Mises à jour de la réglementation technique de l’UE

La querelle entre Bruxelles et Big Tech a pris une ampleur notable au cours de l’année dernière au milieu des inquiétudes européennes croissantes sur la façon dont Google et Facebook utilisent leurs positions dominantes sur le marché.

Alors que l’administration du président américain Joe Biden se prépare désormais à intensifier le contrôle des entreprises technologiques, les régulateurs européens ont adopté une ligne plus dure contre les géants de la Silicon Valley au cours de l’année dernière en lançant des enquêtes antitrust.

Assembly Research estime que sur une trentaine de dossiers de concurrence lancés contre les Big Tech dans le monde depuis 2010, un tiers ont été ouverts en 2020, l’Europe étant de loin la plus active. Environ cinq affaires ont été lancées en Europe depuis début 2020 contre Google, Amazon, Facebook et Apple.

Les régulateurs de pays comme la France et l’Allemagne ont également commencé à appliquer leurs propres lois pour restreindre le pouvoir des Big Tech.

Les sceptiques soulignent que les affaires antitrust mettront des années à avoir un effet sur les marchés qu’elles cherchent à corriger, et qu’elles arrivent souvent trop tard pour sauver les rivaux de Big Tech. Le processus est douloureusement lent. Les enquêtes et les procédures d’appel devant les tribunaux de l’UE prennent des années. Pendant ce temps, les entreprises technologiques continuent de afficher des bénéfices records.

Les critiques de Big Tech soulignent la tristement célèbre bataille de Microsoft avec l’UE au sujet d’allégations selon lesquelles elle aurait exploité sa position dominante dans l’espace des navigateurs. La société de logiciels a lié son Internet Explorer gratuit comme navigateur par défaut pour Windows, aidant à mettre son sérieux rival, Netscape, à la faillite. Au moment où les régulateurs ont conclu un accord avec Microsoft en 2009 sur leur bataille, Netscape était une tuerie.

Un autre exemple cité est le cas de Google. La Commission européenne a ouvert ses premières enquêtes il y a plus de dix ans sur des allégations de comportement anticoncurrentiel. Il a depuis infligé environ 10 milliards de dollars d’amendes à l’entreprise. Google conteste les amendes, affirmant que cela crée plus de choix, pas moins, pour les consommateurs. En attendant, les petits rivaux de Google affirment que leurs activités continuent d’être minées par l’abus par le géant de la recherche de sa position de force sur leurs marchés.

Les enquêteurs antitrust à Bruxelles pensent cependant disposer d’un remède à la lenteur avec laquelle Big Tech doit rendre des comptes. La loi sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques sont des projets de loi visant, respectivement, à clarifier les responsabilités policières des grandes plateformes et à restreindre leur pouvoir de marché.

Le DMA, en particulier, établit une liste de règles qui précisent quelles activités sont illégales, y compris une interdiction pour les entreprises de pré-installer leurs propres applications et une interdiction pour ceux qui manipulent leurs algorithmes de classer leurs services plus en évidence au détriment des autres. .

Les deux projets de loi sont une reconnaissance de la part de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, que les amendes ne suffisent pas pour dissuader les abus de marché. Une plus grande clarté réglementaire est nécessaire.

Il existe un soutien politique à un niveau élevé pour adopter le projet de loi au cours du premier semestre de l’année prochaine. Andreas Schwab, l’eurodéputé allemand qui contrôle le débat du DMA au Parlement européen, pense qu’il est temps que des règles strictes soient fixées pour limiter le pouvoir des Big Tech, en particulier des cinq plus grandes entreprises. Schwab a dit dans un entrevue avec le Financial Times le mois dernier que les régulateurs et le public ont été « trompés » par Big Tech pendant trop longtemps.

Certains États membres, qui aux côtés du parlement approuveront les nouvelles lois, souhaitent une réglementation encore plus stricte. Les ministres des finances et de l’économie de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas ont déclaré en mai que le DMA était trop doux avec les géants de la technologie et manquait d’ambition. Ils veulent que Bruxelles intensifie son examen des acquisitions dites tueuses, où les entreprises rachètent systématiquement des entreprises naissantes afin d’étouffer la concurrence.

Le recul de Big Tech, qui investit des millions de dollars dans les efforts de lobbying, a été fort. Ses partisans soutiennent que des lois antitrust plus strictes ne feront qu’étouffer l’innovation et les choix des citoyens européens.

Mais certains critiques sont toujours frustrés par ce qu’ils considèrent comme un manque d’application significative pour corriger les mauvaises conduites. Ils se demandent jusqu’où Bruxelles ira dans la lutte contre la Big Tech. Peu d’observateurs de l’UE, par exemple, s’attendraient à ce que Bruxelles ordonne le démantèlement des entreprises technologiques. Et le processus d’exécution devrait rester lent.

Damien Geradin, un avocat antitrust qui a représenté des entreprises dans le cadre d’enquêtes contre Apple et Google, a déclaré : « Ces entreprises ont eu un free ride pendant 10 ans. Ils feront l’objet d’une enquête à perpétuité jusqu’à ce qu’ils en aient assez et qu’ils veuillent passer à autre chose. Leur taille les rend immunisés.

[email protected]

Leave a Reply