Le Parlement australien débat d’une législation qui exigerait Google et Facebook d’engager des négociations de paiement avec des entreprises de médias pour l’utilisation de leur contenu, avec un arbitre mandaté pour statuer en cas d’impossibilité de parvenir à un accord.

Les sociétés Internet ont repoussé la législation – et le combat est surveillé dans le monde entier, compte tenu de l’impact que le résultat pourrait avoir à travers les géographies, y compris en Inde. L’accent est également renouvelé sur un modèle qui a été déployé avec un certain succès en Corée du Sud.

Près de quatre ans auparavant, Naver, le site d’information le plus populaire de Corée du Sud et le plus gros moteur de recherche, avait mis au point un modèle inhabituel de collaboration avec des éditeurs de presse coréens – désignant quelque 125 points de vente comme «partenaires en lien de Naver News» et les payant pour les publications histoires sur Naver. Quelque 500 autres organes d’information sont des «partenaires de recherche» non rémunérés. Le paiement total était de plus de 40 millions de dollars en 2017.

Bien que ce ne soit peut-être pas le modèle parfait, les organes de presse ne sont généralement pas satisfaits de leur part; De plus, il y a eu récemment une controverse sur les allégations selon lesquelles Naver aurait manipulé le classement des articles critiques de la principale association de football de Corée du Sud à la demande de cette dernière – le modèle reste opérationnel dans un pays où près de 85% de la population accède aux informations en ligne.

Le combat en Australie

Google a menacé la semaine dernière de retirer son moteur de recherche d’Australie. Facebook a déclaré qu’il pourrait empêcher les utilisateurs australiens de publier ou de partager des liens d’information si les normes proposées sur le paiement des redevances étaient mises en œuvre.

Des représentants des majors de la technologie ont comparu vendredi dernier lors d’une audience du Sénat à Canberra. Ils ont fait valoir que l’industrie des médias bénéficiait déjà du trafic qui leur était acheminé par les plates-formes numériques et que les règles proposées les exposeraient à «des niveaux de risque financier et opérationnel ingérables».

La réponse des entreprises ailleurs

Bloomberg et certains autres médias ont rapporté que Facebook prévoyait de lancer sa fonctionnalité d’onglet d’actualités (disponible aux États-Unis depuis 2019) au Royaume-Uni, avec des liens probables avec The Guardian, The Economist et The Independent. Et Google déploie sa plate-forme d’offre d’actualités, Google News Showcase.

Ces deux plateformes visent à formaliser des pactes de paiement avec des organes de presse. Dans un communiqué la semaine dernière, Google a déclaré que News Showcase – qui propose des panneaux d’articles permettant aux éditeurs participants de présenter les articles qui apparaissent dans les produits d’actualité de Google – a intégré plus de 450 publications dans une douzaine de pays, dont Le Monde, Le Figaro, et Libération en France; El Cronista et La Gaceta en Argentine; TAG24 et Sachsische Zeitung en Allemagne; et Jornal do Commercio de Pernambuco au Brésil.

Google avait annoncé en décembre 2020 qu’il «commencerait bientôt à offrir aux gens un accès à du contenu payant en partenariat avec certains éditeurs d’actualités». Il avait dit qu’il paierait les partenaires participants pour fournir un accès limité au contenu payant aux utilisateurs de News Showcase.

Jeudi dernier, Google a annoncé qu’il paierait les publications d’information en France pour l’utilisation de leur contenu en ligne. Le major de la technologie et l’APIG, un groupe de presse français, ont déclaré dans un communiqué conjoint qu’après des mois de discussions, ils s’étaient mis d’accord sur les principes selon lesquels les publications d’information devraient être rémunérées pour la distribution de leur contenu sur les plateformes Google.

Cependant, la première réponse de Google à l’adoption par la France des règles de l’UE en matière de droits d’auteur a été de cesser d’afficher des extraits de nouvelles – jusqu’à ce que le régulateur français de la concurrence intervienne, en octobre de l’année dernière. Google a également débranché son service Google Actualités en Espagne, qui rend les paiements aux éditeurs obligatoires.

Le problème central

Payer pour le fil d’actualité en soi semble être moins un problème pour les géants de la technologie, étant donné que Google a conclu un accord pour payer les publications d’actualités en France quelques heures à peine avant de menacer de supprimer ses fonctions de recherche en Australie. La lutte en Australie est évidemment centrée sur le degré de contrôle que ces entreprises pourraient conserver sur leur processus de paiement – des aspects opérationnels tels que le choix du montant des paiements pour les sources de flux d’actualités et la nécessité de révéler les changements dans leurs algorithmes. Les lourdes amendes proposées par Canberra sont considérées comme un problème supplémentaire.

