Par Fanny Potkin

SINGAPOUR, 10 mars (Reuters) – Google a annoncé mercredi qu’il examinait les publicités récentes diffusées par une entreprise de télécommunications soutenue par l’armée birmane et avait désactivé certains comptes liés à l’armée sur ses services à la suite du coup d’État du pays.

Cette décision intervient alors que les militants ont appelé le géant américain de la technologie à restreindre l’accès à ses services après des dizaines de morts après des semaines de manifestations contre la prise de pouvoir le 1er février.

“Nous avons pris des mesures contre des comptes sur nos plates-formes … y compris la désactivation de comptes sur les services Google et la suppression d’un certain nombre de chaînes YouTube et de vidéos liées à l’armée birmane”, a déclaré une porte-parole de Google en réponse à une question de Reuters.

“Notre priorité est d’aider les habitants du Myanmar à accéder aux informations et à communiquer en toute sécurité.”

Les comptes désactivés connectés à l’armée comprenaient ceux sur Gmail, la plate-forme de publication Blogger et le Google Play Store, selon Google.

Un porte-parole de l’armée n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Plus de 60 manifestants ont été tués et 1 900 personnes ont été arrêtées depuis le coup d’État, a déclaré un groupe de défense.

YouTube a déclaré la semaine dernière avoir supprimé cinq chaînes gérées par le réseau d’État MRTV ainsi que par Myawaddy Media, propriété militaire. YouTube appartient à Alphabet Inc, la société mère de Google. Justice for Myanmar, un groupe de défense des intérêts commerciaux de l’armée, a déclaré mercredi avoir découvert que Google et l’application de messagerie appartenant à Rakuten, Viber, diffusaient de nouvelles publicités pour Mytel, une société de télécommunications birmane partiellement détenue par l’armée, à la suite d’une interdiction de Facebook. .

Mytel, Viber et Rakuten n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le représentant de Justice for Myanmar, Yadanar Maung, a déclaré que si le groupe saluait les récentes mesures prises par Google pour désactiver certains comptes liés à l’armée sur ses plates-formes, il était “consterné” si Google et Viber profitaient de la vente de publicités pour “l’entreprise militaire birmane” Mytel.

Reuters a examiné trois publicités Mytel publiées sur Google et Viber au cours de la semaine dernière, peu de temps après que Facebook a annoncé qu’il bloquerait l’accès de l’armée birmane à ses plates-formes ainsi que la publicité de toutes les entités militaires liées à l’armée.

L’opérateur vietnamien Viettel, qui appartient en partie au ministère de la Défense du Vietnam, est également un des soutiens de Mytel.

Viettel n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Facebook en 2020 a supprimé plus d’une douzaine de comptes d’utilisateurs et de pages pour “comportement inauthentique coordonné”, qui, selon lui, étaient utilisés pour promouvoir secrètement Mytel et dénigrer ses rivaux.

Des documents publiés par Justice for Myanmar, dont le site Web a été bloqué par les autorités du Myanmar, ont révélé que Mytel est sous le contrôle de l’armée birmane, pour laquelle il fournit une source de revenus importante.

“Les intérêts commerciaux de l’armée aident à financer les atrocités brutales qu’ils commettent contre le peuple du Myanmar”, a déclaré Maung, qui a appelé les entreprises technologiques à interdire toutes les entreprises militaires de ses plates-formes. (Reportage de Fanny Potkin édité par Ed Davies)

Leave a Reply