Dire que Google fait face à un monde de problèmes ne serait pas exagéré ces jours-ci, car le géant de la technologie fait face à des enquêtes antitrust dans le pays et dans le monde.

La dernière salve a eu lieu mardi 20 octobre, lorsque le ministère américain de la Justice (DOJ) et 11 procureurs généraux a déposé une action en justice antitrust à Washington, DC contre le moteur de recherche Internet le plus utilisé au monde, alléguant qu’il a abusé de sa position dominante contre des concurrents.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de certaines des batailles antitrust auxquelles Google est confronté dans le monde.

Les États-Unis contre Google

Après plus d’un an d’enquête sur la domination de Google sur les marchés de la recherche et de la publicité où il détient 80% du marché intérieur, le DOJ a intenté une action en justice contre le géant de la technologie, ce qui pourrait s’avérer être le plus grand procès antitrust de l’histoire.

La plainte de 57 pages allègue que Google a protégé ses monopoles de recherche continue et de publicité de recherche en participant à des activités anticoncurrentielles.

Le procureur général William Barr a déclaré dans un communiqué que des millions d’Américains dépendent d’Internet et des plateformes en ligne, ce qui rend la concurrence dans l’industrie vitale. Il a qualifié la contestation de Google pour avoir prétendument violé les lois antitrust de «cas monumental tant pour le DOJ que pour le peuple américain».

Pour sa part, Google a publié une déclaration qualifiant la poursuite de «profondément imparfaite», affirmant que «les gens utilisent Google parce qu’ils le souhaitent, non parce qu’ils y sont contraints ou parce qu’ils ne peuvent pas trouver d’alternatives».

Avec 11 États participant déjà au procès et plusieurs autres poursuivant leurs propres actions, le différend devrait s’étendre au fur et à mesure que la procédure avance.

Chine contre Google

Google fait également face à une potentielle enquête antitrust en Chine, qui cherche à voir si la société californienne a utilisé son système d’exploitation mobile Android pour supprimer la concurrence dans le plus grand pays du monde en termes de population (et deuxième en termes de PIB).

Alors qu’une décision sur la décision de la Chine d’aller de l’avant avec l’affaire pourrait être annoncée à tout moment, les experts géopolitiques soulignent que cette enquête a autant à voir avec l’état actuel des relations américano-chinoises comme il le fait avec la situation sur le terrain.

Les tensions entre les deux pays se sont intensifiées ces derniers mois au milieu d’une tentative de répression de l’administration Trump contre des entreprises technologiques chinoises telles que Huawei et ByteDance (société mère de l’application de partage de vidéos TikTok).

L’affaire antitrust potentielle actuellement examinée par les autorités chinoises a été proposée pour la première fois par Huawei l’année dernière.

Europe contre Europe

Dans l’Union européenne, le leader de la recherche sur le Web et plusieurs autres grandes technologies seraient confrontés à des enquêtes antitrust et à la menace d’inclusion sur un “Liste de résultats” des entreprises technologiques ciblées.

Les régulateurs de l’UE seraient en train de créer une liste d’environ 20 entreprises qu’ils souhaitent se soumettre à des réglementations plus strictes en matière de concurrence et d’autres activités opérationnelles. La nouvelle réglementation pourrait modifier la manière dont ces entreprises collectent et exploitent les informations.

Dans le même temps, Google fait face à un examen antitrust de l’Union européenne sur son projet d’acquisition de Fitbit pour 2,1 milliards de dollars. En particulier, les régulateurs craignent que l’accord n’augmente la quantité de données de santé personnelles que les entreprises fusionnées détiendraient.

Japon contre Google

Kazuyuki Furuya, le nouveau président de la Commission japonaise du commerce équitable, a déclaré lundi 19 octobre qu’il faisait équipe avec ses homologues américains et européens pour élaborer de nouvelles réglementations strictes à l’encontre de Google et d’autres grandes technologies.

En outre, Furuya a déclaré qu’il suivait de près les développements en Europe concernant Fitbit, et a souligné que le régulateur du commerce basé à Tokyo pourrait lancer un enquête anti-monopole dans des accords ou des collaborations importants qui, selon lui, entraveraient la concurrence.

«C’est un domaine dans lequel je vais pousser de manière agressive», a-t-il déclaré.

Canada contre Google

Bien qu’il ne soit pas spécifiquement lié à la concurrence, le Parti libéral au pouvoir du Canada a renouvelé le mois dernier ses appels à légiférer sur la manière dont Google et les autres plateformes Big Tech payer les producteurs de médias pour contenu protégé par des droits d’auteur.

Selon la Canadian Broadcasting Corp., les entreprises de technologie américaines telles que Facebook et Google ont revenus publicitaires canalisés loin des agences de presse canadiennes en difficulté sans payer les médias pour leur contenu protégé par le droit d’auteur.

——————————

NOUVELLES DONNÉES PYMNTS: COMMENT NOUS ACHETONS – SEPTEMBRE 2020

Le rapport Comment nous achetons, une collaboration PYMNTS avec PayPal, vise à comprendre comment les consommateurs de tous âges et de tous revenus se tournent vers les achats et les paiements en ligne au milieu de la pandémie COVID-19. Notre recherche s’appuie sur une série d’études menées depuis mars, interrogeant plus de 16 000 consommateurs sur la manière dont leurs habitudes d’achat et leurs préférences de paiement évoluent à mesure que la crise se poursuit. Ce rapport se concentre sur notre dernière enquête auprès de 2163 répondants et examine comment leur appétit accru pour le commerce en ligne et les méthodes numériques sans contact, telles que les codes QR, les cartes sans contact et les portefeuilles numériques, est sur le point de façonner l’économie post-pandémique.



Leave a Reply