Président de Microsoft, Brad Smith. (Photo de fichier GeekWire / Kevin Lisota)

Microsoft aime tellement le projet australien de faire payer les éditeurs locaux à Google et Facebook pour le contenu inclus dans les résultats de recherche ou les fils d’actualité que l’entreprise pense que les États-Unis devraient adopter une pensée similaire.

«Les États-Unis ne devraient pas s’opposer à une proposition australienne créative qui renforce la démocratie en exigeant que les entreprises technologiques soutiennent une presse libre. Il devrait le copier à la place », a déclaré le président de Microsoft, Brad Smith écrit dans un article de blog jeudi.

Microsoft pataugé dans le différend plus tôt ce mois-ci, lorsque Google a menacé de bloquer son moteur de recherche en Australie à cause du projet de loi, ou «code de négociation des médias d’information», comme on l’appelle. Smith a déclaré à l’époque que Microsoft ne ferait jamais une telle menace.

Facebook a également averti qu’il envisagerait empêcher les Australiens de partager des nouvelles sur sa plate-forme si la loi passe.

Smith a profité de l’occasion dans son article pour approfondir les menaces à la démocratie et au journalisme et l’érosion des sources d’informations traditionnelles aux mains d’Internet et des médias sociaux. Microsoft a également vanté ses accords de licence MSN avec 1200 éditeurs dans le monde, générant 1 milliard de dollars de revenus pour ces éditeurs depuis 2014.

«La législation corrigera le déséquilibre économique entre la technologie et le journalisme en imposant des négociations entre ces gardiens de la technologie et les agences de presse indépendantes», a déclaré Smith. «L’objectif est de fournir aux agences de presse une compensation pour les avantages tirés par les contrôleurs technologiques de l’inclusion de contenu d’actualité sur leurs plates-formes.»

Le moteur de recherche Bing de Microsoft pourrait en bénéficier, que la loi soit adoptée en Australie ou qu’elle gagne du terrain ailleurs. Bing détient moins de 5% des parts de marché en Australie et le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a déclaré que Microsoft était prêt à intervenir et à développer Bing en Australie si Google tirait son moteur de recherche.

«Avec une perspective réaliste de gagner une part d’utilisation, nous sommes convaincus que nous pouvons créer le service que les Australiens veulent et ont besoin», a écrit Smith. «Et, contrairement à Google, si nous pouvons grandir, nous sommes prêts à souscrire aux obligations de la nouvelle loi, y compris le partage des revenus comme proposé avec les agences de presse. La clé serait de créer un marché plus compétitif, ce que le gouvernement peut faciliter. »

Note de l’éditeur: Microsoft fournit un soutien financier au journalisme indépendant de GeekWire en tant que garant de notre couverture civique. Les décisions de couverture sont à la seule discrétion de l’équipe éditoriale de GeekWire, sans participation ni influence des souscripteurs. En savoir plus sur le contenu souscrit sur GeekWire.



Leave a Reply