Google et Facebook risqueraient des amendes de plusieurs millions de dollars s’ils ne se conformaient pas à la législation proposée qui a été introduite au Parlement australien et qui obligerait les géants de la technologie à payer pour le journalisme qu’ils affichent.

«Nous ne cherchons pas à protéger les entreprises de médias traditionnels de la rigueur de la concurrence ou des perturbations technologiques, dont nous savons que les consommateurs profitent», a déclaré Frydenberg au Parlement. “Nous cherchons plutôt à créer des conditions de concurrence équitables dans lesquelles le pouvoir de marché n’est pas utilisé à mauvais escient et où il existe une compensation appropriée pour la production de contenu original de nouvelles.”

Les détails du projet de loi seront examinés par un comité sénatorial avant que les législateurs ne le votent l’année prochaine.

Les infractions au code, telles que le défaut de négocier de bonne foi, seraient passibles d’une amende de 10 millions de dollars australiens (7,4 millions de dollars) ou l’équivalent de 10% du chiffre d’affaires annuel en Australie.

Si une plate-forme et une entreprise de presse ne parviennent pas à s’entendre sur un prix pour les informations après trois mois de négociations, un groupe d’arbitrage de trois membres serait nommé pour rendre une décision contraignante de paiement sur au moins deux ans.

Le panel accepterait généralement alors dans son intégralité soit la plate-forme, soit l’offre finale de l’entreprise de presse.

Dans des «circonstances très limitées», lorsqu’aucune des deux options n’est dans «l’intérêt public», le groupe spécial «peut modifier la plus raisonnable des deux offres», indiquent des documents gouvernementaux.

Le projet de loi ne précise pas comment le paiement serait effectué. La plate-forme et le secteur des médias pourraient convenir d’un montant forfaitaire ou de paiements réguliers en fonction de la quantité de contenu d’actualité utilisé.

Facebook et Google ont déclaré qu’ils liraient les détails du projet de loi avant de commenter.

Facebook a déjà averti qu’il pourrait bloquer le contenu des actualités australiennes plutôt que de le payer.

Google a précédemment déclaré que les lois proposées entraîneraient une «dégradation dramatique de la recherche Google et de YouTube», mettraient en danger les services gratuits et pourraient conduire à la «transmission des données des utilisateurs à de grandes entreprises d’information».

Le gouvernement est préoccupé par le fait que Google prenait 53% des dollars de publicité en ligne tandis que Facebook a pris une part de 28% sans payer pour les nouvelles que les plateformes partagent avec leurs utilisateurs.

Michael Miller, président exécutif de News Corp Australia, l’une des plus grandes organisations médiatiques du pays, a salué mardi la législation comme un pas important vers l’équité.

.

Leave a Reply