Si vous regardez de près presque tous les quartiers de la Nouvelle-Orléans, vous trouverez probablement un mystère architectural ou un autre. Cependant, vous aurez du mal à en trouver un aussi grand que le lecteur que Skip Miller a récemment rencontré: un monstre de 15000 pieds carrés en plein milieu du Garden District.

«Cette maison est située dans le pâté de maisons 1500 de Harmony St.», a écrit Miller dans un courriel qui comprenait une photo d’un énorme édifice baroque espagnol de trois étages avec un trio de fenêtres cintrées frappantes dominant sa façade. «Il n’y a pas de numéro dessus, mais ça va jusqu’au 8e. … Une architecture incroyable. J’adore connaître l’histoire. »

Ajoutant une touche d’intrigue, la maison est brouillée sur la fonction «Street View» de Google Maps.

Clairement, il y a une histoire ici. Il s’avère que cela implique une congrégation presbytérienne, un ancien grand kludd du Louisiana Ku Klux Klan, un maestro du ballet et deux superstars de la pop moderne.






HISTOIRE -westminster-presbytérien-02.jpg

Un croquis publié en 1921 dans The Times-Picayune décrit la vision originale de l’église presbytérienne de Westminster sur Harmony Street. L’église achevée serait différente – notamment en l’absence du clocher proéminent – bien que l’influence baroque espagnole subsisterait.




Tout d’abord, l’église: le bâtiment qui se cache derrière cette tache floue de Google date de 1926, construit par la toute jeune église presbytérienne de Westminster.

Fondée en 1915, la congrégation s’était d’abord installée dans un bâtiment plus petit au coin de l’avenue Saint-Charles et de la septième rue, avec JC Barr en tant que pasteur.

«Au cours des deux dernières années, une école du dimanche florissante a été menée dans ce quartier, dirigée par des hommes et des femmes qui ont volontiers donné leur temps et leurs talents au travail», lit-on dans un article du Times-Picayune publié le jour de Noël 1915 annonçant l’achat par le église du terrain à Saint-Charles et au Septième. «… Dès que possible, il est proposé d’ériger un lieu de culte adéquat pour la congrégation, dont on pense qu’il grandira rapidement.

Le bâtiment qui en résulta – une simple structure à ossature de bois – ouvrit le 11 avril 1917. Comme prévu, la congrégation se développa rapidement.






HISTOIRE -westminster-presbytérien-01.jpg

Une image de journal à partir d’un microfilm montre le lieu de culte original pour l’église presbytérienne de Westminster de la Nouvelle-Orléans, une chapelle à ossature de bois, déménagée sur l’avenue Saint-Charles en juin 1921, de Saint-Charles et de la septième rue à une propriété nouvellement achetée à St Charles et Harmony Street.




À peine trois ans plus tard, en 1920, les dirigeants de l’église ont acheté une propriété à proximité le long de l’avenue Saint-Charles, décrite comme «l’ancienne ferme Irwin» pour 42 500 $. En plus d’être beaucoup plus grande que la parcelle d’origine, elle enjambait le pâté de maisons entre les rues Harmony et Eighth, offrant un accès depuis les deux rues latérales ainsi que depuis l’avenue.

Lorsque l’église a déménagé sur le nouveau site en juin 1921, une photo publiée dans The Times-Picayune l’a montré littéralement, transportant sa chapelle à ossature de bois deux pâtés de maisons sur l’avenue Saint-Charles, du coin de Saint-Charles et de la Septième à le coin de Saint-Charles et Harmony. C’est là que la congrégation adorerait tandis qu’une nouvelle église beaucoup plus grande était prévue.

Tel que conçu à l’origine, le nouveau bâtiment devait s’inspirer des églises de style Mission d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud; construit en roche de corail; et orné de sculptures complexes, d’un toit en tuiles de bronze et d’un dôme central d’où devait s’élever un clocher. Ces plans seraient mis au rebut, mais des éléments d’entre eux – y compris l’influence de la Mission, tels que son extérieur en stuc blanc et une couronne churrigueresque ornée enjambant la façade – survivraient.

Le terrain a été brisé sur le bâtiment réaménagé lors d’une cérémonie de 1923 et – un rebondissement! – a été suivi par 38 membres en robe du Ku Klux Klan, qui ont formé une croix humaine sur la propriété de l’église.

«Par l’intermédiaire de leur porte-parole (ils) ont donné 50 $ et une note de salutations au révérend JC Barr, pasteur et leader reconnu du Klan», lit-on dans un article publié le 5 juillet 1923 dans The Times-Picayune.

Les 500 hommes, femmes et enfants présents auraient applaudi.






NO.historic.io.022021_1.JPG

Un trio de fenêtres cintrées domine la façade du bâtiment baroque espagnol de trois étages.




(Barr, qui a félicité les Klansmen pour avoir défendu tout ce qui “vaut la peine d’être sauvé en Amérique”, a été à un moment donné le grand kludd, ou aumônier, du Louisiana Klan, selon un article de journal. En fait, il le ferait en octobre 1926. présider ce qui a été qualifié de premier mariage officiel du KKK en Louisiane, entre William Ivy Hatfield et Birdie May Vowell. Ce service a eu lieu au Maccabees Hall sur South Rampart Street, éclairé à l’époque par seulement «une croix enflammée».)

Le 21 novembre 1926, Barr a pris la chaire pour le premier service tenu dans le nouveau bâtiment de Westminster, conçu par Rathbone De Buys, Juan G. Landry et Albert L. Theard, et coûtant 84 000 $ à construire.

Barr a quitté Westminster en 1930 en désaccord sur la fermeture d’un hôpital presbytérien, mais la congrégation a continué à utiliser le nouveau bâtiment jusqu’à la fin des années 1960.

Après avoir été vacant pendant plusieurs années, le fils d’un organiste d’église – le légendaire instructeur de ballet de la Nouvelle-Orléans Harvey Hysell – a repris le bâtiment en 1977, dépensant environ 100000 dollars pour le transformer en son école de ballet éponyme.

En plus de former une génération de danseurs notables de la Nouvelle-Orléans, le Ballet Hysell insufflerait une nouvelle vie à l’ancien bâtiment de Westminster, l’occupant jusqu’en 2001.

Ensuite, les nouveaux propriétaires ont entrepris une rénovation massive, la transformant en une maison de trois chambres et 3½ salles de bain, avec une pièce principale – l’ancien sanctuaire – bénéficiant d’un plafond de 26 pieds. À l’arrière, il comprenait trois appartements d’une chambre accessibles du côté de la huitième rue du bâtiment.






NO.historic.io.022021_6.JPG

Des sculptures détaillées ornent le bâtiment de 15 000 pieds carrés du Garden District.




Puis – dans un autre rebondissement – le bâtiment a été vendu en 2015 pour 2,6 millions de dollars. Les propriétaires cette fois? Eh bien, le bureau de l’évaluateur de la paroisse d’Orléans répertorie l’acheteur sous le nom de Sugarcane Park LLC, qui répertorie une adresse postale pour Parkwood Entertainment LLC – la société de gestion appartenant à nul autre que la déesse de la pop Beyoncé.

Naturellement, cela a alimenté la spéculation selon laquelle l’ancienne propriété de Westminster appartient maintenant à Beyonce et à son mari Jay-Z. Ils n’ont pas été enregistrés dans un sens ou dans l’autre, mais ce travail de flou de Google en dit long.

Cela ajoute également une couche supplémentaire d’intrigue à une histoire déjà intrigante.

Vous connaissez un bâtiment de la Nouvelle-Orléans qui mérite d’être décrit dans cette chronique, ou simplement curieux d’en connaître un? Contactez Mike Scott au [email protected].

Sources: Les archives Times-Picayune; NOLA.com; CurbedNOLA.com.

Les achats effectués via des liens sur notre site peuvent nous rapporter une commission d’affiliation

.

Leave a Reply