Google fait fortune en vendant les informations personnelles des utilisateurs malgré l’engagement de la société de ne jamais vendre les données, selon un procès intenté cette semaine.

“Google promet à ses centaines de millions d’utilisateurs qu’il” ne vendra jamais aucune information personnelle à des tiers “et” vous décidez comment vos informations sont utilisées “. Ces promesses sont fausses », affirme le procès, citant un New York Times de 2019 Éditorial du PDG de Google, Sundar Pichai. “En fait, Google surveille l’empreinte numérique de ses consommateurs, puis gagne des milliards de dollars en vendant leurs informations personnelles sensibles.” Le procès cite également les conditions d’utilisation de Google qui disent: “Nous ne vendons vos informations personnelles à personne.”

Les prétendues ventes de données se produisent «continuellement et subrepticement» via le système «d’enchères en temps réel» du géant de la technologie Mountain View pour les spots publicitaires numériques, selon la plainte déposée jeudi devant le tribunal de district américain de San Jose par trois utilisateurs de Google, qui recherchent statut de recours collectif.

Alors que les annonceurs utilisent les données pour mettre des publicités ciblées devant les personnes qui seront les plus réceptives, d’autres entreprises «siphonnent» et stockent également les données «bidstream» des utilisateurs de Google, selon le procès. “De nombreux participants ne placent pas d’enchères et participent uniquement à la surveillance et à la collecte de données de plus en plus détaillées sur des millions de consommateurs de Google”, a déclaré la poursuite.

Google, dans une brève déclaration envoyée par e-mail jeudi, a déclaré que la confidentialité et la transparence sont au cœur du fonctionnement de ses services publicitaires. «Nous ne vendons jamais les informations personnelles des gens et nous avons des politiques strictes interdisant spécifiquement les publicités personnalisées basées sur des catégories sensibles», a déclaré le porte-parole José Castañeda.

La poursuite alléguait que la gestion par Google des données des utilisateurs enfreignait la loi californienne et fédérale.

Les plaignants dans l’affaire ont ajouté à leur plainte deux lettres sur les pratiques de données de Google envoyées à la Federal Trade Commission l’année dernière et au PDG de Google Sundar Pichai le mois dernier, signées principalement par des démocrates – y compris des membres du Congrès de la région de la Baie, Zoe Lofgren, Anna Eshoo et Ro Khanna. – et le sénateur républicain Bill Cassidy.

«Peu d’Américains se rendent compte que les entreprises siphonnent et stockent ces données« bidstream »pour compiler des dossiers exhaustifs à leur sujet», ont indiqué les deux lettres. “Ces dossiers incluent leur navigation sur le Web, leur emplacement et d’autres données, qui sont ensuite vendus par des courtiers en données à des fonds spéculatifs, à des campagnes politiques et même au gouvernement sans ordonnance du tribunal.”

Alors que Google affirme que les informations utilisateur sont «anonymisées» et partagées avec «quelques partenaires», elle permet aux participants aux enchères publicitaires de faire correspondre les données qu’ils possèdent déjà d’autres sources avec des identifiants uniques fournis par Google pour identifier les utilisateurs individuels, même ceux qui ont pris des mesures pour ne pas être suivies, a réclamé la poursuite.

Le procès met en évidence «une histoire de violations de la vie privée» chez Google qui a entraîné des sanctions gouvernementales. En 2010, la Federal Trade Commission a accusé l’entreprise «d’avoir utilisé des tactiques trompeuses et d’avoir violé ses propres promesses de confidentialité envers les consommateurs» lorsqu’elle a lancé un réseau social aujourd’hui disparu. Google a réglé avec la FTC. Mais deux ans plus tard, après avoir été accusée par la FTC d’avoir violé le règlement en déclarant faussement aux utilisateurs du navigateur Safari d’Apple qu’elle ne placerait pas de “ cookies ” de suivi ou ne leur proposerait pas de publicités ciblées, la société a payé une amende de 22,5 millions de dollars.

En 2019, Google a accepté de payer 170 millions de dollars pour régler les réclamations de la FTC et du procureur général de New York selon lesquelles YouTube a collecté illégalement des informations personnelles d’enfants sans le consentement des parents, a noté la poursuite. L’année dernière, un tribunal de grande instance français a confirmé une amende de 50 millions d’euros à l’encontre de Google pour défaut présumé d’obtenir le consentement des utilisateurs pour l’utilisation de leurs données à des fins de ciblage publicitaire, selon le procès.

Les plaignants – résidents californiens Meaghan Delahunty et John Kevranian, et Meghan Cornelius du Texas – affirment qu’une «grande partie» des revenus publicitaires de Google 2020 de 147 milliards de dollars provenait de la collecte et de la vente d’informations sur les utilisateurs. Ils allèguent que Google enfreint les lois relatives à la confidentialité, aux contrats et à l’enrichissement sans cause, et demandent des dommages-intérêts non spécifiés pour eux-mêmes et des millions d’autres Américains qu’ils cherchent à faire venir en tant que membres du groupe.

Leave a Reply