Le tribunal fédéral australien a déclaré Alphabet Inc. (GOOGL.O) Google a induit certains consommateurs en erreur sur les données de localisation personnelles collectées via les appareils mobiles Android, a déclaré vendredi le régulateur de la concurrence du pays.

La Commission australienne de la concurrence et des consommateurs (ACCC) a déclaré qu’elle sollicitait des déclarations et des sanctions de la part de Google, bien qu’elle n’ait pas précisé de montant.

“Il s’agit d’une victoire importante pour les consommateurs, en particulier pour toute personne préoccupée par leur vie privée en ligne, car la décision de la Cour envoie un message fort à Google et à d’autres selon lequel les grandes entreprises ne doivent pas induire leurs clients en erreur”, a déclaré le président de l’ACCC, Rod Sims, dans un communiqué.

L’affaire tourne autour de paramètres Google spécifiques liés à sa collecte de données de localisation, à son historique de localisation et à “ l’activité sur le Web et les applications ”.

Le tribunal a estimé que Google avait prétendu à tort qu’il ne pouvait collecter des informations à partir du paramètre d’historique de localisation sur les appareils des utilisateurs qu’entre janvier 2017 et décembre 2018. (https://bit.ly/3ge5RjX)

Un paramètre permettant de contrôler l’activité sur le Web et les applications, lorsqu’il était activé, permettait également à Google de collecter, de stocker et d’utiliser les données et était activé par défaut sur les appareils.

Les utilisateurs n’ont pas été informés que la désactivation de l’historique des positions, mais le fait de laisser le paramètre “Activité sur le Web et les applications” activé permettrait à Google de continuer à collecter des données, a conclu le tribunal.

Le tribunal devra décider de ce qu’il considère comme une violation et du nombre de violations, mais l’Australian Broadcasting Corp (ABC) a cité le président de l’ACCC, Rod Simms, disant que le régulateur demanderait une pénalité de “plusieurs millions”.

Un porte-parole de Google a déclaré que la société examinait ses options.

“Le tribunal a rejeté de nombreuses revendications générales de l’ACCC. Nous ne sommes pas d’accord avec les conclusions restantes et examinons actuellement nos options, y compris un appel éventuel”, a déclaré le porte-parole.

Le géant de la technologie a été impliqué dans une action en justice en Australie ces derniers mois alors que le gouvernement réfléchissait et adoptait plus tard une loi pour rendre Google et Facebook (FB.O) payer les entreprises de médias pour le contenu de leurs plateformes. Lire la suite

Nos normes: Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply