Rate this post


L’application Google est visible sur un smartphone dans cette illustration prise le 13 juillet 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

WASHINGTON, 1er septembre (Reuters) – Le ministère américain de la Justice prépare un deuxième procès de monopole contre Alphabet Inc. (GOOGL.O) Google sur l’activité de publicité numérique du géant de la recherche sur Internet, Bloomberg News signalé mercredi, citant une personne proche du dossier.

Le ministère de la Justice a poursuivi Google en octobre, accusant la société de 1 000 milliards de dollars d’utiliser illégalement sa force de marché pour entraver ses rivaux. Un procès a été fixé pour septembre 2023.

Une porte-parole du ministère de la Justice a refusé de commenter.

Interrogé sur le rapport, Google a répondu dans un e-mail que ses “technologies publicitaires aident les sites Web et les applications à financer leur contenu, permettent aux petites entreprises de se développer et protègent les utilisateurs contre les pratiques abusives en matière de confidentialité et les mauvaises expériences publicitaires”.

Un procès intenté par 38 États et territoires américains accuse Google d’abuser de son pouvoir de marché dans le but de faire de son moteur de recherche aussi dominant dans les voitures, les téléviseurs et les haut-parleurs que dans les téléphones. Cela a été consolidé avec le procès fédéral à des fins de découverte.

Le Texas, soutenu par d’autres États, a déposé une plainte distincte contre Google, l’accusant d’avoir enfreint la loi antitrust dans la façon dont il gère son activité de publicité en ligne.

Reuters a rapporté en mars que le projet de Google de bloquer un outil de suivi Web populaire appelé “cookies” concernait les enquêteurs du ministère américain de la Justice qui ont demandé aux dirigeants de l’industrie publicitaire si cela entraverait les petits rivaux, citant des personnes familières avec la situation. Lire la suite

Reportage d’Eva Mathews à Bengaluru et de David Shepardson à Washington; Montage par Aditya Soni et Richard Chang

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply