Rate this post


Le logo de Google est visible sur un immeuble du quartier d’affaires et financier de La Défense à Courbevoie, près de Paris, en France, le 1er septembre 2020. REUTERS/Charles Platiau/File Photo

PARIS, 8 juillet (Reuters) – L’autorité française de surveillance antitrust se prononcera dans les prochains jours sur un accord préliminaire entre Google (GOOGL.O) et certains éditeurs français ont trop payé pour le contenu de l’actualité, a déclaré jeudi la responsable du chien de garde, Isabelle de Silva.

Dans le cadre de l’accord-cadre de trois ans signé par Google et l’Alliance de la presse d’information générale (APIG), un groupe de pression représentant la plupart des grands éditeurs français, Google a accepté en janvier de verser un total de 76 millions de dollars à 121 publications, selon documents vus par Reuters.

Il s’agit de l’une des offres les plus médiatisées du programme “News Showcase” de Google visant à compenser les extraits d’actualités utilisés dans les résultats de recherche, et la première du genre en Europe.

Cependant, aucun accord de licence individuel n’a été signé par Google avec un membre de l’APIG depuis lors et les pourparlers sont de facto gelés dans l’attente de la décision antitrust, ont indiqué des sources à Reuters. Lire la suite

Reportage de Mathieu Rosemain; Montage par Sudip Kar-Gupta

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply