Il est très probable que le gouvernement indien annoncera des réglementations importantes sur les grandes entreprises technologiques liées à Internet. Il convient de réfléchir à la manière dont les contextes mondial et local interagiront pour déterminer la politique de régulation. À l’échelle mondiale, des pays de l’Australie à l’Amérique essaient de se réconcilier avec la puissance des grandes technologies. Pour simplifier, le monde s’est vu présenter deux visions de l’espace technologique Internet: le libertarisme californien et l’autoritarisme chinois. L’autoritarisme chinois va fort. Le modèle californien libertaire a eu un succès étonnant. Mais il est maintenant sous pression en raison de ses contradictions internes.

Il y a plusieurs problèmes. Premièrement, bon nombre des grandes entreprises technologiques n’étaient pas, comme elles le prétendaient, de simples plates-formes, mais ont commencé à organiser et à générer leur propre contenu, créant ainsi de possibles conflits d’intérêts. Deuxièmement, on soupçonne que les grandes entreprises technologiques acquièrent plus de pouvoir de monopole; ce n’était pas un monde de libre concurrence. Il y a ici une curieuse conjonction de technologie et de finance. Plus les entreprises étaient évaluées, plus elles avaient besoin d’extraction de rente de monopole pour pouvoir justifier ces évaluations. Par conséquent, le modèle d’entreprise et la nécessité de conduire des évaluations sont entrés en conflit direct avec la culture qu’ils professaient.

Troisièmement, les algorithmes n’étaient pas soumis à la responsabilité. Ils étaient, comme l’a dit Frank Pasquale, en train de créer une société de la boîte noire. Il y avait une ironie dans le fait qu’un algorithme opaque soit l’instrument d’une société libre, ouverte et équitable. Quatrièmement, si les entreprises ont eu un impact économique immense, leurs implications distributives étaient plus mitigées. Ils ont donné du pouvoir à de nouveaux joueurs, mais ils semblent également détruire de nombreuses entreprises. Le secteur de l’information, par exemple, qui fait l’objet de préoccupations réglementaires en Australie, s’est révolté contre ces entreprises. Ces entreprises elles-mêmes sont devenues le symbole de l’inégalité du pouvoir économique et politique.

Cinquièmement, ces entreprises semblaient afficher l’orgueil ultime: s’installer presque comme une puissance souveraine. Cela était particulièrement évident dans la manière dont ils réglementaient la parole, se faisant passer pour des arbitres de la parole autorisée sans aucune responsabilité réelle ni cohérence des normes. Quoi que l’on puisse penser de la nécessité d’interdire Trump des médias sociaux, la perspective d’un PDG exerçant une autorité presque illimitée sur un président élu, qui a été exercée cyniquement lorsque ce président était sur le point de sortir, n’a fait que souligner le pouvoir et le potentiel démesurés. d’orgueil que ces entreprises pourraient exercer. FacebookLa réaction de l’Australie à l’Australie n’est rien d’autre que de l’orgueil. S’il y a quelque chose qui caractérise la politique de notre époque, c’est la demande que les forces économiques et technologiques soient réintégrées dans le contrôle souverain.

Et, enfin, il y a aussi une plus grande méfiance face aux effets des grandes technologies sur la démocratie et la démocratisation. La légitimité sociale du libertarisme californien est venue de la promesse d’une nouvelle ère d’autonomisation démocratique. Mais au fur et à mesure que les démocraties devenaient plus polarisées, la liberté d’expression davantage militarisée et l’ordre de l’information plus manipulé, une plus grande suspicion allait être jetée sur ce modèle. Toutes les démocraties sont aux prises avec ce dilemme. Étant donné que Scott Morrison a appelé le Premier ministre Narendra Modi sur la question de Facebook, il pourrait sembler que le Quad pourrait avoir besoin d’être une alliance contre l’autoritarisme chinois et le libertarisme californien!

