Google a annoncé une modification de sa politique relative aux éditeurs qui arrêtera la monétisation du contenu, des pages Web et des applications dans des langues qui ne sont actuellement pas répertoriées dans leurs «langues prises en charge».

Dans un e-mail envoyé aux éditeurs existants le 30 septembre vers 22 heures IST, Google a annoncé qu’à partir du 30 octobre, ils n’autoriseraient pas la monétisation de nouveaux sites à l’aide d’AdSense, Ad Manager et Ad Mob s’ils ne sont pas principalement dans les langues qu’ils soutien.

La communication indiquait en outre qu’à partir du 30 mars 2020, ils n’autoriseront pas la monétisation de sites, pages Web et applications à l’aide d’AdSense, Ad Manager et Ad Mob s’ils sont dans les langues non prises en charge. La date de l’interdiction générale de toutes les pages, sites et applications existants semble déroutante car le 30 mars est déjà passé. On s’attend à ce que Google publie une clarification pour savoir s’il s’agissait de 2021.

Communication de Google

Liste des langues prises en charge par Google: de nombreuses langues indiennes programmées sont manquantes

Google a une liste de langues prises en charge. Bien que de nombreuses langues indiennes figurent dans la liste, à savoir le bengali, le gujarati, l’hindi, le kannada, le malayalam, le marathi, le tamoul, le télougou et l’ourdou (par ordre alphabétique), il en existe encore plusieurs langues indiennes programmées absent de la liste.

Les langues indiennes programmées telles que l’assamais, le bodo, le dogri, le cachemire, l’odia, le punjabi, le manipuri, le santhali, le maithili et bien d’autres ne figurent pas dans la liste des langues prises en charge par Google.

Qu’est-ce que cela signifierait pour les langues non prises en charge par Google

L’annonce de Google concernant la monétisation du contenu signifie que de nombreux écrivains et professionnels, startups et applications dans les langues non prises en charge peuvent manquer la monétisation. Cela signifierait qu’un blogueur Odia cherchant à monétiser son blog ou une page Web assamaise dont le contenu est en langue assamaise, ou toute application mobile en Dogri qui vise à répondre aux utilisateurs dans cette langue, ne sera pas monétisé. Cela peut signifier une perte importante pour les créateurs de contenu linguistique qui prévoient de s’adresser aux lecteurs ou utilisateurs régionaux.

Étant donné que cette interdiction s’applique également aux applications mobiles, de nombreuses startups basées sur des applications visant à répondre aux besoins des utilisateurs dans ces langues seront affectées.

Google est un acteur très puissant dans le monde numérique, bénéficiant d’un monopole virtuel dans l’écosystème numérique. De nombreuses options de génération de revenus dépendent de ce que Google décide. Les petits et moyens éditeurs n’ont tout simplement pas d’autre choix que de dépendre de Google pour leurs revenus.

Les sites Web existants en Odia, en punjabi, en assamais et dans de nombreuses autres langues peuvent également souffrir

Il existe plusieurs médias et divertissements grand public, des sites Web de services dans les langues indiennes programmées comme l’Odia, l’assamais, le punjabi, le manipuri et d’autres langues qui ne sont pas prises en charge par Google. L’interdiction générale annoncée par Google, bien que la date ne soit pas claire, pourrait également en souffrir. Les sites Web d’information régionaux, les pages de blog et les sites Web destinés aux lecteurs de ces langues spécifiques ne pourront plus monétiser, obtenir des publicités et gagner de l’argent.

Certaines applications mobiles peuvent avoir du contenu dans l’une des langues non prises en charge. La décision de Google signifiera qu’ils ne pourront plus monétiser, laissant ces applications du mal à gagner, peut-être financièrement non viables.

Les sites Web et les pages peuvent générer des publicités directes sur le marché, sans utiliser les outils de Google. Mais même dans ce cas, Google Ad Manager est un outil très populaire, même pour les publicités directes. La décision de Google devrait donc entraîner des pertes financières importantes pour un grand nombre de créateurs de contenu dans les langues non prises en charge.

Leave a Reply