Par Colin Packham

CANBERRA, 5 février (Reuters) – Le géant de la technologie Google a lancé vendredi une plate-forme en Australie offrant des informations pour lesquelles il a payé, concluant ses propres accords de contenu avec des éditeurs dans le but de montrer la législation proposée par Canberra pour appliquer les paiements, une première mondiale, est inutile.

Uniquement déployée auparavant au Brésil et en Allemagne, la plate-forme News Showcase devait initialement être lancée en juin dernier. Mais Google, propriété d’Alphabet Inc, a retardé ses projets lorsque Canberra a décidé d’en faire une obligation légale pour Google et Facebook de payer les entreprises de médias australiennes pour le contenu, sans précédent ailleurs dans le monde.

L’entreprise de technologie, qui continue de faire pression sur le gouvernement australien lors de réunions privées, a précédemment déclaré que la législation était “irréalisable” et la forcerait à se retirer complètement du pays si elle était mise en œuvre.

La législation devant maintenant une enquête parlementaire, le lancement vendredi de News Showcase en Australie verra qu’il paiera sept médias nationaux, y compris le Canberra Times, pour utiliser leur contenu.

Les détails financiers des accords de contenu n’ont pas été divulgués et l’éditeur de Canberra Times, Australian Community Media, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Google a déclaré vendredi qu’il attendait avec impatience la conclusion d’accords avec davantage d’éditeurs australiens, dont la position a été renforcée par la riposte agressive de Canberra contre Facebook et Google.

“Cela offre une alternative au modèle proposé par le gouvernement australien”, a déclaré Derek Wilding, professeur au Centre for Media Transition de l’Université de Technologie de Sydney.

“Ce qu’il reste à voir, c’est si les plus grands éditeurs signent le produit”, a déclaré Wilding.

Le mois dernier, Reuters a annoncé avoir signé un accord avec Google pour devenir le premier fournisseur mondial de nouvelles de Google News Showcase. Reuters appartient au fournisseur de nouvelles et d’informations Thomson Reuters Corp.

Le mois dernier, Google et un lobby d’éditeurs français ont également convenu d’un cadre de droit d’auteur pour que l’entreprise technologique paie les éditeurs de nouvelles pour le contenu en ligne, une première pour l’Europe.

En vertu de la législation proposée par Canberra, Google et Facebook devraient payer les éditeurs et les diffuseurs australiens pour le contenu inclus dans les résultats de recherche ou les fils d’actualité. S’ils échouaient à conclure un accord avec les éditeurs, un arbitre nommé par le gouvernement déciderait du prix.

Alors que la position publique de Google sur la possibilité de quitter le pays reste ferme, le trésorier australien Josh Frydenberg a déclaré que l’approche de Google avait été “constructive” ces derniers jours lors de réunions privées.

“Le Premier ministre (Scott Morrison) et moi-même et (le ministre des Communications) Paul Fletcher ont eu une discussion très constructive avec le chef de Google hier”, a déclaré Frydenberg aux journalistes vendredi à Melbourne.

“Dans cette discussion … ils se sont réengagés en Australie, nous nous sommes réengagés [to the legislation]. “

Google n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur ses contacts avec le gouvernement. (Reportage de Colin Packham; Édité par Kenneth Maxwell)

Leave a Reply