Google Cloud s’est associé à son nouveau client Nokia pour développer des solutions d’infrastructure destinées aux opérateurs de télécommunications qui construisent des réseaux 5G avec des nœuds de calcul à la périphérie de ces réseaux.

L’objectif de ce partenariat, annoncé jeudi, est de fournir aux entreprises de télécommunications une infrastructure qu’elles peuvent utiliser pour créer et déployer des applications cloud natives sur des clouds publics et privés et des emplacements périphériques. Lier le tout ensemble sera Anthos, Plateforme de gestion d’applications basée sur Kubernetes de Google qui fournit un développement et des opérations cohérents dans le cloud et sur site.

Pendant des années, les opérateurs télécoms ont remplacé des appliances physiques coûteuses qui exécutent leurs réseaux par des fonctions de réseau virtuel fonctionnant sur des serveurs de base à faible coût. Ce partenariat vise à permettre l’étape suivante, en rendant ces applications réseau cloud natives, ce qui signifie qu’elles se composent de micro-services s’exécutant dans des conteneurs et peuvent être développées à l’aide de processus d’intégration continue et de déploiement continu (CI / CD).

Et, une plate-forme comme Anthos, permet aux utilisateurs de créer des applications qui peuvent s’exécuter dans le cloud, dans leurs propres centres de données ou à la périphérie, à l’aide d’un ensemble cohérent d’outils.

Nokia lui-même récemment all-in sur le cloud, en signant un accord qui le verra migrer de ses propres centres de données vers Google Cloud sur une période de cinq ans.

Alors que la 5G n’est qu’une norme pour la transmission de données sans fil, de nombreuses applications qu’elle devrait activer nécessiteront probablement une capacité de calcul à la périphérie, à proximité de l’endroit où les données sont générées ou des systèmes contrôlés par les applications – comme les robots dans une usine de fabrication – pour réduire la latence.

Les opérateurs télécoms sont l’une des plus grandes catégories d’acheteurs d’équipements de pointe Omdia. Plus d’un cinquième de tous les serveurs de télécommunications achetés en 2019 étaient destinés à des déploiements de périphérie, et les analystes d’Omdia s’attendent à ce qu’un serveur sur trois qu’ils achètent en 2024 soit déployé à la périphérie.

À ce jour, la virtualisation des fonctions réseau a été le principal moteur de ces achats, selon Omdia. Mais de nouvelles sources de revenus, telles que la livraison de contenu, les communications de véhicules autonomes, la RA / VR et les jeux dans le cloud, devraient accélérer leurs dépenses sur ce type d’infrastructure.

Leave a Reply