouvernement indien, qui rédige actuellement un projet de loi sur la protection des données tout en luttant contre la désinformation entourant les vaccins anti-Covid, doit consolider le quatrième pouvoir pour les avantages sociaux qu’il fournit. Contrairement à Google et Facebook qui ne dépensent pas d’argent pour le journalisme, les organes de presse indiens soutiennent également des milliers d’employés – journalistes, producteurs de contenu numérique et personnel d’assistance. L’Inde doit reproduire rapidement les lois de l’UE sur le droit d’auteur et le code australien sur les responsabilités des fournisseurs de services numériques dans la presse.



Linkedin


Cet article est apparu comme une opinion éditoriale dans l’édition imprimée du Times of India.



FIN DE L’ARTICLE

.

Leave a Reply