- Publicité -


Après une décision de la Commission de la concurrence de l’Inde (CCI), Google a fait une pause l’application de sa politique qui obligeait les développeurs d’applications à utiliser son système de facturation Google Play pour les achats intégrés. La société a déclaré qu’elle examinait ses « options juridiques » et s’assurait qu’elle pouvait « continuer à investir dans Android et Play ». La date limite antérieure pour adhérer à la politique du géant de la technologie était le 31 octobre.

« Suite à la récente décision de la CCI, nous suspendons cette application de l’obligation pour les développeurs d’utiliser le système de facturation de Google Play pour l’achat de biens et services numériques pour les transactions effectuées par les utilisateurs en Inde pendant que nous examinons nos options juridiques et nous assurons que nous pouvons continuer à investir dans Android et Play », a déclaré Google dans une page de support sur son blog mardi.

L’ordonnance CCI

- Publicité -

La CCI a adopté deux ordonnances et pénalités différentes le Google (en anglais) dans deux affaires distinctes le mois dernier. L’un d’eux était un pénalité de Rs 936.44 crore sur la société pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché en ce qui concerne ses politiques Play Store. L’organisme de surveillance a émis une ordonnance de cesser et de s’abstenir et a ordonné à l’entreprise de technologie de modifier sa conduite dans un délai défini, ce qui inclut de permettre aux développeurs d’applications mobiles d’utiliser des services de paiement tiers sur son magasin d’applications.

Selon CCI, les politiques du Play Store exigent que les développeurs d’applications utilisent exclusivement et obligatoirement le système de facturation de Google Play (GPBS) non seulement pour recevoir des paiements pour des applications et d’autres produits numériques, mais également pour certains achats intégrés. En outre, les développeurs d’applications ne peuvent pas, au sein d’une application, fournir aux utilisateurs un lien direct vers une page Web contenant un autre mode de paiement ou utiliser un langage qui encourage un utilisateur à acheter l’article numérique en dehors de l’application.

Si les développeurs d’applications ne se conforment pas au GPBS, ils ne sont pas autorisés à répertorier leurs applications sur Play Store et risquent de perdre le vaste bassin de clients potentiels sous la forme de Androïde Utilisateurs. « Rendre l’accès au Play Store dépendant de l’utilisation obligatoire de GPBS pour les applications payantes et les achats intégrés est unilatéral et arbitraire, et dépourvu de tout intérêt commercial légitime. Les développeurs d’applications sont privés du choix inhérent d’utiliser des processeurs de paiement de leur choix sur le marché libre », avait déclaré la CCI.

Avant cela, le régulateur antitrust avait imposé une pénalité de Rs 1,338 crore sur Google pour avoir abusé de sa position dominante dans plusieurs catégories liées à l’écosystème des appareils mobiles Android dans le pays.

L’incapacité de Google à mettre en œuvre sa politique de paiement en Inde

En 2020, Google avait déclaré qu’il appliquerait sa méthode de paiement in-app en Inde d’ici septembre 2021, ce qui a entraîné une réaction violente de la part de l’industrie, qui a déclaré que Google abusait de sa position dominante. D’éminents entrepreneurs indiens de l’Internet, y compris des entreprises comme PaytmVijay Shekhar Sharma et Murugavel Janakiraman de BharatMatrimony ont fait part de leurs préoccupations à ce sujet au ministère des technologies de l’information et, en raison de la pression, Google a dû reporter la mise en œuvre de la politique en Inde à deux reprises – une fois à mars 2022, puis à octobre 2022.

Alors que la surveillance antitrust augmentait sur Google et PommeEn septembre, Google a déclaré qu’il permettrait aux développeurs d’applications Android non liées au jeu de plusieurs pays, dont l’Inde, d’offrir des options de paiement tierces dans le cadre d’un projet pilote. Sur ces systèmes de paiement alternatifs, les développeurs verront leurs frais de service de 15 à 30 % réduits de 4 %.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici