NEW DELHI: Google a reçu 71 148 plaintes d’utilisateurs individuels en Inde en mai et juin combinés, ce qui a entraîné la suppression de plus de 1,54 lakh de contenus, selon les derniers rapports de transparence mensuels de l’entreprise.
Le nombre de plaintes reçues en juin de la part d’utilisateurs individuels en Inde était de 36 265, entraînant 83 613 actions de suppression – les deux chiffres étaient plus élevés que les niveaux observés en mai.
En plus des rapports des utilisateurs, Google a également supprimé plus de 11,6 lakh de contenus en mai et juin à la suite d’une détection automatisée, ont montré les rapports publiés vendredi.
La société basée aux États-Unis a fait ces divulgations dans le cadre du respect des règles informatiques indiennes entrées en vigueur le 26 mai.
Dans son premier rapport, Google a déclaré avoir reçu plus de 27 700 plaintes en avril de cette année d’utilisateurs individuels en Inde concernant une violation présumée des lois locales ou des droits personnels, ce qui a entraîné la suppression de 59 350 éléments de contenu.
Vendredi, Google a déclaré avoir reçu 34 883 plaintes en mai d’utilisateurs individuels situés en Inde via des mécanismes désignés, et le nombre de mesures de suppression à la suite de plaintes d’utilisateurs était de 71 132.
Ces plaintes concernent du contenu tiers qui violerait les lois locales ou les droits de la personne sur les plateformes SSMI (important intermédiaire de médias sociaux) de Google, a-t-il ajouté.
La suppression de contenu a été effectuée dans plusieurs catégories, notamment le droit d’auteur (70 365), la marque (753), la contrefaçon (5), les autres contenus juridiques (4), le contournement (3) et le contenu sexuel graphique (2).
Google a expliqué qu’une seule plainte peut spécifier plusieurs éléments potentiellement liés au même contenu ou à des éléments différents, et chaque URL unique dans une plainte spécifique est considérée comme un “élément” individuel qui est supprimé.
En juin, Google a reçu 36 265 plaintes – le plus élevé à ce jour – d’utilisateurs individuels. Il a supprimé 83 613 éléments de contenu à la suite de plaintes d’utilisateurs au cours dudit mois.
Le contenu supprimé en juin a été effectué dans des catégories similaires à celles de mai. Le segment du droit d’auteur représentait le plus grand nombre de contenus supprimés (83 054), de marque (532), de contrefaçon (14), de contournement (4), d’autres contenus juridiques (2), de contenu sexuel graphique (1) et de diffamation (1).
Trois éléments de contenu ont été supprimés sous la catégorie usurpation d’identité et deux sous l’ordonnance du tribunal en juin.
En vertu des nouvelles règles informatiques, les grandes plateformes numériques – avec plus de 5 millions d’utilisateurs – devront publier chaque mois des rapports de conformité périodiques, mentionnant les détails des plaintes reçues et les mesures prises à leur égard.
Le rapport doit également inclure le nombre de liens de communication spécifiques ou de parties des informations auxquelles l’intermédiaire a supprimé ou désactivé l’accès dans le cadre d’une surveillance proactive effectuée à l’aide d’outils automatisés.
Les rapports ont montré que Google avait supprimé 6 34 357 éléments de contenu en mai et 5 26 866 en juin grâce à une détection automatisée.
Ces données sont un nouvel ajout aux rapports de conformité.
En parlant de détection automatisée, Google a déclaré qu’il investit massivement dans la lutte contre le contenu préjudiciable en ligne et utilise la technologie pour le détecter et le supprimer de ses plateformes (y compris YouTube).
« Cela inclut l’utilisation de processus de détection automatisés pour certains de nos produits afin d’empêcher la diffusion de contenus préjudiciables tels que du matériel pédopornographique et du contenu extrémiste violent. La détection automatisée nous permet d’agir plus rapidement et avec plus de précision pour appliquer nos directives et politiques », a noté la société.
Ces actions de suppression peuvent entraîner la suppression du contenu ou l’arrêt de l’accès des acteurs malveillants au service Google.
Le volume de détection automatisée est près de 10 fois supérieur à celui des plaintes des utilisateurs, a indiqué la société.
Google a publié son Rapport de transparence depuis 2010 qui fournit des détails sur les demandes gouvernementales de suppression de contenu sur une base semestrielle. La société publie également des rapports trimestriels sur les suppressions de contenu YouTube.

.

Leave a Reply