UNEAUTRE JOUR, une autre affaire antitrust contre les grandes technologies. Rien qu’en mai, le procureur général du district de Columbia a déposé une plainte contre Amazon, l’autorité allemande de la concurrence a poursuivi Amazon et Google pour déterminer s’ils avaient « une importance primordiale pour la concurrence sur les marchés », et son homologue italien a frappé Google avec un montant de 100 millions d’euros. (122 millions de dollars) d’amende pour avoir restreint l’accès à Android Auto, une version du système d’exploitation mobile de l’entreprise pour les voitures.

Et le rythme peut s’accélérer. Le 4 juin, l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (RMR) et la Commission européenne, le UE, a lancé des enquêtes parallèles pour voir si Facebook utilise les données qu’il collecte pour se donner un avantage indu dans la publicité en ligne. Le même jour, des trustbusters allemands ont ouvert une autre affaire pour savoir si Google favorisait son nouveau « News Showcase », une collection organisée d’articles de journaux, dans ses résultats de recherche. Et le 7 juin, l’organisme français de surveillance de la concurrence a annoncé qu’il était parvenu à un accord avec Google au sujet des allégations selon lesquelles l’entreprise abuserait de sa position dominante sur le marché pour diffuser des publicités en ligne. Google paiera une amende de 220 millions d’euros et modifiera certaines pratiques commerciales.

Les régulateurs réagissent en partie aux vents politiques. “Ils ne peuvent pas se tromper en s’attaquant à la grande technologie”, lance Justus Haucap de l’Université de Düsseldorf. L’année dernière, l’Amérique a connu une vague d’affaires liées à la technologie, lorsque le ministère de la Justice en a lancé une contre Alphabet (la société mère de Google) et que la Federal Trade Commission a poursuivi Facebook de concert avec les procureurs généraux des États. Mais d’autres dynamiques à l’œuvre suggèrent que de tels cas deviendront encore plus fréquents.

D’une part, les autorités de la concurrence se font de plus en plus concurrence. D’abord en Amérique et maintenant en Europe, tous veulent laisser leur empreinte dans la réglementation technologique, observe Thomas Vinje de Clifford Chance, un cabinet d’avocats. le RMRLa nouvelle Digital Markets Unit d’ a besoin de se faire un nom. Andreas Mundt, qui dirige le RMRson équivalent allemand, veut faire de son agence un pionnier de la technologie antitrust. Les nouvelles affaires nationales sont également une tentative de contrer une prise de pouvoir de la Commission européenne, que le UELe projet de loi sur les marchés numériques laisserait en charge la politique de la concurrence.

Toute cette flexion musculaire indique également un « grand pivot » dans la politique de la concurrence, déclare Cristina Caffarra de Charles River Associates, un cabinet de conseil – des poursuites antitrust « ex post », déposées après coup, aux règles « ex ante » qui restreignent le numérique. entreprises dès le départ. La nouvelle loi allemande sur la concurrence, entrée en vigueur en janvier, a été la première à inscrire cette approche dans la loi ; Les affaires allemandes contre Amazon, Google et Facebook en font usage. le RMRL’unité numérique devrait suivre une voie similaire si le Parlement britannique approuve la législation nécessaire. Si la UELe Digital Markets Act devient loi, les grandes technologies devront se conformer à une longue liste de règles ex ante.

Tout cela peut faire en sorte que les trustbusters, en particulier en Europe, s’appuient moins sur quelques grandes enquêtes et davantage sur une multitude de plus petites, ce qui s’apparente à la réglementation dans les industries plus anciennes, en d’autres termes. Les régulateurs agiront rapidement s’ils pensent que les géants de la technologie ont fait (ou sont sur le point de faire) quelque chose de fâcheux. L’espoir est que les entreprises réfléchissent alors à deux fois avant d’étendre leur domination numérique en regroupant un ancien produit avec un nouveau, par exemple, ou en utilisant des données collectées ailleurs pour favoriser leurs propres services.

Ne retenez pas votre souffle. Dans le cas français, Google a accepté de faciliter la vie de ses concurrents, par exemple en améliorant l’accès aux données. Mais il est peu probable que cela diminue sa domination dans la technologie publicitaire. Les investisseurs dans les actions des grandes technologies ont ignoré l’attaque antitrust. Le résultat probable – un va-et-vient constant entre les entreprises et les régulateurs – est tolérable pour tout le monde.

Pour voir pourquoi, considérez un ancien UE affaire contre Google. Il y a trois ans, la Commission européenne a infligé une amende de 4,3 milliards d’euros à l’entreprise et l’a forcée à dégrouper son service de recherche de son système d’exploitation mobile Android. Les acheteurs de nouveaux smartphones se sont vus présenter un « écran de choix » de services de recherche alternatifs, qui souhaitaient être affichés en évidence. Les gagnants n’ont pas attiré beaucoup d’utilisateurs, dont la plupart ont encore préféré Google. Le 8 juin, la commission a déclaré que l’écran de choix classerait plutôt les services de recherche en fonction de leur part de marché, ce qui n’est guère une révolution antitrust.

Cet article est paru dans la section Affaires de l’édition imprimée sous le titre “Nouvelles règles de la route”

Leave a Reply