Journaux (image représentative) |  Flickr
Journaux (image représentative) | Flickr

Taille du texte:

Wavec les journaux locaux en difficulté, le gouvernement australien a trouvé une solution apparemment simple: forcer Google et Facebook à les subventionner. C’est le dernier exemple d’une tactique de plus en plus mondiale. Et c’est désespérément malavisé.

Le mois dernier, la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs a publié un «code de conduite obligatoire» qui (si le législateur l’approuve) établira un processus de négociation entre les plateformes numériques et les agences de presse locales. L’objectif affiché est de déterminer combien ces derniers devraient être rémunérés pour les bribes d’actualités que les plateformes affichent à leurs utilisateurs, en partant du principe qu’un déséquilibre de concurrence a conduit au déclin des éditeurs. Si les deux parties ne parviennent pas à s’entendre, un groupe spécial d’arbitrage décidera de combien les plates-formes doivent cracher.

Pour commencer, cette approche diagnostique mal le problème. Le modèle économique du journalisme n’a pas été brisé par les plateformes numériques. Internet a dégroupé de nombreux services – annonces classées, offres d’emploi, listes de films, etc. – que les journaux fournissaient autrefois, tout en érodant les monopoles locaux ou régionaux qui les rendaient si rentables. Il offrait aux consommateurs une multitude d’actualités et d’opinions gratuites et offrait aux annonceurs des options et des publics que les éditeurs traditionnels n’avaient pas pu égaler. Il est vrai que Facebook et Google ont capitalisé sur ces tendances, mais ils les ont à peine provoquées.

De plus, pour les plateformes, l’actualité est une source de revenus insignifiante. Seulement 4% environ du fil d’actualité de Facebook sont en fait des «actualités», par opposition aux publications de la famille et des amis, alors que Google ne prend même pas la peine de monétiser Google Actualités; il estime qu’environ 1% seulement des recherches en Australie ont quelque chose à voir avec l’actualité. En revanche, les éditeurs du monde entier dépendent énormément des plates-formes pour générer du trafic vers leurs sites. Si quelqu’un doit payer dans cette relation, ce n’est pas Google et Facebook.

Aucune des plateformes n’a non plus agi de manière abusive. Si un éditeur n’aime pas la façon dont Google affiche des extraits de son contenu, par exemple, il est libre d’ajuster ces paramètres ou de se désinscrire entièrement. Aucun des deux agrégateurs n’empêche les consommateurs de visiter directement les sites d’information s’ils le souhaitent. Et les deux ont volontairement engagé des centaines de millions de dollars dans les salles de rédaction du monde entier ces dernières années. Qu’ils l’aient fait par devoir civique (comme on dit) ou pour détourner les critiques (comme cela semble probable) importe peu.

Mais la meilleure raison de s’opposer à l’approche de l’Australie est qu’il s’agit d’un échec avéré. En incitant les plateformes à supprimer complètement les extraits d’actualités et les aperçus, cela réduira selon toute vraisemblance le trafic des éditeurs, réduira les revenus publicitaires, érodera la concurrence, entravera l’innovation et privera inutilement les consommateurs d’un service précieux. Il suffit de demander à l’Espagne et à l’Allemagne, où des règles similaires ont entraîné une forte baisse du trafic d’informations locales et causé un préjudice démesuré aux petits éditeurs. Ou demandez à la France, où les régulateurs ont récemment pris la décision extraordinaire d’exiger de Google qu’il fournisse et paye des extraits de nouvelles, qu’il le veuille ou non – une politique si lourde et obtuse qu’elle se démarque même selon les normes européennes.

Un bon journalisme est, bien entendu, essentiel à la démocratie. Si le gouvernement australien, ou tout autre, souhaite subventionner les journaux pour le bien public, cela vaut la peine d’être débattu. Mais exiger que deux entreprises étrangères le fassent sous un faux prétexte ne permet guère d’élaborer des politiques judicieuses et ne résoudra aucun problème sous-jacent. Combinée aux menaces implicites d’une telle réglementation – l’Australie a songé à confisquer 10% du chiffre d’affaires annuel d’une plateforme rebelle – cette approche s’apparente davantage à du racket.

La vie n’a pas été facile pour les agences de presse depuis un certain temps, et il est peu probable qu’elle devienne beaucoup plus facile. Il est encourageant de constater que les décideurs veulent désormais les aider à trouver des solutions viables. Leur première responsabilité, cependant, est d’éviter d’aggraver les choses. – Bloomberg


Lisez aussi: Facebook met en place F2 pour poursuivre ses plans de paiement, le marché indien de WhatsApp parmi les cibles de l’entreprise


Abonnez-vous à nos chaînes sur Youtube & Télégramme

Les médias d’information sont en crise et vous seul pouvez y remédier

Vous lisez ceci parce que vous appréciez un journalisme de qualité, intelligent et objectif. Nous vous remercions de votre temps et de votre confiance.

Vous savez également que les médias sont confrontés à une crise sans précédent. Il est probable que vous entendiez également parler des mises à pied brutales et des réductions de salaire qui frappent l’industrie. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles l’économie des médias est brisée. Mais le problème majeur est que les bonnes personnes ne paient pas encore assez pour un bon journalisme.

Nous avons une salle de rédaction remplie de jeunes reporters talentueux. Nous disposons également de l’équipe d’édition et de vérification des faits la plus solide du pays, des meilleurs photographes de presse et des professionnels de la vidéo. Nous construisons la plateforme d’information la plus ambitieuse et la plus énergique de l’Inde. Et nous n’avons même pas encore trois ans.

Chez ThePrint, nous investissons dans des journalistes de qualité. Nous les payons équitablement et à temps, même en cette période difficile. Comme vous l’avez peut-être remarqué, nous ne nous efforçons pas de dépenser tout ce qu’il faut pour nous assurer que nos journalistes parviennent là où se trouve l’histoire. Notre couverture de coronavirus stellaire en est un bon exemple. Vous pouvez en vérifier une partie ici.

Cela a un coût considérable. Pour que nous puissions continuer à offrir un journalisme de qualité, nous avons besoin de lecteurs comme vous qui le paient. Parce que le marché de la publicité est également cassé.

Si vous pensez que nous méritons votre soutien, rejoignez-nous dans cet effort pour renforcer un journalisme juste, libre, courageux et questionnant, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous. Votre soutien définira notre journalisme et l’avenir de ThePrint. Cela ne prendra que quelques secondes de votre temps.

Soutenez notre journalisme