- Publicité -


Cliquez ici pour explorer les fonds durables canadiens

Ruth Saldanha : Dans quelques semaines, la saison des procurations 2021 sera lancée. L’un des investisseurs de l’entreprise que nous surveillerons de très près est celui d’Alphabet. La société mère de Google vient d’annoncer une division d’actions de 20 contre 1. Les actionnaires ont déposé 11 propositions auprès d’Alphabet sur des questions liées à la confidentialité des données, au racisme et à l’environnement, entre autres. Cependant, en raison d’une structure à deux classes d’actions chez Alphabet, il est pratiquement impossible pour les investisseurs d’obtenir une majorité. Alors pourquoi déposer chez Alphabet ?

- Publicité -

Sarah Couturier-Tanoh est la responsable de l’engagement et du plaidoyer des entreprises chez SHARE et a déposé l’une des 11 propositions, celle relative à l’impact sur les droits de l’homme de sa nouvelle technologie publicitaire. Elle est ici aujourd’hui pour parler des déclarations.

Sarah, merci beaucoup d’être ici aujourd’hui.

Sarah Couturier-Tanoh : Merci de m’avoir invité.

Saldanha : Maintenant, SHARE a déposé l’une des 11 propositions à Alphabet, celle sur les droits de l’homme. Quels sont certains des problèmes auxquels les investisseurs doivent être conscients en ce qui concerne Google et les droits de l’homme ?

Couturier Tanoh : Eh bien, Google est le plus grand annonceur numérique au monde. Je pense donc qu’il est important que les investisseurs prêtent attention aux questions liées à la confidentialité et voient exactement en quoi consiste la proposition que nous avons déposée au nom de l’un de nos clients, United Church of Canada Pension Plan.

Ainsi, la proposition demande à l’entreprise de mener ce que nous appelons une évaluation de l’impact sur les droits de l’homme du nouveau système de publicité ciblée appelé FLoC, c’est-à-dire l’apprentissage fédéré des cohortes, et il devait être mis en œuvre en 2023. En bref, le Le système actuel repose sur des cookies de suivi et il sera remplacé par une technologie différente et des acteurs de la société civile et des experts techniques ont exprimé des inquiétudes concernant le FLoC, en particulier sur la confidentialité des utilisateurs. Et il y a une semaine, Alphabet a annoncé qu’il n’implémenterait finalement pas le FLoC et le remplacerait par une autre nouvelle technologie appelée Topics. Donc, évidemment, nous sommes heureux que la société reconnaisse les lacunes du FLoC, mais il reste encore beaucoup à déballer pour comprendre comment les sujets auront un impact sur la confidentialité des utilisateurs. Et une chose est sûre, il est essentiel pour Alphabet d’effectuer une évaluation de l’impact sur les droits de l’homme de toute nouvelle technologie mise en œuvre, si elle peut affecter les droits à la vie privée de milliards d’utilisateurs.

Saldanha : Alors, quelles sont les 10 autres propositions que vous surveillez le plus de près ?

Couturier Tanoh : Eh bien, je pense que toutes les propositions déposées cette année. Au moins une que je connais chez Alphabet mérite l’attention des investisseurs et je ne pense pas qu’il serait juste de ma part d’isoler des propositions spécifiques. Cela étant dit, en raison de la nature de ses activités et de l’endroit où il commercialise ses produits et services, Alphabet est exposé à des risques liés à la technologie qui nécessitent certainement des actions de la part de l’entreprise comme la confidentialité des données, l’intelligence artificielle, la désinformation, etc. Je suppose donc que je porterai une attention particulière à la manière dont les investisseurs abordent les risques émergents à travers leurs pratiques de vote.

Saldanha : Désormais, Alphabet a une structure à deux classes d’actions, ce qui indique que les propositions n’obtiendront probablement pas la majorité. Alors, qu’est-ce que ces propositions permettront même d’accomplir ?

Couturier Tanoh : Eh bien, je crois que l’établissement d’actions à droit de vote égal profiterait certainement aux actionnaires. Alphabet est une société publique, et le fait qu’il existe une structure à deux classes d’actions ne signifie pas que la voix des actionnaires ne doit pas être entendue et prise au sérieux. Donc, si une proposition recueille un soutien important de la part d’actionnaires non affiliés, à mon avis, peu importe si elle n’obtient pas la majorité globale, les conseils d’administration devraient donc être réactifs. Et dans cette perspective, je ne crois pas que les propositions seront vaines si elles font l’objet d’une validation des actionnaires.

Et je suis sûr que tous les promoteurs s’attendent à avoir un dialogue constructif avec la direction et le conseil d’administration de l’entreprise et à obtenir les changements qu’ils demandent s’ils sont justifiés.

Saldanha : Ainsi, la société a-t-elle déjà abordé les problèmes soulevés dans le passé et les a-t-elle résolus à la satisfaction des actionnaires, bien qu’elle n’ait pas obtenu la majorité dans les propositions et les votes des actionnaires ?

Couturier Tanoh : Eh bien, il est assez courant que la direction d’une entreprise ne soutienne pas les propositions d’actionnaires, et je suis sûr que chaque actionnaire qui a déposé la proposition chez Alphabet a une expérience différente en s’engageant avec l’entreprise. Mais d’après ce que je sais, la direction a eu des dialogues constructifs avec plusieurs investisseurs dans le passé, et je sais que des changements se sont produits parce que des propositions ont été déposées et votées. Je sais aussi que ces changements ne sont souvent pas aussi satisfaisants que les promoteurs s’y attendraient. Je pense donc qu’il est important que les actionnaires continuent de déposer ces propositions pour sensibiliser à des problèmes particuliers comme celui-ci dans la technologie et aux risques technologiques émergents et permettre aux autres actionnaires d’exprimer leur sentiment sur ces questions.

Saldanha : Eh bien, merci beaucoup de vous joindre à nous aujourd’hui avec votre point de vue, Sarah.

Couturier Tanoh : Bien sûr, heureux de le faire.

Saldanha : Pour Morningstar, je suis Ruth Saldanha.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici