- Publicité -


BRUXELLES, 17 octobre (Reuters) – Plus de 40 concurrents européens du service d’achat de Google ont exhorté lundi les régulateurs européens de la concurrence à utiliser les règles technologiques nouvellement adoptées pour s’assurer que l’unité Alphabet se conforme à une ordonnance de l’UE de 2017 visant à permettre plus de concurrence sur sa page de recherche.

La Commission européenne a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros (2,33 milliards de dollars) à Google il y a cinq ans et a demandé à l’entreprise de cesser de favoriser son service d’achat.

- Publicité -

La société a par la suite déclaré qu’elle traiterait son propre service d’achat de la même manière que ses concurrents lorsqu’ils enchériraient dans une vente aux enchères pour des annonces dans la boîte d’achat qui apparaît en haut d’une page de recherche.

Mais dans une lettre adressée à la responsable de la concurrence de l’UE, Margrethe Vestager, les 43 entreprises – dont la société britannique Kelkoo, le groupe français LeGuide, le suédois PriceRunner et l’allemand idealo – ont déclaré que la proposition était juridiquement insuffisante et ne leur avait pas permis de bénéficier des enchères publicitaires.

« La Commission doit rouvrir l’espace sur les pages de résultats de recherche générale pour les fournisseurs les plus pertinents, en supprimant les unités d’achat de Google qui ne permettent aucune concurrence mais conduisent à des prix plus élevés et moins de choix pour les consommateurs et à un transfert injuste des marges bénéficiaires des commerçants et des CSS concurrents à Google », ont déclaré les entreprises dans la lettre consultée par Reuters.

Les CSS font référence aux services de comparaison de prix.

Ils ont déclaré que le mécanisme de Google violait la loi sur les marchés numériques (DMA), les nouvelles règles de Vestager visant à limiter le pouvoir des géants de la technologie, qui s’appliqueront en mai de l’année prochaine.

« L’intégration importante de Shopping Units par Google est une violation prima facie de l’interdiction de la DMA sur l’auto-préférencement », ont-ils déclaré.

« Compte tenu du nouveau cadre juridique sans ambiguïté, il est maintenant temps de joindre le geste à la parole. Le cas le plus important au cœur des appels en faveur du DMA doit être mené à bien », ont déclaré les entreprises, originaires de 20 pays européens.

(1 $ = 1,0289 euros)

Reportage de Foo Yun Chee
Édité par Helen Popper

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici