Mises à jour du secteur technologique

Apple décrit souvent l’App Store comme la démocratisation des logiciels. Depuis 2008, les développeurs du monde entier peuvent utiliser le code d’Apple pour créer de nouvelles applications pour smartphones, et les utilisateurs peuvent les trouver et les essayer là-bas, sachant que la société a vérifié les offres.

Maintenant, l’App Store et son rival Google Play sont attaqués en tant que monopoles acharnés qui désavantagent la concurrence et extraient des commissions injustes. La semaine dernière, la Corée du Sud a adopté la première loi du monde permettant aux utilisateurs de téléphones mobiles de contourner les groupes technologiques et de payer directement les développeurs d’applications. Dans un règlement récent avec la Japan Fair Trade Commission, Apple a été contraint de créer un contournement de paiement pour certaines applications d’abonnement. Les UE et Inde étudient également les ventes d’applications et l’Australie pourrait pataugent dans.

Publicité

Pendant ce temps, un juge américain envisage Fortnite-fabricant Jeux épiques‘ affirme que la commission de 30 % d’Apple sur les ventes d’applications et les achats intégrés est un monopole illégal. Le procès d’Epic contre Google est en cours et les sénateurs américains attendent avec projet de loi qui permet aux développeurs et aux clients de contourner les magasins d’applications officiels.

Les plaintes concernant Big Tech ne sont pas nouvelles, alors pourquoi ce problème a-t-il pris feu ? La simplicité en fait partie. Plutôt que de nouveaux problèmes juridiques, la lutte contre la vente d’applications est une question d’argent. Des opposants puissants et bien financés contribuent à plaider en faveur du changement. Le directeur général d’Epic, Tim Sweeney, s’est battu contre l’App Store pendant des années avant de porter plainte, et l’intérêt de Bruxelles a été suscité par un Réclamation 2019 du groupe de streaming Spotify.

Il existe de nombreuses preuves des avantages financiers de la facturation de commissions. En 2019, la société mère de Google, Alphabet, a tiré environ 20 % des bénéfices d’exploitation de Play, même s’il ne représentait que 10 % des revenus. Apple regroupe l’App Store en « services », une catégorie qui représente un cinquième des revenus, un tiers de la marge bénéficiaire brute et presque toute la croissance des marges, explique Joseph Evans d’Enders Analysis.

Les régulateurs, les législateurs et les juges sont également en terrain connu lorsqu’ils examinent si Apple et Google utilisent injustement le contrôle des magasins d’applications pour exclure les concurrents et extraire les loyers des développeurs. L’allégation de regroupement – utiliser la domination d’un type de logiciel pour obtenir un avantage sur un autre – était au cœur de l’affaire des années 1990 visant à démanteler Microsoft. Bien que l’entreprise ait finalement conclu un accord, la pression est souvent attribuée à la création d’espace pour que Google et Apple prospèrent.

Les grands magasins haut de gamme offrent un parallèle. Les marques de luxe comme Chanel ou Hermès concluent souvent des accords de concession avec elles. Bien que les conditions varient, la marque fournit le produit tandis que le magasin fournit l’immobilier et le personnel de vente, et prend généralement une réduction de 25 à 40 pour cent.

Dans cet esprit, les 30 % de commissions sur les applications semblent difficiles à justifier. Apple et Google fournissent le code sous-jacent, la plate-forme de vente et la conservation qui encouragent les utilisateurs à télécharger des applications. Mais leurs coûts sont bien inférieurs à ceux d’un magasin car le processus de vente est automatisé et ils vendent des téléphones plutôt que de louer ou d’acheter des biens immobiliers.

Les affirmations selon lesquelles Google et Apple ont besoin du contrôle de l’App Store pour protéger les utilisateurs semblent également égoïstes. Des documents d’essai épiques ont montré que les évaluateurs d’Apple ont dépensé en moyenne 13 minutes sur chaque application. Pas étonnant que les escroqueries aient à plusieurs reprises s’est faufilé à travers. La curation est une autre opportunité de revenus : Apple vend la première position après une recherche. Demandez l’application de stationnement Ringo et vous obtenez Uber. Mettez Lyft et vous voyez Bolt.

L’essai Epic a montré que les critiques de l’App Store dépensaient moins de 15 minutes de vérification chacun un et les critiques ont trouvé à plusieurs reprises escroqueries qui se faufilent. La curation est encore une autre opportunité de revenus : Apple vend la première position après une recherche. Demandez l’application de stationnement Ringo et vous obtenez Uber. Mettez Lyft et la première suggestion est le service rival Bolt.

Cela peut expliquer pourquoi Google et Apple n’hésitent pas à battre en retraite stratégique. Les deux sociétés ont déjà réduit les commissions à 15 % pour les petits développeurs. Apple a évité un combat avec Amazon en exemptant l’application Prime de payer une commission sur les ventes de vidéos. Au cours des deux dernières semaines, il a assouplissement des règles de paiement globales pour certains petits développeurs ainsi que Netflix, Spotify et d’autres applications de « lecteur » qui permettent aux abonnés d’accéder au contenu sur plusieurs plates-formes. Notamment, ces concessions excluent Epic et d’autres développeurs de gros jeux qui représentent la plupart des revenus des applications. Spotify les a qualifiés d’insuffisants.

Google insiste sur le fait que les paiements d’applications lui permettent de garder le système d’exploitation Android gratuit, tandis qu’Apple soutient que laisser les utilisateurs « charger » les applications achetées à l’extérieur conduirait à l’anarchie. Big Tech a peut-être concédé quelques batailles, mais il reste enraciné dans une longue guerre.

brooke.masters@ft.com

Suivez Brooke Masters avec myFT et sur Twitter

Rate this post
Publicité
Article précédentOne Piece révèle le nouveau mensonge hilarant de Wano d’Usopp
Article suivantFaisons une tasse aussi La 2e saison d’Anime présente une partie d’action en direct en vidéo – News 24
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici