La pénalité survient alors que le géant de la technologie fait face plusieurs costumes américains sur les comportements anticoncurrentiels et pourrait conduire à des accords similaires avec des fonctionnaires ailleurs. Facebook (FB), L’autre joueur dominant dans la publicité numérique, est enquêté séparément par les régulateurs de l’UE sur affirme que son utilisation des données lui confère un avantage déloyal dans l’entreprise.
Dans un déclaration lundi, l’autorité française de la concurrence a annoncé avoir infligé une amende Google (GOOGL) “pour avoir abusé de sa position dominante” sur le marché de la publicité en ligne au détriment de plateformes et d’éditeurs concurrents.

L’autorité a accusé Google d’accorder un “traitement préférentiel” à Google Ad Manager, sa plateforme de gestion des publicités pour les grands éditeurs. Il l’a fait en privilégiant son propre marché publicitaire en ligne, AdX, où les éditeurs vendent de l’espace aux annonceurs en temps réel, selon le chien de garde.

L'Europe ouvre une double enquête antitrust sur Facebook

“La décision sanctionnant Google est particulièrement importante car il s’agit de la première décision au monde à examiner les processus d’appel d’offres algorithmiques complexes par lesquels fonctionne la publicité display en ligne”, a déclaré la chef de la lutte antitrust française Isabelle de Silva dans le communiqué.

Dans le cadre de l’accord transactionnel, Google s’est engagé à faciliter l’utilisation de ses données par les éditeurs en France et l’utilisation de ses outils avec d’autres technologies publicitaires. “Nous allons tester et développer ces changements au cours des prochains mois avant de les déployer plus largement, y compris certains à l’échelle mondiale”, a déclaré la société dans un communiqué. déclaration.

“Nous nous engageons à travailler de manière proactive avec les régulateurs du monde entier pour apporter des améliorations à nos produits”, a-t-il ajouté.

De Silva a déclaré que l’amende et les engagements de Google “rétabliront des règles du jeu équitables pour tous les acteurs et la capacité des éditeurs à tirer le meilleur parti de leur espace publicitaire”.

L’affaire faisait suite à des plaintes de Nouvelles Corp (NWS), le groupe d’édition français Le Figaro et le groupe de presse belge Rossel. Plus tôt cette année, Google a accepté payer les éditeurs de presse français pour leur contenu dans un accord historique en vertu des nouvelles lois sur le droit d’auteur. Il a ensuite signé des accords similaires avec News Corp et Seven West Media en Australie.

Google est confronté à plusieurs affaires antitrust aux États-Unis, dont une intentée par le gouvernement fédéral, qui accuse l’entreprise d’exercer un monopole illégal sur les marchés de la recherche en ligne et de la publicité par recherche.

— Stephanie Halasz a contribué au reportage.

.

Leave a Reply