Publicité
Rate this post


Facebook et Google ont discrètement prolongé leur interdiction de la publicité politique au-delà du moratoire post-électoral d’une semaine prévu, alors que le président Trump et ses partisans continuent d’utiliser les plateformes pour affirmer – sans preuve – que la victoire du président élu Joe Biden est invalide.

Facebook a déclaré dans un e-mail aux annonceurs qu’ils devraient «s’attendre à ce que cette pause temporaire dure encore un mois». Cependant, “il peut y avoir une opportunité de reprendre ces publicités plus tôt”, a déclaré le géant des médias sociaux.

Les extensions interviennent alors que l’élan en ligne se développe autour des affirmations infondées de Trump selon lesquelles la fraude électorale généralisée a permis à son opposant démocrate de «voler les élections», qu’il aurait autrement remportées.

Le personnel de Biden a déclaré que Facebook, en particulier, ne faisait pas assez pour empêcher le récit «Stop the Steal» de gagner du terrain et que la plateforme n’avait pas réussi à éradiquer les appels à la violence. Lundi, le porte-parole de la campagne Biden, Bill Russo tweeté que Facebook «déchiquetait le tissu de notre démocratie».

Le PDG de Facebook Inc., Mark Zuckerberg, a longtemps refusé de vérifier les faits sur la publicité politique au motif que les entreprises du secteur privé ne devraient pas être «l’arbitre de la vérité». Cependant, après la pression des critiques, la société a annoncé peu de temps avant les élections qu’elle bloquerait les nouvelles publicités politiques dans la semaine précédant le jour des élections et toutes les publicités politiques pendant au moins une semaine après.

En septembre, Google d’Alphabet Inc. a déclaré aux annonceurs qu’il promulguerait une interdiction pendant au moins sept jours après les élections et examinerait la situation chaque semaine après cela, selon Axios.

Google a confirmé que l’interdiction était toujours en vigueur, mais il ne partagerait pas plus de détails sur le moment où il pourrait lever l’interdiction.

Facebook a déclaré dans un e-mail aux annonceurs mercredi matin que “bien que plusieurs sources aient projeté un vainqueur présidentiel, nous pensons toujours qu’il est important d’aider à éviter la confusion ou les abus sur notre plate-forme.” Il a dit qu’il les informerait de la levée de l’interdiction.

Les annonceurs et les experts ont des opinions partagées sur le moment où l’interdiction devrait être assouplie. Certains ont appelé les géants des médias sociaux à maintenir la publicité politique désactivée jusqu’à ce que Trump concède ou jusqu’à ce que le résultat des élections soit certifié afin que le président ne puisse pas utiliser les outils pour cibler les personnes avec de fausses déclarations.

D’autres ont fait valoir que la publicité politique devrait être rétablie, en particulier parce qu’elle affecte les candidats en Géorgie, où il y aura un second tour le 5 janvier pour deux sièges au Sénat américain – des concours qui détermineront probablement si les républicains ou les démocrates contrôlent la chambre.

L’interdiction prolongée des publicités politiques est «une terrible nouvelle pour quiconque veut utiliser une victoire électorale pour renforcer le pouvoir à la base [and] lancer une campagne ou organiser un effort pour 2021 ou 2022 », a déclaré Eric Reif, directeur général du cabinet de conseil en campagnes progressives EStreet Group.

L’incertitude survient alors que les plateformes de médias sociaux sont aux prises avec une vague croissante de désinformation post-électorale. La semaine dernière, Facebook a invoqué des mesures d’urgence pour rendre plus difficile pour les utilisateurs de partager des publications contenant des informations trompeuses et restreindre la circulation de ces publications.

Par ailleurs, mardi, la société a publié une déclaration se défendant contre les allégations de critiques de gauche selon lesquelles son algorithme favorisait un contenu provocateur et une désinformation, ce qui a souvent conduit les experts de droite à devenir viraux. Il a également déclaré que le contenu politique ne représentait qu’environ 6% de ce que les utilisateurs américains ont vu sur la plate-forme et que ses mesures d’urgence restaient en place.

Pendant ce temps, YouTube de Google a été accusé de permettre à certaines informations erronées de rester sur sa plate-forme.

© The Financial Times Limited 2019. Tous droits réservés. FT et Financial Times sont des marques déposées du Financial Times Ltd. Ne doivent en aucun cas être redistribuées, copiées ou modifiées.



Previous articleSony affirme que la PS5 ne prend actuellement pas en charge le 1440p car elle souhaite «donner la priorité au support des téléviseurs» • Fr.techtribune
Next articleLa promo One Piece taquine le sort de la prison de Luffy
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply