SINGAPOUR (BLOOMBERG) – Le family office du co-fondateur de Google Sergey Brin ouvre une succursale à Singapour, rejoignant la ruée des clans ultra-riches vers le centre financier de l’Asie du Sud-Est.

Bayshore Global Management, la société californienne qui dessert M. Brin, a ouvert un bureau à Singapour à la fin de l’année dernière, selon des documents déposés auprès du régulateur d’entreprise. La directrice adjointe des investissements, Marie Young, a été nommée directrice de l’unité.

M. Brin est la neuvième personne la plus riche du monde, avec une valeur nette de 86,5 milliards de dollars américains (115 milliards de dollars singapouriens), selon le Bloomberg Billionaires Index. Il est le dernier magnat à profiter des faibles impôts, de la haute sécurité et des généreuses incitations de Singapour pour les family offices, qui gèrent la vie et la richesse des super-riches.

Le patron des fonds spéculatifs, Ray Dalio, en ouvre un dans le pays, tandis que le groupe Weybourne du fabricant d’aspirateurs James Dyson est déjà là.

M. Brin a cofondé le géant de la recherche Google – maintenant une unité d’Alphabet – avec Larry Page en 1998. À mesure que la société se développait à l’échelle mondiale, Singapour est devenue un centre régional et le couple aurait visité la ville en 2016 pour rencontrer ses dirigeants et en apprendre davantage sur son développement . Alors que les hommes se sont éloignés de la gestion active de l’entreprise, ils détiennent toujours des actions à très haut droit de vote leur donnant le contrôle.

Les documents déposés par Bayshore à Singapour montrent que son activité principale sera liée au family office. Le bureau tire son nom de North Bayshore – la section de Mountain View, en Californie, où Google a son siège social. Son unité de Singapour est détenue par l’intermédiaire d’une société holding nommée Parachute Capital (SGP) Pte, qui répertorie également Young comme administrateur.

Les représentants d’Alphabet et de Bayshore n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Mme Young n’a pas répondu à un e-mail demandant un commentaire.

Cette décision intervient alors que le gouvernement de Singapour cherche à attirer les personnes les plus riches du monde sur ses rives. Les emplois et la formation qu’ils offrent aux habitants sont les principaux moteurs des incitations fiscales et d’un programme d’investissement mondial qui donne aux personnes ultra-riches une voie vers la résidence permanente. On estime qu’en octobre, environ 200 bureaux unifamiliaux géraient des actifs d’une valeur d’environ 20 milliards de dollars américains dans la ville.

Singapour est devenue une base relativement stable pour ceux qui recherchent un avant-poste asiatique, en particulier hub rival Hong Kong fait face à des tensions politiques qui pourraient conduire à un exode de liquidités. Les family offices en Asie ont surperformé leurs pairs mondiaux grâce à leur plus grande exposition aux actions chinoises et aux entreprises technologiques, selon UBS Group.



Leave a Reply