Il est indéniable que l’action ferme des régulateurs a été à l’origine des initiatives de Facebook et de Google pour lancer des plateformes telles que l’onglet d’actualités proposé et Showcase, contrairement à l’action largement volontaire de Naver en Corée.

Les autorités européennes ont spécifiquement lié les paiements au droit d’auteur, sans mettre de dispositif contraignant dans les accords. Le code australien, en revanche, est presque entièrement axé sur le pouvoir de négociation des organes de presse vis-à-vis des majors de la technologie et présente également des caractéristiques coercitives. Il s’agit davantage d’un problème de concurrence en Australie, d’équations de pouvoir entre les médias traditionnels et les plateformes technologiques, la question de l’abus de position dominante de ces dernières étant en jeu.

Les régulateurs australiens avaient initialement proposé un code de conduite volontaire, mais ont depuis intensifié la pression. Le régulateur australien de la concurrence a averti que les lois prévues pour forcer Google et Facebook à payer pour le contenu d’actualités n’étaient «probablement que le début d’une réglementation accrue pour les plateformes numériques».

«Ce code de négociation est un voyage, si nous voyons un pouvoir de marché ailleurs, nous pouvons les ajouter au code», a déclaré le président de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, Rod Sims, dans une interview à Reuters. En France également, l’organisme de surveillance de la concurrence FCA avait émis l’an dernier des restrictions aux grandes entreprises technologiques. La FCA avait considéré la décision de Google de retirer des extraits de nouvelles comme «injuste et dommageable pour le secteur de la presse», et également susceptible de constituer un abus de position dominante sur le marché.

Le débat en Inde

Les décideurs politiques en Inde se sont jusqu’à présent concentrés sur la domination des intermédiaires tels que Google et Facebook, qui sont positionnés de manière à ce que les fournisseurs de services ne puissent atteindre les clients que via ces plates-formes.

Les combats en Australie et ailleurs pourraient avoir des implications plus larges pour la réglementation de l’économie numérique en Inde à plus long terme. Une discussion substantielle sur l’impact des plates-formes intermédiaires sur la santé des médias d’information n’a pas encore commencé de manière significative ici.

Selon un rapport FICCI-EY sur le secteur des médias et du divertissement en Inde pour 2020, il y a 300 millions d’utilisateurs de sites d’actualités en ligne, de portails et d’agrégateurs dans le pays – soit environ 46% des utilisateurs d’Internet et 77% des utilisateurs de smartphones en Inde à fin 2019.

Avec 282 millions de visiteurs uniques, l’Inde est le deuxième pays consommateur de nouvelles en ligne après la Chine. En Inde, les dépenses de publicité numérique en 2019 ont augmenté de 24% d’une année sur l’autre pour atteindre 27900 crore Rs, selon les estimations d’EY, et devraient atteindre 51340 crore Rs d’ici 2022.

📣 REJOIGNEZ MAINTENANT 📣: La chaîne de télégramme expliquée express

À l’échelle mondiale, Facebook et Google détiennent ensemble 61% de la part de marché des dépenses publicitaires numériques, selon Edelweiss Research; Google mène avec 37%. Dans une note séparée, Edelweiss a déclaré qu’il s’attendait à ce que les dépenses numériques soient encore accélérées, en raison d’un bond substantiel de l’activité en ligne accentué par Covid-19.

Les autres principaux agrégateurs de nouvelles en Inde sont Dailyhunt, dont la société mère (VerSe Innovation) a levé des fonds auprès de Google et Microsoftet InShorts soutenu par Tiger Global. Selon un rapport de janvier 2020 du Nieman Lab de l’Université Harvard, les éditeurs étaient initialement payés entre 5 et 6 lakh par mois pour le contenu hébergé sur Dailyhunt – mais ils ont commencé à quitter la plate-forme après la modification des conditions. Le rapport note que Malayala Manorama a été l’un des premiers grands éditeurs à quitter Dailyhunt en 2017. Même sans que la conversation en Inde n’atteigne le point où les agrégateurs de nouvelles sont mandatés pour effectuer des paiements aux éditeurs, des startups telles que Dailyhunt et InShorts n’ont pas encore trouvé modèle de revenu durable.

.

Leave a Reply