Google s’associe à deux assureurs mondiaux pour couvrir les cyber-violations et les risques associés pour les entreprises qui utilisent ses services cloud, la première fois qu’un grand fournisseur ouvre une telle assurance à ses clients, ont annoncé mardi les sociétés.

Les principaux assureurs font attention aux cyberrisques depuis des années, mais le rapprochement entre Google, Allianz et Munich Re donne aux assureurs un accès spécial aux données pour voir quels contrôles sont en place chez les entreprises clientes pour les aider à évaluer le risque.

«C’est extrêmement important. Ce sont des données auxquelles nous, en tant qu’assureurs, n’avons pas toujours eu accès », a déclaré Thomas Kang, responsable nord-américain de la cybersécurité, de la technologie et des médias à l’unité AGCS d’Allianz.

Munich Re et Allianz sur le projet Google Cloud

Google Cloud permet aux organisations de récupérer un rapport personnalisé sur leur position en matière de sécurité sur la plate-forme à l’aide de leur nouvel outil Risk Manager. Munich Re et AGCS ont développé la politique Cloud Protection + exclusivement pour les clients Google Cloud. Les données améliorées de l’outil Risk Manager facilitent un risque différencié.

La politique sera initialement proposée aux clients de Google Cloud aux États-Unis avec un chiffre d’affaires compris entre 500 et 5 milliards de dollars américains. À un stade ultérieur, l’offre sera étendue aux utilisateurs d’autres segments de revenus et pays.

Selon Gartner Research, d’ici 2024, plus de 45% des dépenses informatiques passeront des solutions traditionnelles au cloud.

«Il est optimal pour les pairs de l’industrie d’établir des produits personnalisés qui font bouger les choses dans l’environnement d’entreprise actuel», a déclaré Jody Yee, directrice générale d’Alternative Risk Transfer, AGCS.

«Au-delà du bénéfice immédiat pour les clients de Google Cloud, la coopération contribuera à améliorer encore la modélisation des cyber-risques de Munich Re», a déclaré Stefan Golling, membre du conseil d’administration de Munich Re.

L’Allianz Tendances du cyberrisque le rapport note que l’interruption d’activité est le principal inducteur de coût des cyber-réclamations; il représente près de 60% de la valeur de toutes les créances.

Les premiers clients ciblés sont des entreprises basées aux États-Unis dont le chiffre d’affaires annuel se situe entre 500 millions et 5 milliards de dollars.

«Nous ne voulions pas aller trop loin en sortant de la boîte. Mais le plan est évidemment d’étendre cette offre à la fois à la hausse et à la baisse de l’échelle des revenus très prochainement », a déclaré Bob Parisi, responsable des solutions cybernétiques en Amérique du Nord pour Munich Re.

Les assureurs, tous deux basés à Munich, couvriront jusqu’à 50 millions de dollars de pertes potentielles.

Les données fournies par les clients signifient que les assureurs étendront la couverture de la perte de revenus jusqu’à une année complète, à partir d’un maximum de six mois auparavant.

(Reportage de Tom Sims; édité par Jan Harvey)

En rapport:

Slice propose désormais une plate-forme de services cloud d’assurance à la demande aux assureurs du Royaume-Uni et de l’UE

Amazon aide Toyota à créer des services de données cloud qui incluent des assurances

L’économie “ changeante ”: les consommateurs sont prêts à acheter une assurance auprès de Google, Amazon, Verizon

Intéressé par Cyber?

Recevez des alertes automatiques pour ce sujet.

Leave a Reply