NEW DELHI (Reuters) – Alphabet Inc’s GOOGL.O Google fait face à une nouvelle affaire antitrust en Inde dans laquelle le géant américain de la technologie aurait abusé de la position de son système d’exploitation Android sur le marché de la télévision intelligente, ont déclaré à Reuters une source et deux avocats impliqués dans l’affaire.

FILE PHOTO: Un homme se tient devant un écran lors d’un événement Google à New Delhi, en Inde, le 27 septembre 2016. REUTERS / Adnan Abidi / File Photo

L’affaire est le quatrième défi antitrust majeur de Google en Inde, l’un de ses marchés clés où il fait actuellement l’objet de critiques publiques de la part de startups locales pour avoir appliqué certaines politiques et charges d’entreprise qui, selon elles, ont nui à leur croissance.

Cela intervient également alors que Google est confronté à de nouveaux défis antitrust aux États-Unis et à une éventuelle enquête antitrust en Chine qui devrait se pencher sur la façon dont il utilise prétendument sa domination de son système d’exploitation mobile Android pour étouffer la concurrence. Google a nié tout acte répréhensible.

La Commission de la concurrence de l’Inde (CCI) examine depuis juin les allégations selon lesquelles Google se livre à des pratiques anticoncurrentielles en créant des barrières pour les entreprises souhaitant utiliser ou développer des versions modifiées d’Android pour les téléviseurs intelligents, comme Amazon. AMZN.O Le système d’exploitation de Fire TV, selon la source, qui a une connaissance directe de l’affaire.

L’affaire a été déposée par deux avocats antitrust indiens, Kshitiz Arya et Purushottam Anand. Ils ont tous deux confirmé le dépôt de plainte contre Google pour abus présumé sur le marché de la télévision intelligente, mais ont refusé de commenter davantage.

La source a déclaré que la CCI avait ordonné à Google de soumettre ses réponses écrites aux allégations et que la société avait demandé plus de temps.

Un porte-parole de Google a refusé de commenter, car l’affaire avec l’organisme antitrust était en cours. Amazon et la CCI n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Contrairement aux affaires judiciaires indiennes, les dépôts et les détails des affaires examinées par la CCI ne sont pas rendus publics.

Le chien de garde antitrust pourrait ordonner une enquête plus large contre Google s’il juge les allégations fondées, ou rejeter complètement l’affaire.

Les téléviseurs intelligents, ou les téléviseurs compatibles WiFi avec des applications pour les services de streaming comme Netflix et YouTube, sont devenus de plus en plus populaires en Inde.

Les données de Counterpoint Research montrent que 8 millions de téléviseurs intelligents ont été vendus en Inde en 2019. Trois téléviseurs intelligents sur cinq vendus en Inde sont basés sur le système Android de Google, qui alimente également près de 99% du demi-milliard d’utilisateurs de smartphones en Inde.

La dernière affaire allègue que les accords de Google avec des entreprises telles que Xiaomi 1810.HK et le fabricant de téléviseurs TCL India les empêche effectivement d’utiliser à la fois le système Android et une version modifiée de celui-ci sur différents appareils qu’ils fabriquent, selon la source.

Par exemple, si une entreprise vend des smartphones basés sur Android de Google, elle ne peut pas vendre de téléviseurs intelligents fonctionnant sur des plates-formes concurrentes comme le système Amazon Fire TV, selon le cas contre la société basée à Mountain View, en Californie, a déclaré la source.

Et à l’inverse, si la télévision intelligente d’une entreprise utilise le système d’exploitation Fire d’Amazon, cette entreprise ne peut pas proposer le populaire Play Store de Google ou l’application Google Maps sur ses smartphones.

Xiaomi India et TCL India, qui fait partie du groupe chinois TCL Technology Group Corp 000100.SZ, sont tous deux parties à l’affaire avec Google. Xiaomi n’a pas répondu aux demandes de commentaires tandis que TCL a refusé de commenter.

En 2018, la CCI a condamné Google à une amende de 1,36 milliard de roupies (18,5 millions de dollars) pour «biais de recherche», mais un appel de la société est en cours. L’année dernière, la CCI a également commencé à sonder Google pour avoir prétendument abusé de sa position dominante pour réduire la capacité des fabricants de smartphones à opter pour des versions alternatives de son système Android.

Plus tôt cette année, la CCI a commencé à examiner une affaire alléguant que Google abuse de sa position sur le marché pour promouvoir injustement son application de paiement mobile dans le pays.

Reportage par Aditi Shah et Aditya Kalra à New Delhi; Édité par Euan Rocha et Raju Gopalakrishnan

.

Leave a Reply