- Publicité -


Aujourd’hui, Google a annoncé sa nouvelle région cloud en Afrique du Sud, le pays africain qui abrite désormais les principaux fournisseurs mondiaux de cloud sur le continent. Pour Google, cette décision s’inscrit dans le cadre de son engagement plus large d’investir 1 milliard de dollars pour soutenir la « transformation numérique » à travers l’Afrique au cours des cinq prochaines années.

L’engagement, lorsqu’il est disséqué, comprend des projections de Google atterrissant un câble sous-marin, fournissant des prêts à faible taux d’intérêt aux petites entreprises et des investissements en actions aux startups de croissance africaines, entre autres choses. Le PDG de Google, Sundar Pichai, a fait cette annonce en octobre dernier – il y a précisément un an – ce qui signifie qu’il n’y a pas de meilleur moment pour examiner les activités du géant de la technologie jusqu’à présent.

Lors d’une table ronde avec les médias, le directeur général de Google Africa, Nitin Gajria, a souligné que l’investissement de 1 milliard de dollars de Google sur le continent se concentrait sur quatre domaines clés. Il s’agit notamment de fournir un accès abordable et des produits utiles aux Africains, de soutenir les entreprises dans leur processus de transformation numérique, d’investir dans les entrepreneurs pour stimuler les technologies de nouvelle génération et de soutenir les organisations à but non lucratif travaillant sur certains des défis les plus importants et les plus profonds du continent.

- Publicité -

Des rapports indiquent que l’économie Internet de l’Afrique peut atteindre 180 milliards de dollars d’ici 2025, représentant 5,2 % du PIB du continent. Les câbles sous-marins sont essentiels à cette croissance, car ils réduisent les coûts des données et augmentent la vitesse des données à mesure que de plus en plus d’Africains participent à l’économie Internet. Depuis son annonce en février dernier, le câble sous-marin de Google, Equiano, qui relie l’Afrique à l’Europe, traverse désormais le Togo, le Nigeria, la Namibie et l’Afrique du Sud. Le câble sous-marin devrait être pleinement opérationnel d’ici la fin de l’année, a déclaré Gajria lors de l’appel.

Projet Taara est un autre programme de Google centré sur le fait de rendre Internet accessible et abordable. Taara utilise la lumière pour transmettre des données, éliminant ainsi le besoin d’infrastructures coûteuses telles que des câbles. Bien que la technologie soit un travail en cours, la société avait réalisé des projets pilotes réussis dans six pays africains, dont le Congo et la République démocratique du Congo.

« Nos collègues de X, l’usine moonshot d’Alphabet, fournissent un accès Internet haut débit à l’aide de faisceaux de lumière dans des zones où il est trop difficile ou économiquement viable d’installer la fibre. Ceci est maintenant mis à l’essai dans six pays africains qui s’efforcent d’offrir un Internet abordable et abondant à un plus grand nombre de personnes à travers le pays. Nous sommes enthousiasmés par les possibilités que cela ouvre en termes de réduction des coûts d’infrastructure, et donc du coût des données pour l’utilisateur final », a ajouté le directeur général.

Il a également annoncé des mises à jour sur les programmes de Google pour la scène technologique africaine. Depuis son lancement en 2018, le programme Google for Startups Accelerator Africa a soutenu plus de 96 startups en phase d’amorçage de la série A, levant collectivement 230 millions de dollars en capital-risque. L’année dernière, Google a dévoilé son Fonds d’investissement pour l’Afrique, un Fonds de 50 millions de dollars, pour investir dans des startups en phase de croissance à travers le continent. Il a soutenu trois entreprises par le biais du fonds: la plate-forme de mobilité ougandaise-turn-super app SafeBoda, société sud-africaine de jeux mobiles Carry1er, et une société kényane de logistique et de transport en ligne Systèmes Lori.

Soulignant son engagement à soutenir les entrepreneurs mal desservis en Afrique, le géant de la technologie a également mis en place le Black Founders Fund, qui a débuté avec la promesse de fournir un capital allant jusqu’à 100 000 dollars, une occasion de se connecter avec des fondateurs du monde entier et d’accéder à certains des services et produits de l’entreprise.

Dans son dernier et deuxième lot, Google fourni 4 millions de dollars en capital non dilutif à 60 startups en Afrique, en s’appuyant sur les 3 millions de dollars qu’il a accordés à la première cohorte. Google a déclaré que le fonds est destiné à « alimenter le changement générationnel et systémique » dans un écosystème où seule une poignée de fondateurs parviennent à lever des fonds. Et en poursuivant ses efforts pour soutenir les PME, au début de cette année, le géant de la technologie a également lancé Google Hustle Academy avec un plan visant à former des milliers de PME et d’entrepreneurs à travers le continent.

« Plus tôt cette année, nous avons lancé la Hustle Academy et, à ce jour, plus de 3 000 petites et moyennes entreprises ont participé à ce camp d’entraînement gratuit d’une semaine visant à les aider à augmenter leurs revenus, à se positionner pour l’investissement et à construire des modèles commerciaux durables pour l’avenir », a déclaré Gajria à propos des progrès réalisés sur ce front. « Le rôle que Google a joué dans le soutien aux entrepreneurs africains me tient particulièrement à cœur parce que leC’est un domaine qui me passionne vraiment.

Sur le quatrième domaine d’investissement de Google, qui est son travail avec les ONG, Gajria a souligné comment le géant de la technologie distribue 1 million de dollars en subventions publicitaires par mois à plus de 40 000 personnes collaborant dans les espaces de travail Google pour des organisations à but non lucratif sur le continent.

Doublant ses investissements dans les infrastructures en Afrique, Google a également lancé en avril de cette année son premier centre de développement de produits en Afrique dans ce qui, selon lui, visait à créer des produits et services « transformateurs » pour le marché africain et le monde. Le centre de Nairobi est celui de Google deuxième investissement majeur en recherche et développement en Afrique après que le géant de la technologie a mis en place un centre d’IA et de recherche au Ghana en 2019.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici