Par Foo Yun Chee

BRUXELLES (Reuters) – Google d’Alphabet Inc. a proposé de ne pas utiliser les données de santé de la société Fitbit Tracker pour l’aider à cibler les publicités afin de répondre aux préoccupations antitrust de l’UE concernant son projet d’acquisition de 2,1 milliards de dollars, a annoncé lundi la société de technologie américaine.

L’offre, annoncée en novembre de l’année dernière, aiderait Google à conquérir le leader du marché Apple et Samsung sur le marché du suivi de la condition physique et de la montre intelligente, aux côtés d’autres comme Huawei et Xiaomi.

“Cet accord concerne les appareils, pas les données. Nous apprécions l’opportunité de travailler avec la Commission européenne sur une approche qui protège les attentes des consommateurs que les données des appareils Fitbit ne seront pas utilisées à des fins publicitaires”, a déclaré Google dans un communiqué envoyé par courrier électronique à Reuters.

Reuters a rapporté la semaine dernière qu’un tel engagement de données pourrait probablement aider Google à obtenir l’approbation de l’UE pour l’accord.

Avec seulement 3% du marché mondial des appareils portables au premier trimestre 2020, Fitbit est loin derrière la part d’Apple de 29,3% et suit également Xiaomi, Samsung et Huawei, selon les données de la firme d’études de marché International Data Corp.

Bien que l’accord ait suscité de vives critiques de la part des défenseurs de la vie privée des deux côtés de l’Atlantique, les craintes que Google utilise le trésor de données de santé de Fitbit pour renforcer sa domination dans la publicité et la recherche en ligne, les problèmes de confidentialité ne relèvent pas des règles de concurrence.

La Commission européenne devrait solliciter les commentaires de ses rivaux et utilisateurs avant de décider d’approuver l’accord, d’exiger davantage de concessions ou d’ouvrir une enquête de quatre mois si elle a de sérieuses préoccupations.

(Reportage par Foo Yun Chee; Montage par Sandra Maler et Leslie Adler)

Leave a Reply