Dans une décision 6-2 rendue par le juge Breyer, la Cour suprême des États-Unis a infirmé la décision de 2018 de la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit fédéral selon laquelle l’utilisation par Google des packages d’interface de programmation d’application (API) Java d’Oracle dans son système d’exploitation Android ne fonctionnait pas. être considéré comme un usage loyal en vertu de la loi. Avant que cette décision du Circuit fédéral ne puisse être renvoyée pour un procès sur les dommages-intérêts pour violation du droit d’auteur (où l’on prévoyait qu’Oracle demanderait des dommages-intérêts de plus de 10 milliards de dollars), la Cour suprême a accordé certiorari d’examiner (1) si la loi sur les droits d’auteur protège une API, et (2) si l’utilisation par Google des API d’Oracle pour créer un nouveau programme informatique constitue une utilisation loyale. Google LLC contre Oracle America, Inc., Affaire no 18–956 (S Ct 5 avril 2021) (Breyer, Justice) (Thomas, Justice, dissident)

EN PROFONDEUR


CONTEXTE

En 2005, Google a acquis Android et a commencé la création de sa désormais célèbre plateforme logicielle Android pour les appareils mobiles. Le plan de Google était de faire d’Android une plate-forme gratuite et ouverte, permettant aux développeurs de logiciels de s’en inspirer pour leurs applications mobiles respectives.

Sun Microsystems était l’inventeur original du langage de programmation Java et le prédécesseur d’Oracle. Au moment de l’acquisition d’Android par Google, de nombreux développeurs de logiciels comprenaient et écrivaient des programmes utilisant le langage Java, beaucoup de ces développeurs utilisant la plate-forme Sun Java SE pour écrire des programmes interopérables pour les ordinateurs de bureau ou portables.

Dans le but de développer la plate-forme Android pour les appareils mobiles, Google a entamé des discussions avec Sun sur la possibilité d’accorder une licence à l’ensemble de la plate-forme Java. Cependant, les opinions des parties concernant la nature gratuite et open source souhaitée par Google de la plate-forme Android n’étaient pas compatibles. Les négociations ont échoué, laissant Google construire sa plate-forme, adaptée à la technologie des smartphones, à elle seule.

En créant sa plate-forme Android pour les appareils mobiles, Google a écrit des millions de lignes de nouveau code. Mais Google a également copié une partie du programme Java SE de Sun, constituant environ 11500 lignes de code comprenant 37 packages d’API Java, qui peuvent être décrits comme des programmes de code source informatique pré-écrits permettant aux programmeurs de créer et de personnaliser leurs propres programmes. Ici, les API Java organisent et déclarent certaines fonctions ou tâches spécifiques lors de l’interaction avec les propres codes de mise en œuvre de tâches de Google.

Au moment où Oracle Corporation a acheté Sun en 2010, la plate-forme Android était un succès notable. Oracle a rapidement déposé une plainte pour violation de brevet et de droit d’auteur. Le premier procès a abouti au jugement du tribunal de district concernant la décision de Google selon laquelle les packages d’API n’étaient pas protégés par le droit d’auteur. Oracle a fait appel, ce qui a conduit le Federal Circuit à conclure que les packages d’API Java avaient droit à la protection des droits d’auteur étant donné le «code de déclaration et la structure, la séquence et l’organisation…» des API, et à renvoyer pour de nouvelles procédures sur la défense de violation de droits d’auteur de Google. utilisation équitable.

Le deuxième procès devant jury a abouti à une décision favorable permettant à Google de conclure à l’utilisation équitable des packages d’API protégés par le droit d’auteur. Sur le nouvel appel d’Oracle, le Circuit fédéral renversé le tribunal de district et a estimé que, conformément à la loi, l’utilisation par Google des API Java ne constituait pas une utilisation loyale (“[t]il n’y a rien de juste à prendre une œuvre protégée textuellement et à l’utiliser dans le même but et la même fonction que l’original sur une plate-forme concurrente. »)

Avant de revenir devant le tribunal de district sur la question des dommages-intérêts, Google a déposé un certiorari pétition en janvier 2019 et a demandé à la Cour de revoir les deux décisions du Circuit fédéral. Le 15 novembre 2019, la Cour suprême accordé à Google certiorari pétition.

AVIS DE LA COUR

La Cour suprême a accordé certiorari sur deux questions:

  1. Si l’API Java d’Oracle était protégée par le droit d’auteur

  2. L’utilisation de l’API par Google constitue-t-elle une «utilisation équitable».

Dans la mesure où une retenue pour Google sur l’une ou l’autre de ces questions serait autrement un rejet des revendications de droits d’auteur d’Oracle, et dans l’intérêt de ne pas entraver indûment un environnement de «circonstances technologiques, économiques et commerciales en évolution rapide», la Cour suprême a refusé de plus qu’il n’est nécessaire pour résoudre le différend des parties. » La Cour a formulé sa décision sur l’hypothèse que l’intégralité de l’API Java est protégée par le droit d’auteur et n’a donc examiné que si l’utilisation par Google d’une partie de cette API constituait un «usage loyal» au regard des quatre facteurs constituant l’enquête sur l’utilisation équitable: (1) le but et le caractère de l’utilisation, (2) la nature de l’œuvre protégée par le droit d’auteur, (3) la quantité et l’importance de la partie utilisée, et (4) les effets sur le marché.

La Cour suprême a commencé son évaluation du deuxième facteur et a conclu que la nature de l’œuvre protégée par le droit d’auteur pesait en faveur d’une conclusion d’utilisation équitable. La Cour a expliqué que, étant donné que la nature de base de l’API se traduit par des codes de déclaration fonctionnels pour la division et l’organisation des tâches, par opposition à l’expression plus «créative» trouvée dans la mise en œuvre du code (que Google n’a pas copié), Google s’est engagé dans une utilisation équitable lorsque il a copié les parties de l’API Sun Java en cause.

La Cour suprême est ensuite revenue au premier facteur (le but et le caractère de l’utilisation), qui considère souvent dans quelle mesure l’œuvre secondaire est transformatrice et ajoute quelque chose de nouveau pour modifier l’expression ou le sens de l’original. Sur ce point, la Cour a conclu que Google avait utilisé des parties de l’API Sun Java pour créer une nouvelle plate-forme avec «un nouvel ensemble de tâches fonctionnant dans un environnement informatique distinct et différent. Ces tâches ont été effectuées grâce à l’utilisation d’un nouveau code de mise en œuvre (que Google a écrit) conçu pour fonctionner dans ce nouvel environnement. ” Ainsi, la Cour a conclu que le but et le caractère de la copie de Google étaient transformateurs et pesaient en faveur d’un usage loyal. Bien que le caractère commercial de l’utilisation de l’œuvre protégée par le droit d’auteur soit également considéré comme faisant partie du premier facteur, il n’est pas déterminant, et ici, la Cour a conclu que la nature commerciale de la plate-forme Android ne submergeait pas l’évaluation de l’utilisation équitable à la lumière de la ” utilisation «transformatrice» de l’API Java.

Le troisième facteur, la quantité et l’importance de la partie de l’œuvre protégée par le droit d’auteur utilisée, a également été jugé en faveur de Google. La Cour suprême a estimé que la quantité de code copié par Google était faible par rapport à la quantité de code contenu dans la plate-forme Android. De plus, la Cour a cité son application des facteurs de Musique de Campbell c.Acuff-Rose et a expliqué que le facteur de caractère substantiel pèse généralement en faveur de l’utilisation équitable lorsque «la quantité de copie est liée à un objectif valide et transformateur». Le but transformateur de Google était la création de la nouvelle plate-forme Android pour les appareils mobiles.

Passant au quatrième et dernier facteur d’utilisation équitable, au potentiel de préjudice sur le marché et à la question de savoir si le travail secondaire usurpe le marché de l’original en offrant un substitut concurrent, la Cour suprême a déterminé que «Sun était mal positionné pour réussir sur le marché de la téléphonie mobile» en premier lieu, et que la plate-forme Android de Google répondait à un autre type d’appareil (mobile) que la plate-forme de Sun (ordinateur de bureau / ordinateur portable). «La plate-forme Android de Google faisait partie d’un marché distinct (et plus avancé) que les logiciels Java.» Par conséquent, la Cour a déterminé que le facteur des effets sur le marché pesait également en faveur de l’utilisation équitable.

En conclusion, la Cour suprême a noté que sa décision ne s’appliquait qu’au code spécifique en cause dans l’affaire, et non aux logiciels en général. Il a également souligné l’importance de protéger l’intérêt public en ne limitant pas la créativité future des programmeurs qui avaient déjà investi dans l’apprentissage de l’API Java de Sun, mais qui violeraient les lois sur les droits d’auteur lorsqu’ils utiliseraient les éléments constitutifs de l’API préexistants dans leurs futurs efforts créatifs si Oracle a réussi son application. Annulant le jugement du Circuit fédéral, la Cour suprême a déterminé que la copie et l’utilisation par Google de «uniquement ce qui était nécessaire» à partir d’une interface utilisateur connue pour un programme «nouveau et transformateur» constituait une utilisation équitable du matériel existant en droit.

CONTESTATION

Le juge Thomas, avec qui le juge Alito s’est joint, a rédigé la dissidence. Selon la dissidence, le code de déclaration d’Oracle était au cœur de son modèle commercial et était protégé par le droit d’auteur. Ainsi, la copie et l’utilisation du code par Google étaient “tout sauf équitables”.

De l’avis de Thomas, le code de déclaration d’Oracle n’était pas impossible à protéger simplement parce qu’il est fonctionnel. Bien qu’Oracle ne puisse pas protéger l’idée d’utiliser le code de déclaration, il peut protéger l’expression spécifique de cette idée. Thomas a ainsi critiqué l’hypothèse de base de la Cour selon laquelle le code de déclaration est protégé par le droit d’auteur sans s’engager dans une analyse réelle de cette question.

Selon la dissidence, trois des quatre facteurs d’utilisation équitable invoqués par la Cour favorisaient Oracle, et non Google. Sous le facteur des effets de marché, la dissidence a noté que Google a interféré avec les opportunités pour Oracle de concéder sous licence la plate-forme Java aux développeurs de systèmes d’exploitation pour smartphones. La dissidence était également en désaccord avec l’évaluation du but et du caractère de l’utilisation, estimant que l’utilisation des API pour leurs mêmes fins essentielles était dérivée (et donc protégée par le droit d’auteur) plutôt que transformative. Enfin, la dissidence a conclu que la partie du travail utilisée par Google était «substantielle» étant donné que la dissidence considérait que le code copié était ce qui attirait les programmeurs vers la plate-forme et «était ce qui faisait d’Android un« substitut du marché »aux« dérivés potentiellement sous licence ‘de la plate-forme Java d’Oracle. “

NOTE DE PRATIQUE

Cette décision suggère que la Cour suprême est consciente de la croissance rapide et exponentielle de la technologie et de l’importance d’un système qui permet l’innovation fondée sur des connaissances, des fonctionnalités et des pratiques préexistantes et standard de l’industrie afin de prévenir l’entrave au progrès.

Leave a Reply