Rate this post


Le bâtiment d’exposition de Google présente une variété d’appareils avec Google Assistant, y compris des smartphones Android et des montres intelligentes Wear OS lors du salon technologique CES en 2020 à Las Vegas, Nevada.

Ross D. Franklin/AP


masquer la légende

basculer la légende

Ross D. Franklin/AP


Le bâtiment d’exposition de Google présente une variété d’appareils avec Google Assistant, y compris des smartphones Android et des montres intelligentes Wear OS lors du salon technologique CES en 2020 à Las Vegas, Nevada.

Ross D. Franklin/AP

LONDRES — Google s’est rendu lundi devant un tribunal de l’Union européenne pour faire appel d’une sanction antitrust record imposée par l’UE pour avoir étouffé la concurrence en raison de la domination de son système d’exploitation Android.

La société s’oppose à une décision de 2018 de la Commission exécutive de l’UE, le principal responsable de l’application des lois antitrust du bloc, qui a entraîné l’amende de 4,34 milliards d’euros (5 milliards de dollars) – toujours la plus grosse amende jamais infligée par Bruxelles pour comportement anticoncurrentiel.

C’est l’une des trois sanctions antitrust totalisant plus de 8 milliards de dollars que la commission a infligées à Google entre 2017 et 2019. Les autres se sont concentrées sur les achats et la recherche, et la société californienne fait appel des trois. Alors que les sanctions impliquaient des sommes énormes, les critiques soulignent que Google peut facilement se le permettre et que les amendes n’ont pas fait grand-chose pour élargir la concurrence.

Dans sa décision initiale, la commission a déclaré que les pratiques de Google restreignent la concurrence et réduisent les choix pour les consommateurs.

Google, cependant, prévoit de faire valoir qu’Android gratuit et open source a conduit à des téléphones moins chers et a stimulé la concurrence avec son principal rival, Apple.

“Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins, et soutient des milliers d’entreprises prospères en Europe et dans le monde. Cette affaire n’est étayée ni par les faits ni par la loi”, a déclaré la société lors de l’ouverture de l’audience de cinq jours à le Tribunal de la Cour de justice des Communautés européennes.

La Commission européenne a refusé de commenter. La décision du tribunal n’est pas attendue avant l’année prochaine.

Android est le système d’exploitation mobile le plus populaire, battant même iOS d’Apple, et se trouve sur quatre appareils sur cinq en Europe.

La Commission a jugé que Google avait enfreint les règles de l’UE en obligeant les fabricants de smartphones à prendre un ensemble d’applications Google s’ils en voulaient, et les a empêchés de vendre des appareils avec des versions modifiées d’Android.

Le pack contient 11 applications, dont YouTube, Maps et Gmail, mais les régulateurs se sont concentrés sur les trois qui détenaient la plus grande part de marché : Google Search, Chrome et le Play Store de la société pour les applications.

La position de Google est que, étant donné qu’Android est open source et gratuit, les fabricants de téléphones ou les consommateurs peuvent décider eux-mêmes des applications à installer sur leurs appareils. Et parce qu’il est le seul à supporter les coûts de développement et de maintenance d’Android, Google doit trouver des moyens de récupérer cette dépense, sa solution est donc d’inclure des applications qui généreront des revenus, à savoir Search et Chrome.

La société fait également valoir que ce n’est pas parce que ses applications sont préinstallées sur les téléphones Android que les utilisateurs sont exclus du téléchargement de services concurrents.

La Commission a également contesté les paiements de Google aux opérateurs de téléphonie mobile et aux fabricants de téléphones pour préinstaller exclusivement l’application Google Search. Mais Google a déclaré que ces accords représentaient moins de 5% du marché, ils ne pouvaient donc pas nuire à leurs rivaux.

À la suite de la décision, Google a apporté quelques modifications pour résoudre les problèmes, notamment en offrant aux utilisateurs européens d’Android un choix de navigateur et d’application de recherche, et en chargeant les fabricants d’appareils de préinstaller ses applications.

Leave a Reply