Le gouvernement fédéral doit mettre en œuvre rapidement son plan de réglementation des géants du numérique comme Google et Facebook alors qu’ils continuent de saper le secteur canadien de l’information, a déclaré vendredi après-midi le chef de News Media Canada à un comité parlementaire.

John Hinds a déclaré au Comité permanent du patrimoine canadien qu’en dépit de la plus forte demande de nouvelles COVID-19[feminine pandémie, il y a encore peu de revenus en partie parce que Google et Facebook absorbent 80 pour cent des revenus publicitaires numériques au détriment des médias canadiens.

«Les vraies nouvelles leur coûtent de l’argent réel à rapporter, mais les monopoles coupent les journaux des sources de revenus pour les payer», a déclaré Hinds au comité. «Leurs modèles commerciaux reposent sur l’utilisation de contenus de médias d’information qu’ils ne paient pas.»

Septembre discours du trône a déclaré que le Canada rédigerait une loi pour forcer les géants du numérique comme Facebook et Google à payer pour les articles, les vidéos ou la musique qu’ils utilisent des médias canadiens.

Vendredi, Hinds a déclaré au comité qu’il espérait qu’Ottawa pourrait présenter rapidement un projet de loi alors que la pandémie ravage davantage les médias canadiens avec des baisses de revenus et des mises à pied.

L’Australie travaille sur une législation visant à obliger Google et Facebook à payer pour l’utilisation d’articles de presse et d’informations créés par des éditeurs australiens.

Facebook a averti qu’il pourrait bloquer le contenu des nouvelles australiennes s’il était obligé de payer.

Mais le modèle en développement de l’Australie est un modèle que le Canada devrait examiner, a déclaré Hinds.

«Ce que nous recherchons, c’est la capacité de négocier en tant qu’industrie une compensation équitable», a-t-il déclaré.

En septembre, News Media Canada a publié un rapport suggérant que l’argent récupéré auprès des géants du numérique pourrait financer jusqu’à 700 emplois dans le journalisme.

Hinds a également critiqué le gouvernement fédéral pour ne pas avoir acheté suffisamment de publicités liées à l’information sur le COVID-19 dans les points de vente canadiens malgré leur large lectorat à travers le pays.

Il a dit qu’il n’était pas certain que la campagne publicitaire d’Ottawa était «suffisante pour communiquer efficacement» avec les Canadiens et a souligné que les gouvernements provinciaux font régulièrement de la publicité dans les médias locaux.

Dans l’intervalle, a-t-il dit, les journaux canadiens comblaient les lacunes d’information sur la pandémie causée par le manque de publicités gouvernementales avec leurs reportages.

Avant la pandémie, la publicité imprimée chutait déjà de 20% par an dans le pays. Ces dernières années, plus de 250 journaux à travers le Canada ont fermé.

Lorsque le COVID-19 a frappé, les revenus ont chuté jusqu’à 75% sur certains marchés canadiens, a déclaré Hinds.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Il a ajouté que la subvention salariale fédérale, instituée au début de la pandémie, a permis à de nombreux journaux de continuer à publier.

L’aide fédérale aux éditeurs d’articles sans abonnement a également été utile, a déclaré Hinds, ajoutant que, idéalement, elle serait rendue permanente pour aider les petits journaux communautaires à être viables.

Avec des fichiers de l’Associated Press

.

Leave a Reply