L’application Google est vue sur un smartphone dans cette illustration prise le 13 juillet 2021. REUTERS/Dado Ruvic//File Photo

BRUXELLES, 26 juillet (Reuters) – Unité Alphabet Google (GOOGL.O) dispose de deux mois pour améliorer la façon dont il présente les résultats de recherche sur Internet pour les vols et les hôtels et expliquer comment il les classe sous peine d’éventuelles sanctions, ont déclaré lundi la Commission européenne et les autorités européennes des consommateurs.

Le moteur de recherche Internet le plus populaire au monde a longtemps fait l’objet d’un examen minutieux de la part des autorités antitrust et des groupes de consommateurs du monde entier sur ses pratiques commerciales, qui dans certains cas lui ont valu de lourdes amendes.

Le dernier grief porte sur les prix de ses services Google Flights et Google Hotels.

Les prix finaux de ces derniers devraient inclure des frais ou des taxes qui peuvent être calculés à l’avance, tandis que les prix de référence utilisés pour calculer les remises promues devraient être clairement identifiables, l’exécutif de l’UE et les organismes nationaux de surveillance des consommateurs, dirigés par l’agence néerlandaise et la Direction générale belge de l’économie Inspection, a indiqué dans un communiqué commun.

“Les consommateurs européens ne peuvent pas être induits en erreur lorsqu’ils utilisent les moteurs de recherche pour planifier leurs vacances. Nous devons donner aux consommateurs les moyens de faire leurs choix sur la base d’informations transparentes et impartiales”, a déclaré le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders.

Les agences ont également demandé à Google de réviser les conditions générales de son Google Store, car certains cas ont montré que les commerçants ont plus de droits que les consommateurs.

Si les propositions de Google ne suffisent pas, les agences discuteront plus avant de la question avec l’entreprise et pourront imposer des sanctions.

Google a déclaré dans un communiqué: “Nous nous félicitons de ce dialogue et travaillons en étroite collaboration avec les agences de protection des consommateurs et la Commission européenne pour voir comment nous pouvons apporter des améliorations qui seront bénéfiques pour nos utilisateurs et offriront encore plus de transparence.”

Reportage de Foo Yun Chee ; édité par Barbara Lewis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply