Cette semaine, le Parlement australien a adopté le «Code de négociation obligatoire pour les médias d’information et les plates-formes numériques» qui oblige les entreprises telles que Google et Facebook à payer les éditeurs locaux pour le contenu des nouvelles.

En 2018, Google et Facebook détenaient une part de marché combinée de 68% sur l’espace publicitaire en ligne en Inde, selon un rapport

Le président de l’INS, dans une lettre à Google, a déclaré que l’entreprise devrait payer pour les informations générées par les journaux qui emploient des milliers de journalistes sur le terrain.

L’Indian Newspaper Society (INS) a demandé à Google Inde de veiller à ce que les éditeurs de nouvelles du pays reçoivent 85% des revenus publicitaires pour leur contenu, car Google utilise ce contenu pour alimenter sa chaîne de valeur publicitaire.

Le président de l’INS, L Adimoolam, dans une lettre adressée au directeur national de Google Inde, Sanjay Gupta, a exigé que le grand géant de la technologie paie pour les nouvelles générées, car les journaux emploient des milliers de journalistes sur le terrain, à des frais considérables, pour recueillir et vérifier les informations.

La proportion des revenus publicitaires que Google verse actuellement aux éditeurs d’actualités n’est pas claire. Dans un blog daté de juin de l’année dernière, Google a affirmé que les éditeurs d’actualités conservent plus de 95% des revenus publicitaires numériques qu’ils génèrent lorsqu’ils utilisent le gestionnaire d’annonces de Google pour diffuser des annonces sur leurs sites Web.

Cette semaine, le Parlement australien a adopté le «Code de négociation obligatoire pour les médias d’information et les plates-formes numériques» qui oblige les entreprises telles que Google et Facebook, dont la principale source de revenus est la publicité, à payer les éditeurs locaux pour le contenu des nouvelles.

Alors que le gouvernement australien proposera un format de paiement standardisé, en France, Google conclura un accord avec des éditeurs individuels en fonction de la quantité de contenu utilisée, à quelle fréquence et de la taille du lectorat d’un éditeur de nouvelles.

“Puisque le contenu généré et publié par les journaux est exclusif, la société a souligné que c’est ce contenu crédible qui a donné à Google l’authenticité en Inde depuis sa création”, a déclaré l’INS dans un communiqué.

En 2018, Google et Facebook détenaient une part de marché combinée de 68% dans l’espace publicitaire en ligne en Inde, selon un rapport.

En Inde, une quasi-effondrement du modèle conventionnel de revenus publicitaires pour les journaux imprimés en raison de la préférence accrue des lecteurs pour les sites Web d’informations numériques a exacerbé la crise de l’information dans le pays. Au milieu de la pandémie de Covid-19 l’année dernière, plusieurs des journaux traditionnels de l’Inde ont dû licencier des centaines de journalistes en raison de la baisse des revenus. Cela, à un moment où les souffrances humaines déchaînées lors du verrouillage, auraient dû mériter une couverture médiatique accrue par les journalistes.

Une Inc42 histoire du mois dernier, intitulée “[The Outline By Inc42 Plus] Les médias indiens résisteront-ils aux grandes technologies pour réclamer leur dû?», A révélé que l’année dernière, alors que les tarifs publicitaires numériques pour l’inventaire enchérissable s’effondraient, les revenus publicitaires mondiaux de Google continuent d’augmenter.

«Même avec une économie aussi médiocre (faibles revenus provenant des publicités), les entreprises de médias en ligne (et les versions numériques des médias grand public) dépendent fortement du trafic de Google pour s’en sortir. Ainsi, à moins que toutes les publications, y compris les publications traditionnelles, mettent leur contenu derrière des murs de paiement et ne découvrent d’autres sources de revenus, elles n’ont aucun effet de levier », a déclaré Jayadevan PK, qui avait créé la start-up de médias numériques FactorDaily. Inc42 le mois dernier.



Leave a Reply