TORONTO – L’activité COVID-19 au Canada est à son plus haut niveau à ce jour, mais il semble que les Canadiens vivent toujours comme si c’était la fin de la première vague.

Les dernières données de Google et d’Apple suggèrent que les Canadiens passent à peu près autant de temps à la maison, dans les lieux de travail et dans les magasins qu’ils ne l’étaient en mai dernier, même si le nombre quotidien moyen de nouveaux cas de COVID-19 est maintenant plus de six fois ce que c’était alors.

Google suit les tendances des mouvements au niveau de la population depuis février dernier en comparant le temps que ses utilisateurs passent dans divers endroits aux niveaux pré-pandémiques.

Selon sa dernière Rapport sur la mobilité communautaire au Canada, les Canadiens ont passé entre 17 et 19 pour cent de plus de temps à la maison au cours de la première semaine de janvier qu’avant la pandémie.

Si cela ne semble pas beaucoup, gardez à l’esprit que l’augmentation du temps passé à la maison a rarement dépassé 10% en août et septembre. Même au sommet de la première vague, il n’a presque jamais dépassé 25%.

La tendance de la semaine dernière était plus conforme à celle de la mi-mai 2020, lorsque le nombre de nouveaux cas quotidiens au Canada est tombé pour la première fois en dessous de 1500 – un total de l’Ontario et du Québec dépassent désormais chacun d’eux-mêmes chaque jour.

Le temps passé à la maison est du temps non passé en public, et les autres mesures de Google montrent également que si les Canadiens ajustent leur mode de vie face à l’escalade de la propagation du COVID-19, cela ne se produit pas dans la mesure où c’était lors de la première vague.

Le temps passé dans les transports en commun la semaine dernière était le moins vu depuis mai dernier, selon Google, tandis que le temps passé sur les lieux de travail était à son plus bas niveau depuis l’été dernier – mais toujours au-dessus de ce qu’il était même après la fin de la première vague.

Les lieux de travail sont considérés comme l’un des principaux moteurs de la propagation actuelle du COVID-19 dans de nombreuses régions du pays, en partie parce que certaines personnes ne peut pas se permettre de rester à la maison du travail même quand ils savent qu’ils risquent leur santé en y entrant.

La Dre Lisa Salamon, médecin d’urgence basée à Toronto, a déclaré mardi à l’émission Your Morning de CTV qu’elle aimerait voir plus de gouvernements en faire plus pour empêcher les lieux de travail d’ouvrir dans les régions où le nombre de cas augmente.

«Nous devons revenir à ce que nous avons fait lors de la première vague: seuls les lieux de travail essentiels peuvent être ouverts», a-t-elle déclaré.

“Je pense qu’il y a beaucoup de lieux de travail ouverts actuellement qui devraient être fermés, ou devraient [have] les personnes travaillant à domicile. “

Le trafic piétonnier du commerce de détail diminue également, selon les rapports de Google, mais pas autant qu’au printemps dernier. Ses données sur le temps passé dans les épiceries et les pharmacies canadiennes montrent une diminution d’environ 10 pour cent par rapport au niveau de référence, ce qui correspond aux dernières semaines de la première vague.

Cependant, cette baisse n’est intervenue qu’après un pic d’activité important pendant les vacances. Selon les données de Google, le 23 décembre a entraîné une augmentation plus importante du trafic vers les épiceries et les pharmacies du pays que tout autre jour depuis le début de la pandémie. Le 24 décembre est troisième sur cette liste; pris en sandwich entre eux est le 13 mars – le jour où le gouvernement fédéral a informé les Canadiens ne pas quitter le pays, exacerbant un vague d’achats de panique c’était déjà en cours.

Le temps passé dans les restaurants et autres entreprises du secteur des services, quant à lui, est sorti de la période des fêtes de 30% sous la moyenne prépandémique – encore une fois, un niveau similaire à celui de mai dernier.

Le Dr Brian Conway, président et directeur médical du Vancouver Infectious Diseases Centre, a déclaré lundi à CTV News Channel que l’état actuel du COVID-19 dans de nombreuses régions du pays devrait donner aux Canadiens plus de raisons de s’arrêter avant de s’aventurer à l’extérieur.

“Une fois qu’il y a propagation communautaire de haut niveau, tout environnement où les gens sont proches les uns des autres pendant une période de temps quelconque devient un environnement risqué”, a-t-il déclaré.

Google n’est pas le seul acteur majeur de la technologie à suivre les mouvements collectifs des Canadiens pendant la pandémie.

Problèmes Apple Rapports sur les tendances de la mobilité basé sur les demandes d’itinéraire dans Apple Maps. Ses données de la semaine dernière montrent un schéma similaire à celui de Google: activité en baisse à la sortie de la période des vacances, avec un taux de demandes essentiellement égal à ce qu’il était à la fin de la première vague.

La plupart des grandes villes suivent ce modèle, bien qu’il y ait une exception claire à Halifax, où la baisse après les vacances n’a pas été aussi forte, et Apple rapporte des niveaux d’activité similaires à la fin de juin 2020. Cela correspond aux données de Google pour la Nouvelle-Écosse, ce qui montre plus d’activité au travail et moins d’activité à la maison qu’à n’importe quel moment du printemps ou de l’été.

L’autre problème dans la tendance nationale se situe en Colombie-Britannique, où Google ne montre aucun changement significatif des comportements après les vacances. Le temps passé à la maison et sur les lieux de travail a été constant au cours des deux derniers mois, avec nettement plus de temps passé au travail et moins à la maison que ce n’était le cas au printemps dernier.

.

Leave a Reply