Rate this post


Le logo Apple Inc est visible à l’entrée de l’Apple Store à Bruxelles, en Belgique, le 2 juillet 2021. REUTERS/Yves Herman

WASHINGTON, 13 août (Reuters) – Un membre républicain et démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis a présenté un projet de loi visant à restreindre les puissants magasins d’applications gérés par des sociétés comme Apple Inc. (AAPL.O) et Google d’Alphabet Inc (GOOGL.O).

Le projet de loi accompagne une mesure présentée cette semaine par un trio bipartite de sénateurs ce qui empêcherait les grands magasins d’applications d’exiger des fournisseurs d’applications qu’ils utilisent des magasins d’applications et des systèmes de paiement alternatifs.

Le représentant Ken Buck, le plus haut républicain du panel antitrust du comité judiciaire de la Chambre, a présenté la mesure avec le représentant Hank Johnson, un démocrate.

“Pendant trop longtemps, des entreprises comme Google et Apple ont eu la mainmise sur les développeurs d’applications qui sont obligés d’accepter les conditions fixées par ces monopoles pour atteindre leurs clients”, a déclaré Buck dans un communiqué par courrier électronique.

Les consommateurs américains ont dépensé près de 33 milliards de dollars l’année dernière dans les magasins d’applications mobiles et téléchargé 13,4 milliards d’applications, a déclaré le bureau de Buck dans un communiqué.

Apple a précédemment défendu sa boutique d’applications comme “un moteur sans précédent de croissance économique et d’innovation, qui soutient désormais plus de 2,1 millions d’emplois dans les 50 États”.

Les enjeux sont élevés pour Apple, dont l’App Store ancre son activité de services de 53,8 milliards de dollars alors que le marché des smartphones a mûri.

Google a déclaré que les téléphones Android ont souvent deux ou plusieurs magasins d’applications préchargés.

Le comité judiciaire de la Chambre a adopté six mesures antitrust en juin, la plupart visant à ourler les géants de la technologie Google, Amazon (AMZN.O), Apple et Facebook (FB.O).

Reportage de Diane Bartz; Montage par Stephen Coates

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply