Le géant américain de la technologie Google a intensifié vendredi sa campagne de relations publiques contre la réglementation australienne, présentant à tous les utilisateurs de recherche de Down Under une «proposition» visant à édulcorer les règles prévues.

Les Australiens à la recherche d’un terme se sont vu présenter une fenêtre contextuelle exposant l’opposition de la société au projet de loi qui les obligerait à payer les entreprises de presse pour le contenu.

Google et Facebook se sont opposés avec véhémence aux règles proposées, qui visent à rééquilibrer la relation entre les entreprises de presse en difficulté depuis longtemps et les géants de la technologie qui dominent le marché de la publicité en ligne.

En vertu des nouvelles lois, les entreprises seraient tenues d’indemniser les médias australiens – du géant News Corp de Rupert Murdoch au radiodiffuseur public ABC – pour avoir publié des extraits de leur contenu dans les résultats de recherche ou le fil d’actualité.

Les règles sont étroitement surveillées dans le monde entier, alors que les gouvernements envisagent de mieux réglementer les entreprises de médias en ligne qui sont devenues l’une des entités les plus grandes et les plus influentes de la planète.

Google a déployé des tactiques hardball pour essayer de vider la législation, menaçant de retirer complètement son service de recherche d’Australie et de mener une «expérience» qui a bloqué les sites d’informations australiens de certains utilisateurs.

Mais l’action de vendredi a marqué une nouvelle étape dans la campagne, axée sur la conquête des internautes à la cause de Google.

Dans une vidéo liée, Mel Silva, directeur général de Google Australie, prévient que les nouvelles règles «briseraient le fonctionnement des moteurs de recherche» et menaceraient un «Web libre et ouvert».

Cette opinion a été soutenue par l’inventeur du World Wide Web Tim Berners-Lee, qui a récemment fait valoir que la nouvelle loi australienne – qui doit entrer en vigueur cette année – est “irréalisable” et porterait atteinte à un “principe fondamental” d’Internet.

Mais les critiques de Google ont déclaré que le message épinglé de vendredi ne faisait que souligner la volonté de l’entreprise d’utiliser sa position dominante sur le marché à son propre avantage.

“Google AU: Nous ne sommes pas un monopole / ne participons pas à un comportement anticoncurrentiel … Aussi Google AU: nous utiliserons notre part de marché de recherche de 95% pour saper la réglementation que nous n’aimons pas”, a tweeté Jordan Guiao de l’Australian Institute, un groupe de réflexion de gauche.

Cette histoire a été publiée à partir d’un fil d’agence sans modification du texte. Seul le titre a été modifié.

S’abonner à Bulletins de la menthe

* Entrer une adresse email valide

* Merci de vous être inscrit à notre newsletter.

.

Leave a Reply