L’Inde a introduit une taxe sur entreprises de commerce électronique dans le budget de l’Union de février. Qu’est-ce qui est inhabituel à ce sujet? Toutes les entreprises ne doivent-elles pas payer un impôt sur leurs bénéfices? Oui, mais il s’agit d’entreprises de commerce électronique, qui n’ont pas d’établissement stable en Inde. À des fins fiscales, ils sont non-résidents et donc non soumis à l’impôt sur le revenu. Évidemment, nous ne parlons pas de Flipkart, Big Basket, Swiggy ou Zomato, qui sont toutes des entreprises desi présentes en Inde – bien qu’il soit possible qu’elles aient «déménagé» leur siège social hors du pays après avoir été acquises par des géants mondiaux. Nous parlons d’entreprises comme Google, Amazon et Netflix. Il se trouve que ce sont toutes des entreprises américaines. Par conséquent, la nouvelle taxe, qui est en fait appelée un “ prélèvement ”, est souvent appelée “Taxe Google». C’est 2 pour cent des revenus, si vos revenus globaux de l’Inde sont supérieurs à Rs 2 crore.

Une entreprise comme Google gagne de l’argent grâce aux publicités, qui s’affichent à droite de votre recherche. Ou lorsque vous regardez YouTube. Ou parfois même dans Gmail. Pour les utilisateurs, tous ces services, et bien d’autres comme Google Maps, sont gratuits. Mais l’entreprise gagne de l’argent grâce à ces petites annonces qui apparaissent de temps en temps. Leur client est l’annonceur, pas vous, l’utilisateur de ces services. En fait, une entreprise comme Google vous vend, ou plutôt vos «globes oculaires», à l’annonceur. Étant donné que les annonces peuvent être petites et vraiment micro-ciblées, c’est-à-dire qu’elles ne s’affichent qu’en fonction de ce que vous recherchez, les taux d’annonces sont faibles.

Par conséquent, même les petites et moyennes entreprises peuvent se permettre d’acheter cet espace publicitaire. Imaginez si vous fournissez des services de menuiserie. Comment diffusez-vous les informations? Acheter un espace publicitaire dans un journal ou mettre en place un panneau publicitaire à Dadar? Bien sûr que non. Vous payez Google, qui garantira que votre annonce apparaîtra chaque fois que quelqu’un recherchera un service de menuiserie. Et comme Google connaît également votre emplacement, votre annonce n’apparaîtra pas pour un utilisateur de recherche à Jamshedpur ou Jaipur, en supposant que vous vous trouviez à Mumbai ou à Pune. Peut-être que bientôt, vous pourrez former un consortium national de charpentiers, et l’appeler «The Carpenters ‘Club». C’est ainsi que Practo relie les médecins et les thérapeutes de partout au pays aux patients potentiels.

Quoi qu’il en soit, ces petites publicités représentent un revenu considérable. Il y a de la TPS à payer sur la transaction (comme une taxe de vente), mais pas d’impôt sur le revenu sur Google, car il enregistre des bénéfices dans un paradis fiscal éloigné. Aucun bénéfice à montrer en Inde, car elle n’a pas d’établissement stable. Eh bien, c’est exactement ce que les autorités fiscales indiennes visent à piéger. L’Inde a donc introduit une taxe de 2 pour cent sur les recettes globales. Les autorités fiscales disent que nous ne nous soucions pas de voir vos coûts, payez-nous simplement 2% de vos revenus totaux, que vous collectez auprès de vos clients indiens. L’esprit de cette taxe a en fait été introduit en 2016 en tant que prélèvement de péréquation. Mais restons concentrés sur cette taxe de 2%. Malheureusement, cela a agité le président Trump. Il a déjà «puni» l’Inde en supprimant son accès hors taxes aux consommateurs américains, en supprimant le statut de «SPG». Même la délivrance de nouveaux visas H1B a été interrompue parce que le taux de chômage américain a grimpé à 14%. L’interdiction H1B a le plus blessé les Indiens, puisque près de 1,3 lakh sur les 1,9 lakh de visas délivrés l’année dernière sont allés à des Indiens. Un autre visa de 1,2 lakh H4B a été accordé aux conjoints. Tous ces éléments sont suspendus. Maintenant, Trump a ouvert une enquête en vertu de l’article 301 de l’American’s Trade Act, pour prendre essentiellement des mesures de rétorsion contre l’Inde pour la “ taxe Google ”. Les États-Unis estiment que la taxe de 2% vise principalement les entreprises américaines et est injuste. Il a déjà riposté contre la France, qui a introduit l’année dernière une taxe numérique de 3%.

Désormais, les vins, fromages et cosmétiques français importés aux États-Unis se sont vu imposer une taxe de 25% par le gouvernement Trump. Mais d’autres comme le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et l’Autriche ont également annoncé des taxes numériques. L’Inde n’est donc pas seule, et la taxe n’est pas non plus contraire aux règles de l’OMC. Si ces géants américains de la technologie ont une énorme base d’utilisateurs en Inde (la plupart sont interdits en Chine), ils devraient sûrement payer des impôts sur le revenu ici? Les eaux sont brouillées par la bonne volonté, puisque Google a également annoncé un fonds de 10 milliards de dollars dédié à l’investissement en Inde au cours des cinq prochaines années. Il a également annoncé un investissement en actions de 4,5 milliards de dollars dans Reliance Jio (bien qu’il ne soit pas clair si cela s’ajoute aux 10 milliards de dollars déjà annoncés). Il est donc clair que les géants de la technologie misent beaucoup sur l’Inde. Cet optimisme s’accompagne d’un certain partage du fardeau fiscal. Juste, tu ne trouves pas?

.

Leave a Reply