- Publicité -

Il y a plutôt fil intéressant par un ingénieur logiciel qui a travaillé sur Google Glass et Clips qui discute des “défauts fatals” des deux, et des cultures internes qui ont permis aux appareils d’être expédiés.

En commençant par l’analyse Google Glass, Warren Craddock était un ingénieur logiciel senior “spécialisé dans la conception de caméras” pendant 16 mois sur le projet.

Craddock a déclaré que le premier défaut était qu’il “ne faisait vraiment rien de très utile” malgré les efforts pour trouver “une tâche ou une situation où Glass serait indispensable”. Google n’a pas trouvé de “killer app” en interne, pas plus que les développeurs tiers une fois l’Explorer Edition lancée.

- Publicité -

Les facteurs qui ont contribué à cela incluent l’écran 640 x 360 étant “tout simplement trop petit et trop mal placé dans le coin de l’œil”. Pendant ce temps, Google a trouvé des cas d’utilisation, notamment en posant des “questions insipides telles que” Ok Glass, quelle est la hauteur de la tour Eiffel ?” et prendre [photos] des plantes en pot sur leur bureau », ainsi que les notifications téléphoniques – n’ont finalement pas été jugés utiles par le marché.

Le deuxième défaut de la façon dont “vous aviez l’air stupide en le portant” est soutenu par une anecdote sur le fait que “personne n’a jamais porté de verre au bureau. Les appareils étaient assis sur nos bureaux, branchés sur USB, se rechargeant sans cesse. »

Google aurait “jamais directement reconnu les défauts fatals” et aurait continué à promouvoir le produit.

Glass a finalement pivoté vers une Enterprise Edition, qui en est à sa deuxième version, qui a trouvé un cas d’utilisation industrielle. Pendant ce temps, travailler sur la photographie computationnelle, en particulier Fusion d’images et HDR+pour que l’appareil photo Glass d’origine fonctionne correctement, a ensuite été appliqué aux téléphones Nexus et Pixel.

Pendant ce temps, Craddock – qui travaille actuellement chez Waymo – faisait partie de l’équipe de développement de Google Clips. Le défaut fatal de la minuscule caméra qui pouvait enregistrer automatiquement des moments était la façon dont « les photos étaient prises à partir de points de vue étranges ».

Il s’avère que les humains n’aiment que les images prises du point de vue des yeux d’autres humains.

C’est une caractéristique fondamentale de notre psychologie, et c’est parfaitement logique.

Nous n’aimons pas l’ambiance des photos prises à partir de dessus de table, de sacs à dos, d’épinglettes ou de colliers de chien.

Les clips ont pris conscience du problème et ont essayé de le corriger avec tout, de la correction de perspective basée sur l’IA qui a pratiquement déplacé la caméra de quelques centimètres au «matériel de montage».

Le fil complet vaut la peine d’être lu et aborde également ce qui s’est passé avec la caméra à champ lumineux Lytro.

FTC : Nous utilisons des liens d’affiliation automatique générateurs de revenus. Suite.


Découvrez 9to5Google sur YouTube pour plus d’informations :



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici