L’éditeur de l’un des sites d’information les plus populaires au monde poursuit Google et sa société mère, Alphabet, alléguant que le géant de l’internet manipule les résultats des moteurs de recherche comme punition et abuse de sa domination sur le marché de la publicité en ligne.

Le procès intenté contre Google et Alphabet
GOOGL,
-0,73%

mardi à New York par Associated Newspapers et Mail Media marque le début d’une escarmouche médiatique de haut niveau, à un moment où le géant de la technologie tente de faire la paix avec les éditeurs.

Associated Newspapers and Mail Media, filiales de Daily Mail et General Trust
DMGT,
+ 0,23%
,
allèguent que Google nuit aux éditeurs et à ses concurrents publicitaires en contrôlant les outils technologiques publicitaires. Ces outils incluent les logiciels utilisés par les éditeurs pour vendre l’inventaire publicitaire et l’échange dominant où les espaces publicitaires sont vendus dans le cadre d’enchères.

Les éditeurs du Daily Mail, DailyMail.com et MailOnline accusent Google d’utiliser des algorithmes complexes pour truquer les processus d’enchères impliqués dans les enchères d’espaces publicitaires en ligne, nuisant aux éditeurs et augmentant ses propres bénéfices. Ce prétendu truquage d’offres fait également l’objet de un procès américain contre Google de 10 états.

Lecture essentielle: Facebook, Google, Apple et Amazon pourraient faire face à des amendes de plusieurs milliards de dollars en vertu de la nouvelle réglementation technologique de l’UE

Le procès du Daily Mail allègue également que Google manipule les résultats de recherche pour punir les éditeurs s’ils ne vendent pas suffisamment de leur inventaire sur l’échange de Google. Le groupe accuse Google d’avoir, en 2019, fait disparaître le Daily Mail dans les résultats de recherche en juin, pour le restaurer fin septembre, après que l’éditeur a vendu deux fois plus d’inventaire via l’échange de Google.

Google est le plus grand moteur de recherche au monde et la force la plus dominante de la publicité en ligne. Le Daily Mail est un journal britannique vieux de 125 ans, et son site Web, DailyMail.com, reçoit 225 millions de visiteurs uniques par mois, selon la société.

“Ce procès vise à tenir Google responsable de son comportement anticoncurrentiel continu, y compris la manipulation des enchères publicitaires et des résultats de recherche d’actualités, le truquage des offres, le biais d’algorithme et l’exploitation de son pouvoir de marché pour nuire à ses rivaux publicitaires”, a déclaré un porte-parole de DailyMail.com dans un communiqué. .

Google a fermement nié les allégations dans une déclaration à MarketWatch. «Les affirmations du Daily Mail sont totalement inexactes. L’utilisation de nos outils de technologie publicitaire n’a aucune incidence sur le classement du site Web d’un éditeur dans la recherche Google », a déclaré un porte-parole de Google. «Nous nous défendrons contre ces allégations sans fondement.»

Plus: La nouvelle technologie publicitaire de Google fait l’objet d’une enquête en raison de problèmes de concurrence de la part du régulateur britannique

Le géant de la technologie a également noté que le secteur de la technologie publicitaire était «encombré et compétitif», affirmant que le Daily Mail lui-même autorisait des dizaines d’entreprises à vendre et à gérer son espace publicitaire, y compris Amazon.
AMZN,
+ 0,26%

et Verizon
VZ,
-0,13%
.

L’éditeur a également contesté le “Privacy Sandbox” de Google, un nouvel outil technologique publicitaire proposé pour limiter le flux de données utilisateur en ligne sous le microscope réglementaire en Europe. Ce nouvel outil irait au-delà des mesures de protection des données des utilisateurs pour faire du navigateur de Google Chrome une force encore plus dominante sur Internet, a déclaré le groupe.

Google fait face au procès alors qu’il tente de faire la paix avec les éditeurs de nouvelles, notamment par le biais d’accords de contenu lucratifs. En février, News Corp a conclu un accord de trois ans avec Alphabet pour fournir un contenu premium pour le produit Google Actualités Showcase en échange de “paiements importants”. News Corp’s
NWSA,
+ 1,96%

les propriétés comprennent Dow Jones, la société qui publie le Wall Street Journal et MarketWatch.

Le procès rencontre également un paysage réglementaire mondial qui est de plus en plus hostile aux géants de la technologie. Alphabet fait face à un procès antitrust du ministère américain de la Justice, tandis qu’en Europe, Big Tech fait face à une nouvelle réglementation historique qui inclut la possibilité d’amendes de plusieurs milliards de dollars et la dissolution d’entreprises si elles ne se conforment pas aux nouvelles règles.

.

Leave a Reply