Mais ces préoccupations mondiales seront également réfractées à travers différents contextes nationaux. La Pologne, un gouvernement vire à l’autoritarisme, ironiquement, a fait des lois empêchant les entreprises de médias de censurer les tweets. En Inde, ce contexte mondial sera désormais utilisé comme prétexte pour faire avancer les objectifs du régime. Certains de ces objectifs sont irréprochables, mais ils seront également tordus à des fins peu recommandables. L’Inde se souciera à juste titre de ses propres intérêts économiques. L’Inde sera l’une des plus grandes bases d’utilisateurs d’Internet et de données au monde. L’argument sera que cela devrait être mis à profit pour créer des entreprises indiennes emblématiques et une valeur ajoutée indienne. L’Inde peut créer de la concurrence et être plus autonome dans cet espace. Repousser les grandes technologies n’est pas du protectionnisme, car ce recul vise à freiner les avantages injustes qu’ils utilisent pour exploiter un marché indien ouvert.

Il y a quelques années, l’Inde n’aurait pas pensé ainsi en raison de sa volonté de courtiser les États-Unis. Mais le contexte a maintenant changé. Il y a une véritable poussée idéologique vers Atmanirbhar Bharat. L’Inde peut également souligner à juste titre qu’en Chine, le fait de ne pas entrer les entreprises technologiques n’a pas fait beaucoup de différence sur les flux financiers ou les investissements dans d’autres domaines. Tesla n’investira-t-il pas parce que nous exerçons un plus grand contrôle sur Facebook ou Amazon? Deuxièmement, les grandes entreprises en Inde, ou plutôt les seules qui comptent dans cet environnement réglementaire, sont des adeptes de davantage de protectionnisme; il détecte une opportunité commerciale. Dans quelle mesure nous pouvons innover est une question ouverte. Il y a une impulsion fondamentale dans ce gouvernement pour potentiellement contrôler l’ordre de l’information autant que possible. Il a courtisé les entreprises technologiques étrangères tant que cela correspondait à ses objectifs. Mais dès qu’il y aura une odeur qu’ils constitueront une menace pour l’idée de ce gouvernement d’un ordre de l’information et d’un contrôle culturel, le gouvernement trouvera des moyens de les apprivoiser. À long terme, il préférerait s’occuper des monopoles nationaux, même mal gérés, pour créer ce que cette colonne appelle «Le RSS rencontre Jio World»(1er mai 2019).

Ainsi, à mesure que de nouvelles réglementations affectant les entreprises technologiques seront annoncées, il sera important de faire la distinction entre les réglementations qui résolvent certains problèmes réels dans cet espace et la réglementation qui utilise ce contexte plus large pour exercer plus de contrôle. Il y a ici des problèmes complexes qui doivent vraiment être résolus. Comment pouvons-nous améliorer les capacités technologiques de l’Inde? Quelle est la meilleure structure institutionnelle pour protéger la démocratie et la liberté à la fois d’un pouvoir exécutif sans entraves et d’un pouvoir d’entreprise irresponsable? La nouvelle réglementation de la technologie contribue-t-elle réellement à créer des conditions de concurrence équitables ou crée-t-elle de nouveaux monopoles locaux?

Mais il sera plus facile de résoudre ces problèmes si le gouvernement montrait un engagement de principe en faveur de la liberté, un engagement manifeste à éradiquer le capitalisme de copinage, un investissement dans la science et la technologie à la hauteur des défis de l’Inde, et une indépendance et une crédibilité réglementaires générales. Nous ne devons pas supposer que simplement parce que les grandes technologies sont mises à genoux, l’alternative sera meilleure. Il suffit de regarder les informations télévisées, par exemple: un système indigène, complètement brisé et corrompu qui est presque totalement soumis au contrôle du gouvernement. Nous devons nous attaquer aux contradictions internes du libertarisme californien. Mais il faudra aussi se méfier du fait que ces contradictions ne deviennent pas le prétexte pour légitimer lentement l’autoritarisme chinois.

Cet article est paru pour la première fois dans l’édition imprimée le 20 février 2021 sous le titre «Entre la Californie et la Chine». L’écrivain contribue à la rédaction, Express indien

.

Leave a Reply