Publicité
Rate this post


Une autre semaine, un autre effort de grande envergure pour maîtriser la Big Tech. Non, nous ne parlons pas des poursuites ridicules de l’ancien président Trump contre Facebook, Twitter et YouTube pour aurait violé ses droits à la liberté d’expression (Alerte spoiler : Ils n’ont pas).

Nous faisons référence au procès antitrust que la Californie et 36 autres États ont intenté contre Google pour avoir prétendument abusé de sa domination sur les systèmes d’exploitation des téléphones portables.

Les États’ plainte, qui se concentre sur la taxe de 15 à 30 % que Google impose aux développeurs d’applications proposées via sa boutique Google Play, trace une voie similaire à celle empruntée par Epic Games dans son poursuites contre Google et Apple. Des poursuites intentées par le ministère de la Justice et un autre groupe d’États contre Google sont également en cours, l’accusant d’essayer illégalement de protéger ses positions de leader dans la recherche et la publicité en ligne.

Le président Biden a rejoint la mêlée vendredi avec un décret exécutif promouvoir la concurrence dans la technologie et d’autres industries, appelant la Federal Trade Commission à examiner plusieurs pratiques des grandes entreprises technologiques qui leur ont permis de construire, défendre et étendre leur pouvoir de marché. Pendant ce temps, le comité judiciaire de la Chambre a avancé cinq billets qui visent à limiter voire à diffuser l’influence exercée par Google, Facebook, Amazon et Apple.

Nous voyons tout cela maintenant en partie parce que les deux côtés de la division politique se sont tournés vers Big Tech. Les principales plates-formes en ligne ont aliéné les législateurs républicains et démocrates avec leur gestion de la désinformation et des discours politiquement chargés, leur aspiration d’informations personnelles et leur portée et leur influence inquiétantes.

La domination soutenue de ces plateformes a également affaibli ce qui était autrefois un article de foi sur Internet : que l’innovation et la concurrence incessantes en ligne bouleverseraient inévitablement les meilleurs et inaugureraient de nouveaux leaders du marché, même en l’absence de réglementation. Cette foi était bien fondée – témoin de l’ascension et de la chute d’AOL, MySpace, Blackberry et d’innombrables autres grands acteurs. Mais comme les chercheurs ont noté, les plates-formes d’aujourd’hui sont plus enracinées grâce à d’énormes avantages d’échelle et aux efforts plus agressifs des opérateurs de plates-formes pour repousser leurs rivaux.

Les grandes entreprises technologiques insistent sur le fait qu’elles ne font pas obstacle à la concurrence, mais qu’elles donnent plutôt aux consommateurs ce qu’ils veulent. Et certes, cette échelle et ce pouvoir ont des avantages publics. Par exemple, les gens rejoignent Facebook en grande partie parce qu’ils peuvent se connecter avec tant d’autres là-bas. Et pour les développeurs d’applications, il est utile de n’avoir que quelques plates-formes dominantes qui peuvent fournir une passerelle sécurisée à des milliards de clients potentiels.

Le problème pour les décideurs politiques et les tribunaux, cependant, est de savoir si le public perd quelque chose en n’ayant pas plus de concurrence pour fournir les services fournis par les plateformes Big Tech et en ne voyant pas plus de chiffre d’affaires au sommet. C’est pourquoi les législateurs devraient poursuivre leurs efforts pour aider les entreprises technologiques rivales à interagir avec les plates-formes, faciliter le passage des utilisateurs à d’autres plates-formes, permettre aux consommateurs de contrôler leurs propres données et renforcer les règles contre les pratiques déloyales des opérateurs de plates-formes.

Internet a prospéré dans ses années de formation avec peu ou pas de réglementation. La domination soutenue d’une poignée d’entreprises Big Tech, cependant, montre que ces jours sont révolus. Les effets de réseau d’Internet encouragent le développement d’un pouvoir de monopole, et c’est aux tribunaux et au Congrès de assurez-vous que le pouvoir n’est pas abusé.



Previous articleRick et Morty, Tuca et Bertie Comic-Con @ Home Panels annoncés
Next articleFortnite Glitch fait perdre des lingots d’or aux joueurs | Game Rant – GameRant
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply