LONDRES — Google a accepté de payer environ 270 millions de dollars d’amendes et de modifier certaines de ses pratiques commerciales dans le cadre d’un accord annoncé lundi avec les régulateurs français de la concurrence qui avaient accusé l’entreprise d’abuser de sa domination du marché de la publicité en ligne.

L’accord était l’une des premières fois qu’un régulateur antitrust visait directement l’infrastructure de publicité en ligne de Google, une plate-forme sur laquelle de nombreux sites Web dans le monde s’appuient pour vendre des publicités.

L’amende est dérisoire par rapport à l’activité globale de Google – son entité mère, Alphabet, a gagné 41 milliards de dollars l’année dernière – mais les autorités françaises ont salué les concessions de l’entreprise car elles affectent la technologie et les pratiques au cœur de son activité.

Aux États-Unis, Google fait face à des contrôle antitrust sur sa technologie de publicité en ligne d’un groupe de procureurs généraux des États, ainsi que du régulateur antitrust britannique.

Bruno Le Maire, le ministre français des Finances, a annoncé l’accord.

“Il est essentiel d’appliquer nos règles de concurrence aux géants du numérique qui opèrent dans notre pays”, a-t-il déclaré. Les accusations d’abus de la technologie publicitaire sont “graves”, a-t-il ajouté, “et elles ont été à juste titre punies”.

Les régulateurs français de la concurrence a déclaré que Google a utilisé sa position de plus grande société de publicité sur Internet au monde pour nuire aux éditeurs de nouvelles et à d’autres vendeurs de publicités sur Internet. Les autorités ont déclaré qu’un service appartenant au géant de la Silicon Valley et utilisé par d’autres pour vendre des publicités sur Internet donnait un avantage à l’activité de Google, sapant la concurrence.

Dans le cadre de l’accord, ont déclaré les autorités françaises, Google a accepté de mettre fin à la pratique consistant à accorder un traitement préférentiel à ses services et de modifier son système de publicité afin qu’il puisse fonctionner plus facilement avec d’autres services.

Google a bâti sa domination dans la publicité en ligne depuis plus d’une décennie, contrôlant la technologie à presque toutes les étapes d’un processus qui sous-tend des éléments clés de l’économie Internet. Ses services aident les éditeurs à vendre de l’espace sur leurs sites Web, et sa technologie gère des enchères automatisées qui permettent aux marques d’enchérir pour placer des annonces dans ces emplacements.

La position de Google est depuis longtemps une source d’inquiétude parmi les concurrents et les éditeurs de nouvelles, qui disent qu’elle donne à l’entreprise des informations injustes sur les prix publicitaires, l’inventaire et les données que d’autres ne peuvent égaler.

Parmi les entreprises qui se sont plaintes de Google auprès des autorités françaises figuraient News Corp, l’éditeur du Wall Street Journal et critique de longue date de la technologie publicitaire de l’entreprise, et l’éditeur français Rossel la Voix Group, a indiqué l’autorité de la concurrence. Les entreprises ont fait valoir que le pouvoir de Google est si étendu qu’il peut réduire davantage chaque vente publicitaire sans payer les coûts de création de contenu. Les agences de presse ont fait valoir que ce déséquilibre économique a contribué à la baisse de leur fortune commerciale et à la diminution des salles de rédaction.

Les autorités françaises se sont concentrées sur les liens entre la place de marché de Google pour la vente aux enchères d’annonces, AdX, et un autre service, Ad Manager, que les éditeurs utilisent pour vendre de l’espace sur les sites Web à des fins publicitaires. L’autorité française de la concurrence a déclaré que Google partageait les informations de tarification collectées auprès d’Ad Manager pour donner un avantage à son produit d’enchères.

“Ces pratiques très graves ont pénalisé la concurrence sur le marché émergent de la publicité en ligne, et ont permis à Google non seulement de préserver mais aussi d’accroître sa position dominante”, a déclaré Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence française.

Google n’a pas admis d’actes répréhensibles dans le règlement, mais l’affaire peut montrer comment la société pourrait apaiser les régulateurs ailleurs. Google a accepté de mettre davantage de données à la disposition de ses concurrents et de leur faciliter l’utilisation de ses services de publicité en ligne.

Un contrôleur indépendant, payé par Google, sera également chargé de s’assurer que l’entreprise respecte les termes du règlement. L’ordre est obligatoire pendant trois ans en France, bien que Google ait déclaré qu’il pourrait appliquer certains des changements de politique ailleurs.

« Bien que nous pensons offrir des services de valeur et rivaliser sur les mérites, nous nous engageons à travailler de manière proactive avec les régulateurs du monde entier pour apporter des améliorations à nos produits », Maria Gomri, directeur juridique de Google France, a écrit dans un article de blog.

Les actions en France s’inscrivent dans la surveillance croissante en Europe, aux États-Unis et ailleurs de la puissance des plus grandes entreprises technologiques mondiales.

La semaine dernière, le La Commission européenne et la Grande-Bretagne ont annoncé des enquêtes antitrust sur Facebook sur son service de petites annonces Marketplace. La commission a également porté des accusations antitrust contre Apple, affirmant que ses politiques sur l’App Store sont anticoncurrentielles et Amazon pour le traitement injuste de marchands tiers. L’Union européenne envisage également des lois antitrust plus strictes et des règles de modération de contenu ciblant le secteur de la technologie.

Aux États-Unis, les régulateurs fédéraux ont porté des accusations antitrust contre Google et Facebook ces derniers mois. Les régulateurs en Australie, en Chine, en Allemagne et ailleurs se montrent également plus disposés à entrer dans l’économie numérique.

Liz Echevin rapports contribués.

Leave a Reply