Google contribuera à hauteur de 25 millions d’euros (29,3 millions de dollars) au nouveau Fonds européen des médias et de l’information pour lutter contre les fausses informations, a annoncé mercredi la société.

La contribution vient au milieu des critiques selon lesquelles le géant de la technologie ne fait pas assez pour démystifier la désinformation en ligne, qui a explosé pendant la pandémie COVID-19 et lors des élections américaines de l’année dernière.

Avis: Le Congrès en a assez des Big Tech. Maintenant quoi?

Les directeurs généraux de Google, Facebook FB, -0,97%

et Twitter TWTR, + 0,08%

Publicité

ont été interpellés par les législateurs américains la semaine dernière sur la prolifération de la désinformation sur les plateformes de médias sociaux.

Google, qui appartient à Alphabet GOOGL, + 0,03%, est la première entreprise de technologie à contribuer à la Fonds européen des médias et de l’information qui a été lancé la semaine dernière par la Fondation Calouste Gulbenkian et l’Institut universitaire européen.

Le fonds, d’une durée de cinq ans, accordera des subventions aux chercheurs, aux vérificateurs de faits, aux organismes sans but lucratif et à d’autres organisations d’intérêt public travaillant sur la recherche sur la désinformation et le renforcement de l’éducation aux médias et de la vérification des faits.

«Tout en naviguant dans l’incertitude et les défis de l’année dernière, il s’est avéré plus important que jamais pour les gens d’accéder à des informations précises et de trier les faits de la fiction», a déclaré Matt Brittin, responsable des activités et des opérations de Google, dans un article de blog.

Brittin a cité un récent rapport cela montre que moins d’un Européen sur 10 a participé à une forme quelconque de formation en ligne à l’éducation aux médias.

La contribution de Google intervient alors que les géants de la technologie sont confrontés à une pression réglementaire intense dans l’Union européenne sur le contenu en ligne. La Commission européenne – la branche exécutive du bloc des 27 membres – a présenté des propositions globales en décembre 2020 décrivant les nouvelles responsabilités des plateformes numériques en matière de contenu qu’elles hébergent.

Les nouvelles règles de la loi sur les services numériques, qui nécessitent l’approbation du Conseil européen et du Parlement européen, incluent la suppression des biens, services et contenus illégaux; mesures de transparence de la publicité; et les obligations des grandes plates-formes de prendre des mesures contre l’utilisation abusive de leurs systèmes.

Plus à ce sujet: Facebook, Google, Apple et Amazon pourraient faire face à des amendes de plusieurs milliards de dollars en vertu de la nouvelle réglementation technologique de l’UE

Les entreprises technologiques pourraient faire face à de lourdes amendes en cas de non-respect, une très grande plate-forme en ligne encourant des amendes pouvant atteindre 6% du chiffre d’affaires mondial pour une infraction grave aux règles. Une structure de surveillance sera également mise en place, avec la capacité de sanctionner directement les plates-formes qui atteignent plus de 10% de la population de l’UE de 45 millions d’utilisateurs.

La loi sur les services numériques devrait avoir un impact direct sur Alphabet, qui possède les deux moteurs de recherche les plus populaires au monde, Google et YouTube, et Facebook, le plus grand réseau de médias sociaux avec plus de 2,5 milliards d’utilisateurs actifs par mois.

.

Rate this post
Publicité
Article précédentLa mission Dubaï de Hitman 3 et la version originale de XIII sont actuellement gratuites
Article suivantMy Hero Academia Cliffhanger taquine le retour de Timeskip d’Izuku
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici